Impact du milieu socio-économique des élèves sur les résultats scolaires

Parmi les nouveaux indicateurs qu’on peut découvrir dans le dernier Regard sur l’éducation 2011 publié par l’OCDE, figure celui sur la relation entre le milieu social et les résultats d’apprentissage.  Cet indicateur est dérivé des réponses que font les élèves dans l’étude PISA sur le niveau d’études ou de formation de leurs parents, leur profession, leur environnement familial et immobilier (accès à une table ou une bibliothèque par exemple). La valeur moyenne de cet indice est prise comme valeur de référence (égale à 0) et les écarts vers le haut ou vers le bas sont ainsi mesurés pour les 39 pays de l’OCDE.

Un premier constat : la performance des élèves en compréhension de l’écrit varie fortement selon leur milieu socioéconomique, en particulier en France avec un écart de 50,  et en Nouvelle-Zélande avec un écart de 52, l’écart de score moyen pour l’OCDE étant de 38. L’écart est également supérieur à la moyenne en Allemagne, en Australie, en Autriche, en Belgique, en Hongrie, en Israël, en République tchèque, au Royaume-Uni et en Suède. Le lien milieu social et résultats  est indéniable mais sa proportion varie d’un pays à l’autre et certains pays réussissent mieux que d’autres à réduire l’intensité de cette relation ainsi qu’à diminuer l’impact des conditions de vie. C’est le cas du Canada,  de la Corée, de la Finlande et de Shanghai (Chine).

L’intensité de la corrélation entre la performance en compréhension de l’écrit et le milieu socio-économique est présentée dans le graphique ci-dessous (extrait de OECD (2011), Regards sur l’éducation 2011: Les indicateurs de l’OCDE, OECD Publishing.doi: 10.1787/eag-2011-fr). Ce schéma permet de voir les quatre cas de figures possible, les pays se situant dans le carré en haut à droite témoignant des meilleurs conditions existantes. A noter cependant, la couleur des losanges qui indique l’intensité de la corrélation entre performance et milieu. Des pays comme la Corée, le Canada, le Japon  ou la Finlande montrent à la fois de bons résultats, un impact faible du milieu mais surtout une faible corrélation entre les deux : les résultats des élèves ne s’expliquent pas ou peu par la relation performance/milieu.

On peut également observer ici des pays qui affichent des résultats performants, avec une corrélation entre performance et milieu socio-économique dans la moyenne des pays de l’OCDE et qui pourtant ne s’attachent pas à réduire l’impact de ce milieu. C’est la cas de la France, du Danemark et des États-Unis par exemple.

Les pays les moins bien « notés » se trouvent en bas à gauche du graphique et présentés avec un losange bleu : l’Argentine, le Chili, la Turquie ou encore le Luxembourg cumulent à la fois des scores inférieurs, un impact très important du milieu de l’élève avec une corrélation entre ces indicateurs supérieure à la moyenne de l’OCDE.

Un autre fait marquant est la « résilience » que montrent certains élèves défavorisés (31 % en moyenne) en affichant un score en compréhension de l’écrit supérieur à leur score théorique calculé en fonction de leur milieu socio-économique. En Corée et à Shanghai, 56% et 76% des élèves issus de milieux modestes sont résilients et parmi eux, ce sont les filles qui sont  plus susceptibles de faire partie des élèves résilients (en moyenne, 39% des filles sont résilientes contre 22% des garçons).

La performance des élèves est donc corrélée jusqu’a un certain point au milieu socio économique des élèves. Cependant, quelques pays arrivent à réduire cet écart et  montrent qu’il est possible d’afficher un haut niveau de performance tout
en offrant un système équitable des possibilités d’apprentissage.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *