Bilan d’un quinquennat en éducation

L’AEF (agence spécialisée d’information sur l’éducation et la formation) a publié  depuis quelques jours une série de dépêches dressant le bilan du Quinquennat de N. Sarlozy en matière de politique éducative, d’enseignement supérieur. Un certain nombre d’articles ne sont accessibles qu’aux abonnés, mais les grandes lignes demeurent lisibles sur le site de l’AEF.

  • Rubrique « éducation et jeunesse » de l’AEF
    Ces dépêches reviennent sur l’éducation prioritaire, la lutte contre le décrochage scolaire, la personnalisation de l’enseignement, les rythmes scolaires , les nouveaux programmes du primaire, les suppressions de poste, l’idée d’un « pacte carrière » pour les enseignants sans redéfinition du métier , l’assouplissement de la  carte scolaire, la gratuité de l’enseignement  pour les français de l’étranger , la voie professionnelle, les  usages du numérique , l’accueil des élèves handicapés, les conséquences de la RGPP, l’impact de l’international dans la conduite de la politique éducative, la réforme du lycée , les évaluations nationales, la masterisation, le rôle des recteurs, les internats d’excellence.
  • Rubrique « enseignement supérieur » de l’AEF
    On y retrouve la Loi LRU, opération campus, grand emprunt et initiatives d’excellence, réforme du statut des enseignants-chercheurs, revalorisation des personnels, circulaire sur les étudiants étrangers versus l’EPIC CampusFrance (mobilité étudiante), le classement des universités européennes (U-MULTIRANK), grandes écoles et diversité, revalorisation de la filière littéraire des grandes écoles, la gouvernance et la gestion des universités.

Il s’agit bien d’un bilan, c’est-à-dire d’un inventaire des projets aboutis ou non, des décisions prises, des promesses tenues ou non et de quelques réactions qui ont suivies. Même si elle ne reprend pas toutes les actions (ou inactions) du quinquennat, cette liste peut servir de point de repères pour les actions à venir, les besoins les plus urgents à satisfaire, les rectifications nécessaires et les sujets non abordés à  traiter.

Il conviendrait de faire de même avec ce qu’a pu dire « la recherche » sur les grands sujets débattus depuis cinq ans et remis en lumière pendant la campagne électorale. Exercice plus difficile car les hypothèses de recherche ne sont pas toutes homothétiques à celles des politiques éducatives, parfois la recherche anticipe (sans pour autant être prise en considération), parfois elle ne délivre ses conclusions que trois ans après (au mieux dix-huit mois). Une synthèse devrait être possible… à suivre?

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.