À quand un bêtisier de Shanghai ?

Nous n’essayerons pas ici de discuter la pertinence ou les résultats du dernier classement des universités réalisé par une université chinoise. Les lecteurs intéressés consulteront avec profit le débat en cours sur le blog de Pierre Dubois.  Tout universitaire sérieux qui prend la peine de regarder les critères utilisés par ce classement sur-médiatisé ne peut qu’en conclure que ce type de classement est à la qualité universitaire ce que la “star academy” est à la chanson française.

On sait pourtant que l’existence même d’un classement le rend tellement simple d’appropriation, qu’il sera repris même par des gens dont le sérieux est censé caractériser l’action et la parole.

C’est ainsi qu’on a entendu, lors d’un conseil d’administration de l’ex-INRP à l’automne dernier, de “hauts responsables” évoquer l’intérêt pour l’ENS de se renforcer de l’apport des recherches en éducation dans la perspective de l’amélioration du rang dans le classement de Shanghai !  Que le dit classement soit basé en quasi-totalité  sur des indicateurs (prix, bibliométrie…) qui ne concernent pas les sciences humaines avaient du leur échapper…

Rien de nouveau sous le soleil sans doute. Déjà, dans les années 80, les responsables des universités contestaient les classements réalisés par exemple par le magazine l’Étudiant… sauf quand ils avaient le bonheur de se trouver en tête et qu’ils l’utilisaient alors abondamment pour se féliciter de leur bilan.

Comme il est sans doute vain, par conséquent, d’espérer que même le monde académique soit capable de se soustraire à la magie  des classements, ne faudrait-il pas au moins prendre le parti d’en rire en confectionnant un bêtisier des déclarations qu’ils provoquent ?


2 réflexions sur « À quand un bêtisier de Shanghai ? »

  1. Il est vain d’espérer que le monde académique soit capable de s’y soustraire ? Que cela signifie t-il précisément ? Les dirigeants ? Le ministre et sa prédécesseuse en font-ils partie ? Les chargés de mission bidulex qui bossent entre le 15 août et le 15 septembre, à l’abri des regards indiscrets, avec leur cabinets de consultants ?

    Si, justement, les bidulex sont montés *en douce*, c’est parce que la majorité du monde académique est CONTRE.

    Je travaille dans un secteur bien servi, assez bien financé (pas de manière croissante, quand même….) et je vous l’assure : même là, la majorité est *contre*…. mais ce ne sont pas ceux qui dirigent. Avez-vous pu la pétition des directeurs de labo CNRS contre ces bêtises ?
    Là dedans, il y a plein de directeurs de labo de technologies, notés A et A+.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.