S’attaquer au décrochage avant qu’il ne soit trop tard

Si le décrochage est une priorité des responsables politiques et éducatifs d’un grand nombre de pays (et les médias s’en sont donnés à cœur joie depuis le 4 décembre), les actions de prévention se situent, en France,  au niveau du collège ou du lycée : dispositifs relais (classes ou ateliers) école de la seconde chance…

L’objet du dernier Dossier d’actualité Veille et Analyses (n°80, décembre 2012) s’attèle à une prévention précoce du décrochage : ne pas attendre de constater la non maîtrise des compétences de base à l’entrée en sixième, tel est l’objectif que se fixe, par exemple le système éducatif québécois.

C’est cette préoccupation des « élèves à risque  » qui a inspiré le titre de ce Dossier : « Enseignement primaire : les élèves à risque (de décrochage)« .

Les facteurs de difficulté sont multiformes mais on ne peut imputer la faute à tel ou tel facteur (familial, scolaire, personnel). En France, des dispositifs viennent aider et accompagner les enseignants confrontés à la grande difficulté, mais que se passe-t-il en classe, lors de l’acquisition des apprentissages en français et en mathématiques? Pourquoi des élèves ne s’engagent-ils pas dans la tâche?

Alors que ce dossier était bouclé (le temps de relire et de procéder à la PAO), l’UNESCO publiait son « Global education digest » pour 2012. Le focus de ce rapport ? : « redoublement et décrochage précoce »…  C’est à la lecture de ce type de rapport qu’on se rend compte que la focale Europe/Amérique du nord est des plus réductrices.

D’une part parce que la proportion d’élèves qui décrochent est, dans certains pays proche des 40% (et on ne compte pas les enfants qui ne vont pas à l’école); d’autre part, parce que le décrochage est réellement « précoce » du point de vue de notre système éducatif : les décrocheurs précoces sont ceux qui décrochent avant d’atteindre la dernière année du primaire.

Plus glacial encore, le rapport mentionne un « survival rate » (taux de survie) qui représente le nombre d’élèves qui, à l’entrée à l’école, sont susceptibles d’atteindre le dernier niveau du primaire. Fortement lié au redoublement (signe très prédictif), ce décrochage est lié à la situation socioéconomique de la famille, à la situation politique du pays, à l’infrastructure scolaire, etc. Sans surprise, l’analyse faite par l’UNESCO montre que le déficit dans les  apprentissages est prédictif du décrochage. Pour les pays où le décrochage précoce est le plus fort, le pourcentage d’élèves ayant de grandes difficultés dans les apprentissages de base dès le début de l’école primaire est considérable.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.