Les murs ont la parole : que nous disent les bâtiments scolaires ?

Longtemps, « enseigner » n’a pas été synonyme de « faire la classe ». Les élèves sont désormais habitués à passer leurs journées entre quatre murs, mais lesquels ?

Devenu bâtiment spécifique, l’édifice scolaire a revêtu une fonction politique, sociale et pédagogique. Si la pierre semble défier le temps, la massification scolaire, le renouvellement de la pédagogie, les TICE – ainsi que la décentralisation en France – font changer l’école et donc l’espace scolaire.

Ce dossier du service Veille et Analyses n° 75 de mai 2012, proposé par Marie Musset, s’intéresse aux interrogations les plus récentes – et partagées par la plupart des pays- concernant l’architecture scolaire et sa mutation en « espace d’apprentissage » associant une réflexion sur l’espace à l’intégration pédagogique des ressources électroniques et à la prise en compte de la vision holistique de l’apprentissage.

Il faut dans ce cadre souligner l’intérêt de rechercher un langage commun entre usagers (élèves, enseignants, personnel éducatif, parents) architectes et maîtres d’ouvrage. En effet l’urbanisme ni l’architecture ne sont être au centre de la réflexion : ce qui est premier pour les éducateurs et les décideurs, c’est l’élève et sa réussite.


2 réflexions sur « Les murs ont la parole : que nous disent les bâtiments scolaires ? »

  1. http://www.profencampagne.com/article-education-un-sujet-jamais-evoque-l-architecture-scolaire-101041492.html

    Une architecture scolaire à la mesure des enjeux éducatifs et environnementaux… c’est possible !

    Le droit à des lieux d’étude et de travail de qualité est un droit inaliénable pour tous les acteurs de l’école (enseignants comme élèves).

    Une conception cohérente « espaces–activités » qui demandera un effort collectif et le soutien de l’État comme des collectivités territoriales.

    L’architecture scolaire est un sujet considéré comme secondaire et minoré. Ponctuellement, des réalisations montrent la réelle volonté – et le talent – d’architectes novateurs, soucieux de prendre en compte la spécificité des fonctions multiples de l’école d’aujourd’hui. Mais l’architecture scolaire est le plus souvent (pour des raisons budgétaires et par manque de connaissance fine de ce qui fait le quotidien de la vie scolaire dans cet espace clos) le reflet matériel et spatial de conceptions d’un autre temps. Un espace segmenté où domine l’unité de base héritée de la forme scolaire (Vincent, Lahire & Thin) : une salle, un maître, une classe, un objet disciplinaire. Mis à part le cas spécifique des lycées professionnels et techniques dont les ateliers/laboratoires sont dédiés à des activités propres, nos établissements scolaires sont des suites de salles clonées. Le modèle est finalement parfaitement disjonctif, à l’image des savoirs enseignés parcellisés dénoncés par Edgar Morin.

    Pour travailler autrement, il s’agira là de procéder à une profonde réforme des structures spatiales nécessaires à l’étude et de concevoir des lieux qui soient « aussi » des lieux où se construisent une culture commune, des liens sociaux, l’apprentissage du collectif, la réalisation de projets et actions diversifiés, et où tous les croisements de groupes à géométrie variable que nous avons décrits dans les points précédents soient possibles et naturels.

    C’est un lourd chantier qui ne peut être envisagé que sur le moyen terme : réhabilitations de ce qui peut l’être et programmes de travaux de construction étagés sur 15 ans.

    Deux préoccupations majeures présideront à ce chantier :
    – à l’image du lycée Kyoto, celle de l’excellence environnementale : zéro énergie fossile et 100% d’énergie propre ;
    – celle de l’adéquation entre le Projet pour une nouvelle École du XXIème siècle et sa réalisation spatiale : ancrage et inscription pertinente dans l’espace local ; qualité des lieux dédiés à l’étude et à la diversité des activités ; osmose avec le tissu local d’activités (entreprises, activités culturelles, liens intergénérationnels, etc.).

    Une pluralité de lieux pour répondre aux contraintes du fonctionnement novateur des « unités éducatives »

    Les lieux appellent les comportements : il importe donc d’en imaginer qui soient sereins, propices à l’étude comme à la vie collective. Nous devons en finir avec ces salles de classes où s’installent bruyamment nos élèves, certains n’enlevant même pas leur manteau tant ils ont hâte de quitter le sinistre endroit. Nous devons en finir avec ces établissements où même des élèves volontaires n’ont pas de lieux où travailler (ou lire) contraints par le manque d’espaces adaptés, par des horaires trop rigides et un manque d’encadrement adulte posant des problèmes de sécurité. Nous devons en finir avec ces établissements où les enseignants n’ont pas suffisamment de lieux calmes où s’isoler pour travailler (sauf à se réfugier dans des classes vides) alors même que leurs fonctions nécessitent une présence de plus en plus importante dans les établissements scolaires.

    – À chaque lieu correspondra telle ou telle posture mentale requise. Nos élèves sauront, dès leur entrée dans espace particulier, quelle attitude est attendue de leur part. L’espace ne sera plus seulement un lieu de « rassemblement », mais un lieu dédié à telle ou telle activité, clairement définie par l’architecture adaptée choisie.

    – Nos établissements scolaires devront se doter de salles de travail ; de salles de réunions équipées ; de salles de spectacle ; d’au moins une salle en amphithéâtre ; de petites bibliothèques spécialisées en plus du CDI..

    – L’architecture des établissements scolaires doit aussi favoriser ce qui améliore le « vivre ensemble ». Les salles d’études et d’ateliers, les salles de classes, la bibliothèque/CDI, les salles de réunions ET la salle des professeurs doivent communiquer. Il faut cesser de croire que l’enseignant sera plus tranquille en « s’encloisonnant ». Il doit « habiter » l’École pendant le temps qu’il y passe. Ce sera d’autant plus facile dans des « unités éducatives » à taille humaine de 60/100 élèves.

    – Les surveillants, qui n’enseignent aucune discipline et de ce fait peinent à trouver une légitimité disciplinaire, doivent sentir et partager la présence des enseignants lors des périodes quotidiennes « hors-classe ».

    – L’École doit, par son architecture nouvelle, être bien entendu un lieu de travail le plus calme possible, ce qui sera favorisé par l’emploi de matériaux naturels, une réflexion sur la lumière (exemple de Kyoto). Les lieux de vie doivent être séparés en fonction des moments et activités quotidiennes : enseignement ; repas ; pauses ; rencontres avec tel ou tel enseignant ; etc. L’École doit aussi être un lieu qui fasse une belle place à l’accueil des parents, des associations, du monde professionnel environnant : que l’École ne soit plus un sanctuaire fermé, parfois « barbeletisé », vidéo-surveillé, mais transparent et acteur de son environnement urbain ou rural.

    – La question des accès aux établissements et de la circulation interne des élèves devra être l’objet d’une étude particulière. Chaque lieu devra être accessible facilement et sera d’autant plus aisé à surveiller qu’il sera plus respecté. La question devra être pensée en lien avec les questions de gestion : place et rôle des surveillants, du personnel d’entretien et de gestion dans le dispositif éducatif ; taux d’encadrement adulte ; présence pour des activités variées d’acteurs extérieurs appartenant à la société civile.

    L’architecture scolaire est un enjeu futur capital qui devrait être l’objet de toutes nos attentions.

    Pour aller plus loin…

    BERTELOOT Dominique, Aménager l’école, la cour, les espaces intérieurs. Paris : Hatier, Collection « Questions d’école », n° 5, 1997.

    CHATELET Anne-Marie & LE CŒUR Marc [dir.] (2005) L’architecture scolaire. Essai d’historiographie internationale. Lyon : INRP.

    DEROUET-BESSON Marie-Claude (1998) Les murs de l’école. Éléments de réflexion sur l’espace scolaire. Paris : Métaillé

    Christophe Chartreux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.