Colloque inaugural de la Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIe siècle »

Le colloque inaugural de cette nouvelle chaire UNESCO vient de se terminer. Salle comble , composée d’invités venus  de la francophonie et nombreux passagers inscrits au Plan national de formation (PNF) avec un appui marqué de la DGESCO.

Cette chaire, portée par Luc Ria, professeur d’université à l’Institut français de l’Éducation, a pour objectifs de :

  • produire et diffuser des connaissances relatives au travail enseignant;
  • développer avec les partenaires au projet de nouvelles ressources de formation initiale ou continue;
  • œuvrer en faveur de la création d’un réseau d’universités francophones et non francophones afin de faciliter le développement en commun de politiques relatives à la formation initiale et continue des enseignants de l’enseignement scolaire général;
  • agir en tant qu’espace vivant de partage d’expériences et d’échanges pour une meilleure compréhension des évolutions du métier d’enseignant et contribuer ainsi à améliorer l’accès, la qualité et l’équité de l’éducation à travers une qualité accrue du corps enseignant.

Le colloque organisé à Lyon, ces 23 et 24 janvier, est donc la première étape de l’activité de la chaire. Les sujets traités reflètent les préoccupations partagées quant à la formation des enseignants, leur développement professionnel, l’apprentissage du métier (ou de la profession?), etc.

Les conférences ont interrogé les concepts toujours discutés de professionnalité, professionnalisation, identité professionnelle mais aussi les pratiques de formation « innovantes ». La deuxième journée a questionné les auditeurs, Maurice Tardif n’hésitant pas à bousculer le sacro-saint « praticien réflexif » (pour mettre en valeur son dernier ouvrage : Le virage réflexif en éducation. Où en sommes-nous 30 ans après Schön?). Les autres intervenants de la matinée, prenant un peu de hauteur par rapport à l’activité spécifique de l’enseignant ont traité de l’activité au travail sous l’angle de « l’ergonomie de langue française » (Marc Durand), de l’alternance (Laurent Veillard). Patrick Mayen a sans doute pris le plus de distance avec la profession enseignante dans  sa contribution « apprendre en situation de travail: à quelles conditions? » : cela permet aussi d’envisager l’activité enseignante comme une activité singulière, certes, mais qui doit aussi se nourrir de réflexions communes sur ce qui se passe dans d’autres contextes.

Les résumés des autres contributions sont accessibles via le site web de la Chaire.


1 réflexion sur « Colloque inaugural de la Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIe siècle » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.