Erasmus fêtera-t-il ses 26 ans ?

Erasmus est mort, vive Erasmus pour tous !

Il est vrai que le feuilleton Erasmus manque un peu de rebondissements et reste assez peu passionnel ! Pas de quoi concurrencer Sciences po. Certains journalistes s’y intéressent toutefois et l’une d’entre elle s’est adressée à l’IFÉ il y a peu pour savoir quelles étaient les meilleures sources d’information sur Erasmus. J’ai répondu à la demande en m’appuyant sur la revue de littérature que j’avais réalisée en 2010 (DA 51 « La mobilité étudiante, entre mythe et réalité »). Une occasion pour moi de me repencher sur le sujet et de partager avec les lecteurs d’Eduveille quelques réflexions.

ERASMUS fêtera-t-il ses 26 ans ? La question se pose-t-elle vraiment ? En fait, non, le programme d’échanges, une des plus belles réussites de l’Union européenne, ne se porte pas si mal ! Il serait même promis à un bel avenir avec un nouveau programme-cadre dès 2014, Erasmus pour tous, qui fusionnerait 7 dispositifs actuels d’échanges et qui serait doté d’un budget prévisionnel de 19 milliards d’euros pour la période 2014-2020, soit une augmentation de 70 % environ par comparaison avec les sommes allouées sur sept ans aux différents programmes…

Comment comprendre dès lors que les mêmes bureaucrates qui ont élaboré ce beau projet rendu public fin 2011 nous expliquent aujourd’hui que la Commission européenne accuse un déficit d’environ 9 milliards d’euros et que le programme Erasmus a besoin de 90 millions d’euros supplémentaires pour honorer ses engagements envers les étudiants bénéficiaires pour l’année 2012-2013 ? Comment c’est possible ?

N’y a-t-il pas une certaine indécence à imaginer que les bourses des étudiants en mobilité au 2e semestre 2013 (budget 2012) et ainsi que celles des candidats Erasmus en 2014 (budget 2013) risqueraient d’être diminuées, voire impayées, alors que le beau projet Erasmus for all est bien toujours dans les tuyaus, comme l’a confirmé le 26 novembre dernier A. Vassiliou, la Commisssaire européenne chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse ? Étudiants d’Europe, si vous envisagez une mobilité Erasmus, attendez 2015, car ça s’annonce mal pour les 18 mois à venir ! Ou bien, j’ai manqué quelque chose ???

 

Erasmus aujourd’hui, c’est quoi ?

En tout état de cause, la question n’est quand même pas la disparition d’Erasmus, comme on a pu l’entendre ou le lire ça et là dans les médias. Au pire, le montant des bourses diminuerait ou le nombre de bourses allouées serait revu à la baisse. Dommage sans doute, mais on s’en remettrait. Car le système actuel est déjà profondément inégalitaire et sous la moyenne de 250 euros par mois souvent mentionnée se cache une diversité insoupçonnée de situations.

La bourse mensuelle en effet dépend du pays de destination et du type de mobilité demandé. Car Erasmus, même aujourd’hui, n’est pas juste un programme d’« échange » pour étudiants : à la mobilité pour études s’est ajoutée en 2007 la mobilité pour stage, gérée jusqu’alors par le programme Leonardo. Ce sont au total plus de 230 000 étudiants qui en ont bénéficié pour l’année 2010-2011. Mais ce sont aussi près de 43 000 enseignants et personnels des universités qui se sont déplacés pour dispenser un enseignement ou suivre une formation dans le cadre de ce même programme.

Et Erasmus finance aussi, dans une moindre mesure, des programmes (courts) intensifs pour les étudiants et les personnels et des projets de coopération entre des établissements d’enseignement supérieur et d’autres parties prenantes, avec pour objectif de soutenir l’innovation en matière d’enseignement, de faciliter la reconnaissance des périodes d’études et de favoriser le développement des services de soutien aux étudiants.

Pour rappel, ces possibilités sont offertes dans 33 pays (les États membres de l’UE, la Croatie, l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Turquie et, depuis l’année 2011-2012, la Suisse), à tous les étudiants et personnels inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur participant au programme. Ils seraient actuellement plus de 3 000 établissements à avoir signé la charte universitaire Erasmus. Une charte qui sera donc prochainement ré-écrite et à laquelle les établissements devront adhérer de nouveau.

Pour en revenir à la mobilité pour études, le top 5 des destinations (Espagne, France, Royaume-Uni, Allemagne et Italie) est quasiment le même que le top 5 des pays de provenance (Espagne, France, Allemagne, Italie et Pologne). Seul le Royaume-Uni se distingue, avec une disproportion forte entre le nombre (important) d’étudiants accueillis et le nombre (faible) d’étudiants mobiles.

Parallèlement, c’est la France qui envoie le plus d’étudiants en stage à l’étranger au titre du programme, suivie de l’Allemagne et de l’Espagne. La destination la plus appréciée par les stagiaires Erasmus est le Royaume-Uni, puis l’Espagne et l’Allemagne.

 

Les bourses Erasmus : mieux vaut être chypriote qu’espagnol

La bourse telle qu’elle est prévue aujourd’hui est destinée à couvrir les frais supplémentaires liés au séjour à l’étranger et peut se cumuler avec des financements nationaux, régionaux ou locaux ; elle est accordée pour une durée allant de trois à douze mois, ou pour une durée cumulée de vingt-quatre mois. Dans la pratique, le montant octroyé pour les stages a tendance à être plus élevé que celui des bourses d’études. Et les différences d’un pays à l’autre sont importantes, car au final, ce sont les agences nationales qui sont chargées de la redistribution des fonds aux établissements participants. En France, il s’agit de l’Agence Europe Éducation Formation France (A2E2F de son petit nom), basée à Bordeaux. Les étudiants sollicitent donc l’octroi d’une bourse Erasmus auprès de leur établissement d’origine qui, leur candidature acceptée, leur verse la bourse correspondante.

Concrètement, pour la mobilité des étudiant(e)s, la Commission européenne fixe des maxima par pays : de 401 euros mensuels en Bulgarie à 939 euros en Suisse, au Liechtenstein et en Norvège, en passant par 607 euros en Allemagne, 625 euros en Espagne, 640 euros en Belgique, 682 euros en Italie, 743 euros en France, 764 euros en Finlande et 860 euros au Royaume-Uni (voir le guide du programme «Éducation et formation tout au long de la vie», p. 32).

Dans chaque pays, l’agence nationale répartit les fonds dont elle dispose entre les établissements d’enseignement supérieur. L’agence peut décider de donner des bourses plus élevées à un nombre restreint d’étudiants (comme en Bulgarie, à Chypre et en Turquie, par exemple) ou des bourses moins élevées à un plus grand nombre d’étudiants (ce qui est, entre autres, le cas en France et en Italie) dans la limite des plafonds fixés par la Commission européenne pour chaque pays d’accueil. Ça s’appelle une marge de manœuvre, et elle est loin d’être anodine.

L’agence nationale attribue des fonds aux établissements demandeurs en prenant en compte des facteurs tels que le montant sollicité ou les performances antérieures. Au final du final, c’est l’établissement qui peut alors décider du montant exact de la bourse mensuelle qu’il va verser à ses étudiants (et du montant hebdomadaire ou journalier versé aux membres du personnel)…. Mais les agences nationales peuvent aussi augmenter le montant des bourses mensuelles accordées aux étudiants défavorisés…

Bref, vous y avez compris quelque chose ? Difficile de s’y retrouver, on a un peu l’impression que l’UE a repris à son compte le fameux millefeuille français… et, devinez quoi ? Eh bien ce sont les inégalités qui se frottent les mains : en 2010-2011, le montant moyen de la bourse mensuelle accordée par l’UE au titre de la mobilité Erasmus était compris entre 133 € pour les étudiants espagnols et 653 € pour les étudiants chypriotes, parce que l’Espagne est le pays le plus riche d’Europe et Chypre le plus pauvre, c’est bien connu. Tous pays confondus, le montant moyen s’élevait effectivement à 250 €…

 

De 1% à 20% de diplômés mobiles : un challenge ou un fantasme ?

Espérons que le nouveau programme Erasmus pour tous apporte un peu de clarté dans le paysage, avec en prime un peu plus d’équité pour encore plus d’étudiants bénéficiaires !… Car vous n’avez pas oublié les benchmarks de Bologne ? La stratégie sur la mobilité prévoit que 20 % des diplômés de l’enseignement supérieur en Europe devront avoir effectué une partie de leurs études à l’étranger d’ici 2020, conformément au critère de référence européen défini en novembre 2011. Actuellement, la mobilité Erasmus pour études, c’est moins de 1% des étudiants des 33 pays participants… Malgré des chiffres qui nous sont présentés comme un nouveau record : plus de 250 000 étudiants bénéficiaires pour l’année universitaire 2011-2012… Est-ce que ça serait plus « juste » si un étudiant sur cinq pouvait en bénéficier ?

 

Pour aller plus loin sur l’actualité d’Erasmus et des autres programmes d’échanges :

Endrizzi Laure (2010). La mobilité étudiante, entre mythe et réalité. Dossier d’actualité de la VST, n°51 [en ligne] http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=recherche&dossier=51&lang=fr

C’était l’époque où on faisait des formats « en bref » et « essentiel » ! donc vous avez l’embarras du choix selon le temps de lecture dont vous disposez…

————————

Les statistiques détaillées pour la France sont publiées par l’Agence Europe Education France à Bordeaux, opérateur français pour les programmes d’échanges européens :
On y trouve en particulier des éléments d’appréciation de l’implication des universités françaises dans le programe :

L’A2E2F fournit aussi des données sur les pays d’accueil des étudiants français et met à disposition sur son site différentes publications utiles pour appréhender la situation française : on retiendra les études d’impact et le magazine Soleo.

————————

D’une manière générale, la page “Erasmus en chiffres” de l’agence 2E2F est un bon point de départ pour trouver des données statistiques sur la mobilité dans le cadre d’Erasmus, vue depuis la France, mais pas seulement :
http://www.europe-education-formation.fr/erasmus-statistiques.php

Vous y trouvez aussi des liens vers :

————————

Du côté de la Commission européenne, et en particulier de la Direction générale Éducation et culture, d’autres ressources sont mises à disposition :

– les études de la DGEAC (en anglais)
http://ec.europa.eu/education/erasmus/studies_en.htm
dont la dernière : Study on Mapping mobility in European higher education (2011)

– les publications de la DGEAC
http://ec.europa.eu/education/erasmus/publications_fr.htm
dont la dernière (en français) : Erasmus – Faits, chiffres et tendances : Le soutien de l’Union européenne aux échanges d’étudiants et de membres du personnel de l’enseignement supérieur et à la coopération universitaire en 2010-2011 (2012)

– selon ce que vous cherchez, vous pouvez aussi consulter les communiqués de presse (multilingues) de la DGEAC qui concernent exclusivement Erasmus :
http://ec.europa.eu/education/erasmus/press_fr.htm

————————

2 livres pour finir :

– Ballatore Magali (2010). Erasmus et la mobilité des jeunes Européens : entre mythes et réalités. Paris : Presses universitaires de France, 216 p.

Celui de Magali Ballatore en 2010 qui offre une analyse intelligente de la démocratisation de l’accès à la mobilité et des « débouchés » qui lui sont associés, en montrant notamment comment les alliances entre établissements signataires de la charte reproduisent un ordre d’inégalités culturelles, et comment les flux entrants et sortants s’inscrivent dans un mouvement de spécialisation sociale des filières d’études et des destinations.

– Erlich Valérie (2012). Les mobilités étudiantes. Paris : La documentation française, coll. Panorama des savoirs.

Vous pourrez aussi prendre connaissance de l’état de l’art publié récemment par l’OVE et réalisé par Valérie Erlich, avec qui j’avais eu l’occasion d’échanger quand j’ai commencé mes investigations pour le dossier d’actualité mentionné précédemment.

L’auteure analyse les processus en jeu dans ces mobilités, les spécificités des étudiants mobiles par rapport aux migrants « classiques » et expose les perspectives attendues pour les prochaines années. Trois parties structurent l’ouvrage : une première partie consacrée aux fondements des politiques de mobilité dans le contexte de la construction d’un espace européen de l’enseignement supérieur, une deuxième centrée sur les migrations étudiantes elles-mêmes (logiques migratoires et modes de financement) et une troisième qui appréhende les expériences individuelles des étudiants « voyageurs » (motivation, construction identitaire et conditions de vie).



Citer ce billet
Laure Endrizzi (2012, 19 décembre). Erasmus fêtera-t-il ses 26 ans ? ÉDUVEILLE. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3pn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search