Le RIRE québécois

Travaillant actuellement à la préparation d’un dossier sur les pratiques pédagogiques “efficaces”,  je suis dans la phase de dévidage de la pelote d’informations et de relevage des filets. La pêche du matin a été la suivante :

La lettre de ToutEduc signale un rapport du MIT :  “Quand les enfants découvrent un objet nouveau, mieux vaut les laisser en explorer les possibilités, une étude du MIT qui conforte les pédagogies non directives“, et  propose un lien vers un résumé de l’étude sur le site du RIRE (d’où le titre de ce billet).

Je me suis donc arrêtée un moment  sur ce Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE). Créé par le Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ), le RIRE  “diffuse de l’information susceptible de répondre aux besoins des acteurs de la réussite éducative. L’information, issue de plusieurs sources, vise principalement la réussite des élèves du primaire et du secondaire, notamment par la valorisation de l’information à caractère scientifique.”
Le CTREQest un organisme à but non lucratif (OBNL) qui a pour mission de stimuler et de contribuer à concrétiser l’innovation dans le domaine de la réussite éducative, grâce au transfert de la recherche, à l’appui de l’expérience de la pratique, à des services de liaison et de veille afin de permettre aux milieux de pratique d’améliorer leurs interventions pour accroître la réussite éducative“.

Le site du RIRE propose chaque mois un dossier “en vedette”, composée de courts articles et quelques vidéos, selon les sujets. Le dernier dossier porte sur l’éducation préscolaire et fait suite à un séminaire organisé à l’université Laval.

Par ailleurs le site a structuré ses informations autour de 5 thématiques :  Intégration des élèves à risque et EHDAA; motivation scolaire;  pratiques innovantes;  relations école-famille-communauté; troubles du comportement.

Un fil RSS permet de retrouver dossiers et articles parus dans ces rubriques ainsi que dans le “quoi de neuf?”.

C’est là que nous retrouvons l’article intitulé “Décalage entre l’apprentissage en suivant des consignes directes et l’exploration indépendante“, qui me donnera du grain à moudre pour le dossier sur les pratiques efficaces : explicites ou pas?

Article du MIT : Finn Emily (2011). “Don’t show, don’t tell?: Cognitive scientists find that when teaching young children, there is a trade-off between direct instruction and independent exploration”. MIT news, 30 juin. http://web.mit.edu/newsoffice/2011/teaching-children-0630.html  

 

 

 


2 réflexions sur « Le RIRE québécois »

  1. Merci de nous faire connaître ce site. Personnellement, j’ai apprécié la page sur les Pratiques innovantes ; elle contient en particulier une étude sur l’impact de l’utilisation du TBI (TNI) et son impact sur les résultats scolaires http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/que-dit-la-recherche/l%92usage-du-tbi-une-amelioration-des-resultats-des-eleves-42.htm qui permet d’avoir un retour intéressant sur cette jeune pratique.

    Quant à la récente étude du MIT (http://web.mit.edu/newsoffice/index.php?option=com_content&view=article&id=16570:&catid=137&Itemid=89#CommentForm) je constate que la traduction adaptation proposée par le RIRE a omis deux idées qui me semblent très importantes. Ces omissions pourraient provoquer une interprétation abusive du texte et ce malgré les précautions prises par l’auteur. Les voici :
    These results suggest children are extremely sensitive to the subtleties of a teaching scenario, Schulz says: What matters is not if children are shown a function, but how they are shown that function. If they believe that an informed teacher has taught them everything, they will be less motivated to explore. (Ces résultats suggèrent que les enfants sont extrêmement sensibles aux subtilités d’un scenario pédagogique, Schulz dit: ce qui importe n’est pas que l’on montre ou non une fonction à l’enfant, mais comment on lui montre cette fonction. S’ils croient qu’un enseignant informé leur a tout appris, alors ils seront moins motivés pour explorer.)

    Schulz is quick to point out that the study is not an argument against instruction. “Things that you’re extremely unlikely to figure out on your own — how to read, how to do calculus, how to drive a car — it would make no sense to try to learn by exploration,” she says. (Schulz précise immédiatement que cette étude n’est pas un argument contre le fait d’enseigner. « Pour les choses que vous n’avez pratiquement aucune chance de découvrir tout seul – lire, calculer, conduire une voiture –ce serait un non-sens de vouloir les apprendre par exploration, » ajoute-t-elle.)

    L’idée 1, reproduite ci-dessus, insiste sur l’importance du scénario pédagogique. En classe, l’enseignant doit en avoir conscience. L’enfant considère que le savoir de l’enseignant est complet, on pourrait dire qu’il lui fait totalement confiance cognitivement. Les praticiens le savent bien : si le maître l’a dit, « c’est que c’est vrai ». Par conséquent, si l’enseignant explique une chose et une seule, l’enfant croira qu’il y a une seule et unique chose à retenir. Voilà qui met le doigt sur la responsabilité de l’enseignant en matière d’apprentissages et sur la nécessité d’une conception méticuleuse de son enseignement.

    L’idée 2 est un avertissement destiné à éviter que l’on fasse dire à cette expérience ce qu’elle n’a pas pour but de dire : elle ne montre pas qu’un enseignement direct en classe est peu profitable. En précisant qu’il existe des disciplines comme la lecture et le calcul qui ne peuvent faire l’objet d’un apprentissage autonome par découverte. Ce n’est pas sans rappeler les connaissances biologiquement secondaires définies par David C.Geary, dont l’acquisition se fait par une transmission directe et structurée, à l’inverse des connaissances biologiquement primaires (apprendre à parler, à marcher…) lesquelles se font de manière naturelle et inconsciente. Par ailleurs, rien ne nous dit que si l’ensemble des fonctions de ce jouet avait été montrées par l’enseignant, les enfants les auraient moins bien intégrées. Les chercheurs n’avaient pas pour but de comparer l’acquisition par transmission directe et celle par découverte. Cette expérience ne soutient pas vraiment les pédagogies scolaires non directives mais elle dit l’importance du scénario imaginé par l’enseignant et la responsabilité que porte celui-ci dans la façon dont l’enfant va réagir en apprenant ou pas. L’enfant apprend ce que lui enseigne l’enseignant. La phrase bien connue d’Engelmann prend ici tout son sens : “Si l’élève n’a pas appris, alors le professeur n’a pas enseigné.”

    Cordialement,
    Françoise Appy

  2. Bonjour!

    Je découvre avec intérêt le blogue Éduveille, première découverte Web éducative à mon retour de vacances! Je viens d’ajouter le RSS de votre site à notre agrégateur. 🙂

    Je vous remercie d’avoir diffusé ce billet qui présente le CTREQ et le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE). Mes collègues et moi sommes heureux de trouver ici des homologues éduveilleurs.

    Au plaisir de vous lire et de collaborer avec vous à l’innovation en éducation!

    Véronique D’Amours
    Chargée de la veille et du RIRE au CTREQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.