Entre sociologie et didactique : à propos de l’autonomie de l’élève à l’école primaire

Après un premier compte rendu sur les deux conférences du colloque « sociologie et didactiques : vers une transgression des frontières » (HEP Lausanne, 13-14 septembre 2012), voici un premier écho des ateliers (les textes des interventions sont accessibles dans leur intégralité sur le site du colloque).

Dans la première session de l’atelier « les pratiques socialement différenciées », Héloise Dürler (HEP Vaud) a présenté un travail de recherche relatif à l’autonomie de l’élève à l’école primaire.

Un élève est autonome soit parce qu’il a maîtrisé un certain nombre de connaissances (élève programmé), soit parce qu’il décide  lui-même d’acquérir des connaissances (élève engagé). Cet acte d’engagement peut être facilité par des dispositifs mais l’entreprise d’engagement est aussi associée à une entreprise de normalisation s’appuyant sur des valeurs qui ne sont pas  partagées par tous les milieux.
Pour H. Dürler, l’engagement peut être :
– intellectuel : l’élève est appelé à se questionner, il est encouragé à s’exprimer: dispositifs d’auto-correction (rapport réflexif à ses erreurs); dispositifs de contrôle intellectuel;
– pratico-administratif : l’élève apprend à planifier son travail scolaire : dispositifs d’évaluation (d’auto-évaluation individuelle ou collective), dispositifs d’auto-administration des savoirs (affichage, feuille de route, reporting). Dans ce type d’engagement, le processus et la traçabilité finissent par devenir aussi importants que l’activité elle-même;
– moral : responsabilisation personnalisation de l’emploi du temps de l’élève; choix d’une logique contractuelle, élaboration des règles de classe, discussion, négociation; dispositifs de « concernement » , entre confiance et culpabilisation;
– par intérêt : les besoins de l’élève sont le point de départ des apprentissages : dispositifs d’intéressement (activités ludiques,, manipulations), d’adaptation (diversification, décloisonnement, individualisation), de visibilisation des intérêts (l’enfant exprime ses besoins, il est libre de s’occuper).

Ces dispositifs et types d’engagements s’accompagnent d’un processus de normalisation (plutôt familier aux classes moyennes) :
– normes de réflexivité : psychologisation des relations pédagogiques; injonction, sociologiquement discriminante, à l’introspection; injonction à la maîtrise de soi, valorisation de la compréhension et de la maîtrise du processus (les pratiques familiales exercent un effet différenciateur);
– norme de fluidité [concept utilisé dans le monde du travail]: il faudrait une continuité entre l’école et la vie , une pédagogisation de la vie quotidienne (rôle du jeu et des activités ludiques dans le cercle familial); cela demande une motivation et une adhésion de l’élève (« devoir de plaisir », Bourdieu, 1979).

Ces dispositifs reposent bien souvent sur une ignorance des conditions sociales d’une possible adhésion aux enjeux de l’univers scolaire. Il existe un risque d’aggravation des difficultés scolaires dès lors que les enfants n’ont pu se constituer, en dehors de l’école, les ressources nécessaires à la réussite scolaire.

Référence :
Dürler Héloïse (2012).  » Les dispositifs de fabrication de l’autonomie de l’élève à l’école primaire ». [En ligne]Colloque Sociologie et didactiques : vers une transgression des frontières, Lausanne, 13-14 septembre.

D’autres échos, à suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.