De l’art d’(ab)user du WEB ?

Les professionnels de l’information (dont les enseignants-documentalistes) savent combien sont importants l’apprentissage d’une bonne maîtrise de l’information et l’acquisition d’un bon esprit critique. Ils  traquent et vouent aux gémonies tout adepte du plagiat et du « copier-coller » stupide.
Lorsqu’on enseigne « la recherche d’information », l’évaluation de l’information est un passage incontournable au cours duquel de petits exercices permettre de “piéger” les élèves/étudiants en les faisant travailler sur des sites ou des pages « peu fiables ».

Un enseignant de Lettres est allé plus loin dans la démonstration de l’usage irréfléchi et paresseux du Web. Il a monté une séquence pédagogique à partir d’une œuvre littéraire du 17e siècle, quasiment inconnue sur le Web :
–       il a légèrement modifié la notice Wikipedia sur l’auteur;
–       il a contribué à plusieurs forums, en posant des questions sur l’œuvre (à la manière d’un élève);
–       il a rédigé un texte « le plus lamentable possible » et l’a publié sur des sites proposant des corrigés ou des dissertations, « qui [les] ont validé sans barguigner »;
–       il a posté des liens vers ces différentes pages (comportant chacune des marqueurs permettant une meilleure traçabilité du plagiat prévisible);
–       il a fait travailler ses élèves de première sur le poème du 17e siècle.
« Sur 65 élèves de Première, 51 élèves ont recopié à des degrés divers ce qu’ils trouvaient sur internet, sans recouper ou vérifier les informations ou réfléchir un tant soit peu aux éléments d’analyses trouvés ».
Cet enseignant espère avoir ainsi sensibilisé ses élèves à la nécessité d’évaluer l’information,  d’en faire un usage intelligent.

Chaque enseignant-documentaliste rêve de bénéficier d’un temps enfin reconnu pour « enseigner » la culture informationnelle, qui ne peut se suffire d’un saupoudrage dans les enseignements disciplinaires, malgré la dextérité de certains, comme évoqué ci-dessus. Le 9e congrès de la FADBEN (documentalistes et bibliothécaires de l’éducation nationale) tente encore une fois de faire entendre la voix du bon sens dans un nouveau manifeste.

Cette revendication, hélas trop ancienne, devrait aussi être celle des enseignants universitaires pour une meilleure formation des étudiants et doctorants… et des chercheurs qui, disons le tout net (sans jeu de mots), ne sont pas très doués pour chercher des informations hors de leur sphère de connaissances, ou faire de la veille.

Et, quand on veut être efficace et/ou excellent, une bonne culture numérique, ça peut aider considérablement.


7 réflexions sur « De l’art d’(ab)user du WEB ? »

  1. Pour ne pas trop alimenter le “buzz” provoqué par l’article de cet enseignant, je propose juste le point de vue d’un enseignant documentaliste (désolée, je prêche pour ma “discipline”): http://www.relation-transformation-partage.info/wordpress/2012/03/28/retour-sur-jai-pourri-le-web/.
    Pour répondre hâtivement aux critiques qui m’ont été adressées : je me suis focalisée sur l’aspect “évaluation de l’information”, “esprit critique” et pas sur la didactique de la discipline “Lettres”.
    Reste que la morale proposée par Loys Bonod est discutable, notamment lorsqu’il écrit : “En voulant faire entrer le numérique à l’école, on oublie qu’il y est déjà entré depuis longtemps et que, sous sa forme sauvage, il creuse la tombe de l’école républicaine“.
    Les bras nous en tombent, mais ça fait longtemps (j’espère) que les enseignants ont évolué et oublié de diaboliser “le numérique”.
    A ce propos, dès ce soir, je ressors ma vieille Remington et mon vieux téléphone grisâtre, parce que si le numérique est dangereux, je vais faire de la Veille comme en 1980.

  2. je reposte mon commentaire de ce matin qui est peut-être dans vos spams (c’était le premier sur votre post) – si vous ne souhaitez pas le publier, pourriez-vous m’expliquer pourquoi svp ? merci beaucoup !

    je suis un peu étonnée par la neutralité de votre billet, dont le titre le tirerait même peut-être vers du positif : vous présentez “l’expérience” de cet enseignant comme s’il ne s’agissait que d’un simple petit exercice sans importance – nous sommes plusieurs, “professionnels de l’enseignement” (pour ma part : collège et lycée en français, université en sciences du langage, et formatrice), à penser que les pratiques pédagogiques, le rôle de l’enseignant par rapport à ses élèves, et surtout la posture d’abus (mot que vous utilisez vous-même, très justement à mon avis) de quelqu’un qui tient une position de pouvoir sur des élèves par définition captifs, est extrêmement contestable – l’enjeu est multiple : la formation des élèves à la documentation sur le web, mais sans doute aussi, et peut-être même surtout, celle de cet enseignant “pourrisseur”, comme il se nomme lui-même en utilisant le verbe – la nature des exercices, évidemment, trop souvent réduits en france à un écrit assez stérile – mais aussi l’éthique professionnelle d’un métier où le respect des élèves, la sincérité envers eux et l’évitement de tout abus de pouvoir me semble fondamentaux – les postures contraires peuvent être dévastatrices – je trouve un peu dommage que vous ne fassiez pas de commentaire, qu’il soit favorable ou non, à cette expérience – en revanche les élèves vous semblent avoir un “usage irréfléchi et paresseux du web” : c’est une dévalorisation avec laquelle je ne suis pas d’accord

  3. Bonjour,
    Je suis très étonnée de votre billet et notamment de cette phrase “Cet enseignant espère avoir ainsi sensibilisé ses élèves à la nécessité d’évaluer l’information, d’en faire un usage intelligent.” Je n’ai pas dû lire le même texte alors, car il me semble bien que cette personne ne s’est souciée que de vengeance et de démonstration de sa force (malhonnête intellectuellement comme pourrir Wikipédia) et non d’éducation à un usage éclairé des espaces créatifs du web. Il a allumé un projecteur pour mieux plonger ses élèves dans l’obscurantisme : hors de sa sapience, point de salut. Je m’insurgerai encore longtemps contre des conclusions de ce type : “Je crois que j’ai fait mon travail et que la conclusion s’impose d’elle-même : les élèves au lycée n’ont pas la maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique en lettres. “

  4. je suis un peu étonnée par la neutralité de votre billet, dont le titre le tirerait même peut-être vers du positif : vous présentez “l’expérience” de cet enseignant comme s’il ne s’agissait que d’un simple petit exercice sans importance – nous sommes plusieurs, “professionnels de l’enseignement” (pour ma part : collège et lycée en français, université en sciences du langage, et formatrice), à penser que les pratiques pédagogiques, le rôle de l’enseignant par rapport à ses élèves, et surtout la posture d’abus (mot que vous utilisez vous-même, très justement à mon avis) de quelqu’un qui tient une position de pouvoir sur des élèves par définition captifs, est extrêmement contestable – l’enjeu est multiple : la formation des élèves à la documentation sur le web, mais sans doute aussi, et peut-être même surtout, celle de cet enseignant “pourrisseur”, comme il se nomme lui-même en utilisant le verbe – la nature des exercices, évidemment, trop souvent réduits en france à un écrit assez stérile – mais aussi l’éthique professionnelle d’un métier où le respect des élèves, la sincérité envers eux et l’évitement de tout abus de pouvoir me semble fondamentaux – les postures contraires peuvent être dévastatrices – je trouve un peu dommage que vous ne fassiez pas de commentaire, qu’il soit favorable ou non, à cette expérience – en revanche les élèves vous semblent avoir un “usage irréfléchi et paresseux du web” : c’est une dévalorisation avec laquelle je ne suis pas d’accord

  5. En quoi les pratiques actuelles sont elles fondamentalement différentes de celles de 1990, soit recopier des commentaires critiques, certes rédigés par des experts, mais que l’on ne comprend pas? La seule différence n’est-elle pas qu’à l’époque, seule une minorité d’élèves bâclaient ainsi leurs devoirs (il fallait acheter ou emprunter une autre édition de l’ouvrage étudié, etc.), alors qu’actuellement, la plupart des élèves font ainsi?

    « et des chercheurs qui, disons le tout net (sans jeu de mots), ne sont pas très doués pour chercher des informations hors de leur sphère de connaissances »

    Ah ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.