Les hackers au service de la pédagogie

Un des derniers articles postés sur le site d’OWNI a un titre pour le moins détonnant “Hackons l’école”. Il ne s’agit pas de pirater les pratiques pédagogiques mais de profiter des méthodes de “bidouillage” des  hackers pour revisiter ces pratiques.

Pour faire simple, mais sans pouvoir éviter tous les anglicismes qui égrainent l’article, disons que l’idée est de mettre les élèves en situation de faire par eux-mêmes. Pas vraiment innovant comme idée, si ce n’est l’objet des bidouillages proposés aux élèves (et aussi aux adultes) : les outils informatiques , depuis le “hard” (monter son ordinateur) jusqu’au “soft” (usage de logiciels open source). Vous pensez que les hackers sont des délinquants astucieux ? Non, “les hackers résolvent des problèmes, ils construisent, et ils croient en la liberté et en l’assistance mutuelle bénévole” (E.S. Raymond). Des expériences ont été menées aux États-Unis ou aux Pays-Bas pour mettre en pratique auprès du plus grand nombre, ce principe de mutualisation.

Des espaces sont dédiés aux partages de connaissances (et au bidouillage) : les “hackerspaces” ou les “mackerspaces”, endroits dédiés aux expérimentations “électro-informatiques” (dans des entrepôts désaffectés comme dans des salles de cours à l’université de Cergy) . Le droit à l’erreur y est valorisé comme “processus primordial d’apprentissage”. La théorie cède la place à la pratique et au “fais le toi-même”. On partage ses connaissances avec ses pairs, pas d’enseignement frontal, pas d’évaluation descendante. Des “hackbus” circulent même aux Pays-Bas ou en Espagne : “Ce sont des unités mobiles d’apprentissage et d’enseignement, qui apportent la culture du hack au peuple qui, sinon, ne serait peut-être pas conscient des possibilités mises à leur disposition”.

On pourrait penser que, calqués sur nos programmes d’enseignement, ces espaces pourraient être organisés dans les salles informatiques des établissements scolaires, pendant les cours de techno’. Il reste du chemin à faire pour que s’implantent ces ENT communautaires.

Il semble bien que l’esprit du propos aille encore plus loin et que la pensée sous-jacente soit une volonté de sortir du cadre (le propre des hackers) du “ce que je dois apprendre” au “comment je dois apprendre”. C’est aussi le moyen de redonner ses lettres de noblesses au “faire” et aux métiers manuels ou techniques. C’est enfin promouvoir la mutualisation des compétences:  l’article cite, à ce propos, l’exemple les lycées autogérés.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.