Les teaching awards

En ces temps de récompenses cinématographiques et de débat sur l’évaluation des enseignants, pourquoi ne pas faire part de l’existence de “Teaching Awards”?

Établis depuis 1998 au Royaume-Uni,  leur organisation est très institutionnalisée et concerne les enseignants, les assistants, les chefs d’établissements, qui peuvent être nominés par tout citoyen. La fondation qui avait été créée à l’époque avait pour objectif de “régénérer la fierté nationale du métier d’enseignant”. Les ambitions ont ensuite été de “promouvoir l’enseignement comme une carrière; disséminer les bonnes pratiques; encourager l’implication des partenaires de l’éducation; créer une audience plus large à un niveau national“. Les Teaching awards ont même leur show télévisé avec acteurs et comédiens distribuant des trophées dorés ou argentés (Emma Thompson est l’actuelle présidente de la fondation). Une dizaine de catégories sont proposées pour un nouvel enseignant , un enseignant , un enseignant de sciences, d’histoire, un assistant, un enseignant d’éducation spécialisée, pour une équipe, un ensemble de réalisations, etc., l’essentiel étant d’être “remarquable” (outstanding).

L’Ontario propose le même type de récompense avec ses Premier’s awards for teaching excellence. En Alberta, le département de l’éducation  promeut aussi les enseignants (et chefs d’établissement) “innovants et remarquables”. Il propose aux parents, aux enseignants, aux chefs d’établissement, aux “superintendants” et à tout habitant de l’Alberta qui le souhaiterait, de nominer les enseignants qu’ils désirent encourager . Les lauréats pour 2011 sont enseignants en informatique, en éducation artistique, en anglais; ils sont professeurs du secondaire aussi bien que du primaire et ont pour caractéristiques communes d’avoir proposé des activités qui créent du lien entre les élèves, avec les familles, partent faire du sport pendant 25 jours avec leurs élèves, ont proposé des actions permettant de mieux intégrer les enfants autistes ou à besoins particuliers, ont été des mentors très attentifs envers leurs jeunes collègues, imaginent des dispositifs qui motivent leurs élèves.

En France,  les “Palmes académiques”, instituées à l’origine (en 1808, par Napoléon) pour “honorer les membres éminents de l’université“, peuvent être attribuées, depuis  1955, pour “honorer les mérites des personnels relevant du ministère de l’Éducation Nationale” mais aussi “les personnes qui rendent des services importants au titre de l’une des activités de l’éducation nationale ou qui apportent une contribution exceptionnelle à l’enrichissement du patrimoine culturel“.
Petit bémol, le décret de 1955, dans sa version consolidée au 24 avril 2002 précise (article 6) que pour être nommé chevalier dans l’ordre des palmes académiques, il faut “justifier de dix ans au moins de services ou d’activités assortis de mérites distingués“, sauf exception, “pour les candidats justifiant de titres exceptionnels, s’étant illustrés de façon remarquable par les services rendus à l’enseignement, ou ayant rendu ces services dans des conditions particulièrement difficiles” (art. 8), comme ce fut le cas pour deux enseignants, en 2007.

 

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Annie Feyfant (26 février 2012). Les teaching awards. ÉDUVEILLE. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3ny


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search