Rythmes et contenus scolaires : focus sur les écoles européennes au Luxembourg

Le Luxembourg est un pays cosmopolite, à tel point que le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle luxembourgeois utilise volontiers, dans son rapport annuel “Les chiffres clés  de l’éducation nationale”, le terme de “résidants”. Dans le chapitre consacré aux élèves et à leur répartition, on trouve des données relatives aux étrangers, et pour cause : près de 42% des élèves scolarisés en 2010/2011 n’avaient pas la nationalité luxembourgeoise. Ils sont essentiellement portugais (23%),  originaires de l’ex-yougoslavie (4,7%), français (3,4%), italiens (2%), belges (1,8%) ou encore allemands (1,3%).

Ce melting-pot n’est pas sans incidence sur les apprentissages, si on considère que 56% des élèves de l’enseignement fondamental ne parle pas le luxembourgeois à la maison. Ceci explique sans doute que les résidants peuvent être scolarisés dans des écoles publiques luxembourgeoises, des écoles privées qui suivent le programme de l’Éducation nationale, dans des écoles à l’étranger ou dans des écoles privées et internationales qui ne suivent pas le programme . Près de 10% des élèves fréquentent cette dernière catégorie d’établissement.

C’est au Luxembourg qu’a été créée la première École européenne (1953) à l’initiative d’un groupe de fonctionnaires de la Haute autorité de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier, organisation internationale ayant créé les bases de l’Union européenne). Il existe désormais 14 écoles européennes (2  au Luxembourg, 5 en Belgique, 1 en Italie, 3 en Allemagne, 1 aux Pays-bas, 1 au Royaume-Uni, 1 en Espagne). Objectif de ces écoles :

Élevés au contact les uns des autres, libérés dès leur plus jeune âge des préjugés qui divisent, initiés aux beautés et aux valeurs des diverses cultures, ils prendront conscience, en grandissant, de leur solidarité. Tout en gardant l’amour et la fierté de leur patrie, ils deviendront, par l’esprit, des Européens, bien préparés à achever et à consolider l’oeuvre  entreprise par leurs pères pour l’avènement d’une Europe unie et prospère”
(Buts essentiels, imprimés sur parchemin dans la première pierre de chaque Ecole Européenne).

Outre des contenus différenciés, en autonomie par rapport aux programmes nationaux, les  écoles  européennes du Luxembourg  organisent les enseignements  selon le schéma suivant :

– école maternelle (à partir de 4 ans) : lundi de 8h30 à 16h20; mardi, mercredi, jeudi, vendredi, de 8h30 à 12h50
– école primaire (cycle 1, 2 premières années) : lundi et mercredi de 8h40 à 16h20; mardi, jeudi et vendredi de 8h40 à 12h50. Pour les trois années suivantes du primaire, les horaires sont allongés de 10 minutes.
– école secondaire : du lundi au vendredi de 8h45 à 16h25.
Dans le secondaire, les temps d’enseignements sont découpés en périodes de 45 minutes avec  5 minutes entre chaque cours et une pause plus longue à 10h20 et 13h00, la pause repas (50 minutes) pouvant se prendre à 12h20 ou 13h15.

Quant aux programmes pédagogiques, on peut noter l’obligation de choisir une deuxième langue dès la première année du primaire. “Cette langue II sera celle qui accompagnera l’élève durant toute sa scolarité jusqu’au baccalauréat” et surtout “cette langue sera la langue d’enseignement pour les cours de sciences humaines, histoire, géographie et économie en 3ème, 4ème et 5ème secondaire”.
Deuxième obligation, celle de  participer aux cours de religion ou de morale non confessionnelle organisés par l’École.

Plusieurs dispositifs d’aide aux apprentissages sont possibles : soit pour les élèves dont la langue maternelle ne serait pas enseignée comme langue vivante II, pour les élèves connaissant des troubles d’apprentissage, ou encore, pour les élèves  nécessitant un soutien  dispensé durant l’horaire normal par un enseignant de l’école.

Au primaire, cet encadrement, appelé « learning support » vise en particulier les élèves :
– Dont les progrès sont faibles, voire inexistants, malgré l’enseignement différencié prodigué par le titulaire de classe (cela concerne aussi les élèves intellectuellement précoces)
– Qui ont reçu l’appréciation insuffisante pour certaines compétences du carnet scolaire.
– Dont les compétences sociales et/ou comportementales ralentissent le processus d’apprentissage
– Dont les stratégies d’apprentissage ne sont pas adaptées.

Au secondaire, le soutien se fait par petits groupes, sur toute ou partie de l’année.

En début de secondaire, la première période de learning support est réservé à un travail destiné à “apprendre à apprendre” pour les élèves qui viennent de l’école primaire (organisation de son travail, gestion efficace du temps).

Il n’est sans doute pas utile d’aller chercher à l’étranger des exemples d’organisation du temps et des contenus scolaires, mais si cela peut aider à décrisper le débat…

Sources :
– Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (2012). Les chiffres clés de l’Éducation nationale 2010/2011. Luxembourg : MENFP (131 p. format PDF, 177 Ko).
– Bureau du Secrétaire général des Écoles européennes. Schola europaea. http://www.eursc.eu/
– European Commission (2012). Recommended annual taught time in full-time compulsory education in Europe – 2011/2012. Bruxelles : Eurydice (100p., format PDF)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.