La révolution de la forme scolaire par les TICE se fait attendre.

Au travers d’un article inséré dans le numéro thématique d’Education et Sociétés consacré à la société de la connaissance et l’école, Alain Chaptal décline son approche traditionnelle des limites de l’introduction des TICE dans le système éducatif, à travers un regard comparatif entre la France et les Etats-Unis.

Selon lui, la généralisation de la formule d’E-learning apparue à la fin des années 90 marque un décentrement en faveur de l’usager de la formation en mettant l’accent sur l’apprenant et l’apprentissage plus que sur l’enseignement.
Néanmoins, cette nouvelle conception coexiste aussi avec l’enseignement à distance classique, qui existait déjà avant l’avènement d’internet par d’autres moyens (cours par correspondance, vidéos…).
Auourd’hui, passé l’effet de mode de la fin des années 90, l’enseignement à distance apparaît de plus en plus comme complémentaire (« Blended Learning ») plutôt qu’alternatif à l’enseignement traditionnel.Chaptal observe que l’’effectif des étudiants en formation à distance aux Etats Unis croit régulièrement depuis 1995, dans le cadre de formations partiellement ou totalement en ligne, et ce en grande majorité dans le cadre d’institutions publiques d’enseignement supérieur.
Les études y représentent un véritable investissement personnel, puisque pris en charge par les apprenants (ex. 14000£ par an pour une licence d’une université publique) et non par les contribuables, en contrepartie d’un dispositif d’aides et bourses très diversifié.
Sur le plan qualitatif, cependant, juge l’auteur, les innovations restent modestes au delà de la simple mise à disposition à distance de cours et ressources déjà existants.
La France est de ce point de vue moins en retard du point de vue des pratiques qualitatives que du point de vue de la dimension de déploiement des initiatives de type campus numérique dans les universités.

Des deux côtés de l’atlantique, il est constaté un décalage entre l’équipement matériel, parfois largement soutenu par les collectivités publiques, et les usages avec les élèves et étudiants, pendant que l’utilisation personnelle des TIC par les enseignants progresse en revanche très rapidement, y compris pour leur préparation des tâches d’enseignement.
Plus analysé et évalué aux Etats-Unis qu’en France, ce relatif échec des promesses de changements induites par les TIC, en contradiction avec les discours prophétiques antérieurs, alimente un nouveau discours sur les limites des TIC, selon Chaptal qui rappelle qu’internet n’a pas changé la façon dont les enseignants enseignent.

Il s’avère, à ses yeux, qu’on ne peut ni décalquer sur le système éducatif un déploiement inspiré du monde de l’entreprise, ni considérer le recours aux TICE comme une variable indépendante et un facteur isolé.

Aux USA, les innovations basées sur les TICE, fondées sur des démarches pédagogiques constructivistes, sont peu nombreuses et se heurtent en outre à la faiblesse des résultats quantitatifs à court terme des élèves tels qu’ils sont enregistrés par les tests standardisés.En fait, les changements, nécessairement progressifs et à long terme, sont jugés décevants à l’aune d’efforts financiers d’équipements dont les décideurs attendaient des retours rapides.

Du côté de la communauté académique, les universitaires américains sont dans ce contexte souvent réservés face à ce qui est perçu parfois comme une commercialisation de l’enseignement supérieur (la plus grosse université en ligne, celle de Phoenix, est clairement une entreprise privée sans ambitions scientifiques) ou comme un vecteur de démembrement du métier d’enseignant-chercheur (découpage et parcellisation des tâches).
La modularisation de la formation par les TICE peut en effet être utilisée pour renforcer les tendances consuméristes vis à vis de l’éducation.
Par ailleurs, la possibilité d’enseignement à distance repose de façon différente la question de la scolarisation à la maison, dans un contexte de fuite des écoles publiques de secteur.



Citer ce billet
Olivier Rey (2005, 31 octobre). La révolution de la forme scolaire par les TICE se fait attendre. Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3dy