Formation initiale des enseignants… encore

Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à étudier le projet de loi déposé par  Jacques Grosperrin, loi  » relative à la modification de certaines dispositions encadrant la formation des maîtres« , la  Cour des comptes vient de délivrer son rapport annuel 2012, qui comporte des observations sur la formation initiale et le recrutement des enseignants.
Un extrait de ce rapport (p. 771-772) :
« La mise en place du nouveau dispositif a été inscrite dans un calendrier très resserré.
Pour atteindre ses objectifs opérationnels, il était, en effet, nécessaire de mettre en œuvre trois séries de mesures:
– des mesures pédagogiques pour créer les nouveaux masters destinés à préparer les étudiants aux concours et à la pratique du métier d’enseignant ;

– des mesures pour modifier les règles d’inscription aux concours;
des mesures budgétaires découlant de l’affectation des lauréats des concours sur un service à temps complet.
Plutôt que de programmer tout d’abord l’aspect pédagogique de cette réforme, le choix a été  fait de mettre en œuvre prioritairement les dispositions réglementaires et budgétaires pour une entrée en vigueur complète à la rentrée 2010, avec une année de transition en 2009-2010
« .

Les objectifs budgétaires ont été en partie atteints, même si les conseillers  regrettent un chiffrage incomplet. Quant à la formation pédagogique ou plus précisément professionnelle des enseignants, ils pointent :

  • des difficultés d’organisation au sein des académies : « enseignants stagiaires affectés  dans des établissements relevant de l’éducation prioritaire. Dans le premier degré, le pourcentage des enseignants stagiaires en éducation prioritaire a même été plus élevé que celui des titulaires  » dans certaines académies.
  • une surcharge de travail. « Contrairement à ce que prévoyait la circulaire du 25 février 2010« :
    – « la très grande majorité des enseignants stagiaires, […] a parfois dû prendre des classes ou des créneaux horaires dont ne voulaient pas les autres professeurs« . « Certains stagiaires ont été amenés à effectuer des heures supplémentaires » (ce fut le cas pour 35% des enseignants stagiaires d’une académie).
    –  certains stagiaires ont été affectés dans plusieurs établissements à la fois, sur plus de deux niveaux d’enseignement. Ces situations ont rendus plus difficile l’intégration dans le métier, dans la communauté éducative.
  • un choix discutable quant aux modalités de la formation continuée. Fixé à un tiers des obligations de services des enseignants stagiaires, ce temps de formation a été intégrée hors temps de service, c’est à dire « en plus ». D’un point de vue budgétaire, cela a permis de maximiser les gains (plus de postes économisés, moins de besoins  de remplacement), mais cela induit une charge de travail supérieure d’un tiers pour les enseignants et une gestion des emplois du temps plus complexe, notamment dans le second degré.
  • des difficultés quant à l’organisation du tutorat (notamment, là encore dans le second degré): manque de tuteurs, difficulté de mise en place, même si ce mode de formation est jugé intéressant par les stagiaires. Le rapport regrette le manque d’éléments d’information, de suivi et d’évaluation du dispositif.

Les conseillers ont également mentionné  l’échec de la mise en cohérence des missions du recruteur (ministère) et du formateur (universités) (p. 781).  Alternance entre stages et enseignement universitaire, contenus de formation (maquettes), approches métier (hétérogénéité, gestion de la classe, etc.) semblent peu maîtrisés et moins bien assurés que dans le dispositif antérieur à la réforme.

En conclusion, la Cour formule quatre recommandations :

  1. élaborer un référentiel de formation pour les masters débouchant sur les concours de recrutement des enseignants, prévoyant notamment des durées minimales de formation des étudiants en milieu professionnel ;
  2. organiser les concours de recrutement avant ou au début des masters, de façon que les étudiants n’aient pas été formés, en cas d’échec, à un métier qu’ils ne pourront pas exercer ;
  3. accorder des décharges de service aux enseignants stagiaires, à coût budgétaire constant, en fonction de la difficulté spécifique de leur affectation ;
  4. mettre en place un système d’information et de recueil des données permettant d’évaluer l’adéquation des actions de formation aux besoins des enseignants.

Sur le point 2, le ministre de l’Éducation nationale oppose l’un des principes de la réforme, « qui est de recruter des enseignants non seulement sur la base de connaissances académiques de haut niveau, mais des enseignants qui auront aussi démontré […] leur capacité à enseigner, ce que ne permet pas le recrutement en fin de 3ème année de licence ou en début de master. Ce serait par ailleurs et d’une certaine façon revenir à un principe d’organisation qui prévalait avec les IUFM : les reçus aux concours n’avaient jamais été en mesure de démontrer préalablement leur aptitude à faire la classe ou exercer des responsabilités éducatives« .

Merci aux  anciens « enseignants stagiaires » ayant effectué leur année de stage en alternance entre l’établissement et  l’IUFM et ayant eu « à subir » évaluations formatives  et évaluation certificative avant titularisation (sans parler des quelques « retoqués ») d’apporter leurs commentaires et/ou témoignages?

Des ressources pour compléter (revues de littérature de recherche) :
– Feyfant Annie (2010). « L’apprentissage du métier d’enseignant ». Dossier d’actualité de la VST, n° 50, janvier. Lyon : Institut national de recherche pédagogique (INRP), p. 1–12.
Ce dossier a suscité l’intérêt de la Mission d’information sur le métier d’enseignant, créée par la Commission culture, éducation et communication du Sénat, le 12 janvier 2012, qui a auditionné l’auteur le 31 janvier dernier.
– Feyfant Annie (2007). « Transformations du travail enseignant : Finalités, compétences et identités professionnelles ». Lettre d’information de la VST, n° 26, avril. Lyon : Institut national de recherche pédagogique (INRP), p. 1–11.
– Rey Olivier (2005). « La formation des enseignants ». Lettre d’information de la VST, n° 13, décembre. Lyon : Institut national de recherche pédagogique (INRP), p. 1–8.

 

 

 

 

 


1 réflexion sur « Formation initiale des enseignants… encore »

  1. Bonjour, je suis professeur stagiaire en technologie. Après avoir réussi le concours du Capet honorablement (3ème place) et le Master MEF avec mention bien, je dois avouer que cette année est particulièrement difficile. Je témoigne donc ici de cette situation en donnant mon exemple :
    18h + 1heure sup, réparties sur 3 niveaux (6eme, 5eme et 3ème) avec le bonus d’une 3ème DP6 et de classes sans notes (1 classe de 6eme et 1 classe de 5 eme parmi les autres du même niveau avec notes). Bien sûr une formation dispensée les jeudis en IUFM qui forcément alourdi considérablement la répartition horaire sur les autres jours. Un système très lourd pour les dédommagements kilométriques et de repas, qui pour le coup sont extrêmement rigoureux et qui découragent plus d’un stagiaire à se faire rembourser (déjà overbookés pour la préparation de leurs cours, leurs formations, le C2i2e, les inspections, etc… ) . Et bien sûr la cerise sur le gâteau en forme d’épée de Damoclès pour la titularisation qui nous dit-on ne sera pas acquise pour tous…
    Je vous épargne la situation financière des stagiaires qui ne tient évidement pas compte de ces fameux jeudis de formation en plus du temps de travail.
    À votre bon cœur messieurs dames ( il vaut mieux en rire pour tenir …)
    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.