Internet et l’intelligence collective : une conférence de Mehdi Gharsallah

Sur le site du réseau des Universités Populaires, nous pouvons écouter une conférence de Mehdi Gharsallah (maître de conférences associé à l’IUT de Vélizy) dont le sujet est « Internet et l’intelligence collective ». Mehdi Gharsallah présente une typologie des intelligences collectives. Il en distingue 3 types :

  • L’intelligence collective originelle, qui consiste à mettre en commun plusieurs intelligences individuelles de manière organisée. Il faut qu’il y ait une proximité spatiale entre les acteurs, un contrat social, et une architecture qui peut être polymorphe. C’est ce qui se passe dans un match de football, par exemple, ou lors d’une réunion de travail. Cette intelligence fonctionne sur une économie du don (l’échange n’est pas marchand).Elle est limitée dans l’espace et le nombre de personnes concernées.
  • L’intelligence pyramidale, qui arrive avec l’invention de l’écriture. On y développe les expertises (les métiers), on se spécialise. Cette intelligence repose sur la division du travail, la division de l’accès à l’information, et sur un principe d’autorité (il y a un chef). A la différence de la première intelligence, celle-ci fonctionne sur le principe de rareté de la monnaie (ma participation a une valeur marchande), et impose des normes.Cette intelligence ne sait pas gérer la complexité.
  • L’intelligence en essaim, qui peut être comparée à ce qui se passe dans une ruche d’abeilles. Les individus sont « stupides » à leur niveau (ils n’ont pas une vision cohérente de l’ensemble), mais le collectif devient intelligent. Chaque individu n’a pas la conscience de ce qu’il fait, le projet global n’est pas programmé. Ce modèle est émergent, notamment dans la sphère économique.Cette intelligence n’a pas de limite, sait gérer la complexité, mais sacrifie l’individu.

Mehdi Gharsallah souhaiterait qu’il existe un quatrième modèle, proche de l’intelligence collective, mais qui ne soit pas marchand, et qui ne sacrifie pas l’individu.Internet pourrait-il être utilisé pour créer de l’intelligence collective ? Il estime que Internet a concrétisé des utopies des années 1970 : le partage des connaissances, la gratuité, le village global, et la non hiérarchisation. Cette révolution a amené, rappelle-t-il, l’hypertextualité, l’interactivité et la connectivité (devenue quasi permanente, à tel point qu’il semble difficile de « déconnecter »).Toutes ces innovations permettent de créer de la connaissance, même si celle-ci est sujette à caution. Le pari est de transformer cette connaissance en intelligence. Il défend l’idée que le fait de connecter les êtres humains entre eux suffit à créer plus d’intelligence. Il prend l’exemple de projets tels que Wikipédia ou dmoz (annuaire de recherche dont le contenu est élaboré par les internautes), où chacun peut amener sa pierre à l’édifice. Bien sûr, il faut toujours avoir à l’esprit que l’erreur fait partie de la nature humaine, et ne pas prendre pour argent comptant ce que l’on trouve. Le web dit « web social » ou encore « web nouvelle génération », avec les mondes virtuels, les différents réseaux sociaux (comme le social bookmarking : mise en réseaux des marque-pages de chacun) participent de cette évolution.Il semblerait qu’Internet soit un outil qui permet le développement d’une intelligence collective. Chacun peut y contribuer, et l’évolution du web laisse à penser que la participation sera de plus en plus importante.



Citer ce billet
Rémi Thibert (2008, 23 octobre). Internet et l’intelligence collective : une conférence de Mehdi Gharsallah. ÉDUVEILLE. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3j8

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search