Le métier d’enseignant en France (suite mais pas fin)

La mission d’information sur le métier d’enseignant, mise en place au sein du Sénat, en janvier dernier vient de rendre son rapport.

Au risque de paraître immodestes (deux membres du service Veille et analyses ont été auditionnés), nous nous devons de commenter ce rapport. Pourquoi?

C’est avant tout le constat fait par les rapporteurs qui a retenu l’essentiel de l’attention  des chroniqueurs pédagogiques :  la souffrance enseignante, encore et toujours. Mais au delà du constat, il faut passer à l’action : revoir la formation initiale, booster la formation continue, bref professionnaliser le métier. Il semble que cette approche n’ait pas toujours la même qualité d’écoute selon les enseignants, selon les syndicats enseignants, selon les cadres de l’éducation …

Ce rapport ne donne pas de recette miracle, il ne fait souvent qu’esquisser les problématiques. Il a l’avantage de faire une synthèse des réflexions que la masterisation et les modalités actuelles ont engendrées.

Ce qui retient aussi l’attention, moins de 24 heures après la publication du rapport, ce sont les commentaires des groupes politiques au Sénat, et la présentation du rapport qui est faite par les  sites d’informations : ils montrent combien le sujet est sensible et de quelle manière chacun en retient ce qui l’arrange.

Pour ma part, je retiendrais les propositions faites par la Mission, dans la troisième partie du rapport :

  • redonner du sens à l’école (refonder les missions du service public [une préoccupation au niveau nationale] et critiquer l’idéologie élitiste de la méritocratie et affirmer le principe du « tous capables »
  • restaurer la confiance pour refonder le métier d’enseignant (abandonner  la RGPP [difficilement compatible avec une une approche humaine ou humaniste de la société]; remettre à plat la formation; inciter les enseignants à plus de collectif et préparer les réformes en concertation.

Parler de la souffrance des enseignants c’est évoquer le droit à exercer un métier dans de bonnes conditions. Cela ne doit pas occulter les devoirs et les missions justifiant l’existence de ce métier : il s’agit de transmettre des connaissances à des enfants (qui deviennent des élèves avant de devenir des citoyens). Or, le Savoir ne suffit pas. Le savoir-faire et le savoir-être, le travailler ensemble, le travailler pour les autres, avec des enfants tous différents mais qui doivent tous accéder aux savoirs (un socle commun de connaissances?), ça s’apprend… avant l’entrée dans le métier et tout au long de la carrière. Ignorer ou secondariser la nécessité d’un développement professionnel tout au long de sa vie d’enseignant ou de chef d’établissement, ou d’inspecteur, etc.,  c’est mettre en danger les “produits” de ces métiers : des enfants, des adolescents, de futurs adultes équitablement instruits.

Voir aussi :

–  Feyfant Annie (2010) . L’apprentissage du métier d’enseignant . Dossier d’actualité Veille et Analyses, n°50
En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=50&lang=fr

–  Feyfant Annie (2007) . Transformations du travail enseignant : finalités, compétences et identités professionnelles . Dossier d’actualité Veille et Analyses, n°26. En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=26&lang=fr

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Annie Feyfant (21 juin 2012). Le métier d’enseignant en France (suite mais pas fin). ÉDUVEILLE. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3og


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search