Entre sur-qualification et professionnalisation : quels diplômes pour demain ?

L’actualité nous conduit, en cette période où certains, entrants ou sortants de l’enseignement supérieur, s’interrogent sur leur devenir à court terme, à explorer plus avant quelques publications récentes sur les questions de diplômation et d’insertion professionnelle. En ce mois de mai, le Céreq nous a gratifié de deux nouvelles publications sur les relations formation / emploi. La première intitulée Des emplois plus qualifiés, des générations plus diplômés : vers une modification des normes de qualification (Bref n°252, pdf, 4 pages) nous apprend que le niveau de diplômes progresse plus vite que le niveau de qualification des emplois et qu’il s’agit là d’un phénomène démographique qui ne manquera pas d’impacter nos représentations sociales. Faut-il entendre que la sur-diplômation doit être considérée comme naturelle dans nos sociétés contemporaines ? Autrement dit est-ce inéluctable qu’elle se banalise au point de devenir une norme ?

La deuxième rassemble les contributions à la première Biennale Formation – emploi – travail intitulée Les chemins de la formation vers l’emploi (Relief n°25, pdf, 109 pages) qui s’est tenu à Paris en octobre 2007 où l’on pourra se pencher sur la session consacrée à la professionnalisation des études supérieures (audio disponible en streaming).

L’intervention de José Rose, directeur du Cereq tout d’abord, fournit quelques clés de compréhension tout à fait essentielles, posant ainsi quelques jalons historiques et méthodologiques et plaidant pour une « professionnalisation extensive » basé sur une variété de contenus, de méthodes et de filières. Les 2 interventions suivantes, l’une de Jean-François Giret, l’autre de Dominique Maillard et Patrick Veneau, se concentrent sur l’exemple des licences professionnelles créées en 1999, qui représentent aujourd’hui une des formes de professionnalisation les plus avancées. Le premier, en analysant les liens entre les formations et les emplois occupés par les jeunes issus de ces filières, montrent que les diplômés de licence professionnelle s’insèrent plutôt mieux que ceux des autres filières, bénéficiant d’emplois plus stables, mieux rémunérés et plus qualifiés, malgré un taux d’accès au statut cadre relativement faible (inférieur de 6 points à ceux diplômés d’une licence générale). Les seconds étudient les différentes stratégies déployées par les universités pour développer cette offre de licences professionnelles et s’interrogent sur l’effectivité d’une ouverture au monde professionnel. Ils distinguent les licences issues de formation antérieures, de celles créées ex nihilo soit par les universitaires, soit à l’initiative des organisations professionnelles et des entreprises. Leurs conclusions relèvent des réalités locales très contrastées avec cependant une prévalence des logiques universitaires et une dissymétrie plus ou moins marquée dans les partenariats universités / entreprises.

La professionnalisation des études supérieures ne va donc pas de soi ; les contenus de formation, les méthodes (alternance, etc.), et même les filières sont susceptibles de traduire cette professionnalisation de façon extrêmement diverse pour des résultats difficilement comparables. Les initiatives européennes en faveur de la mobilité des travailleurs et de la formation tout au long de la vie, notamment le cadre européen des certifications (CEC, ou EQF pour European Qualifications Framework), sont-elles à même de soutenir la recherche d’un équilibre entre sur-qualification et professionnalisation ? De même les travaux en cours du Cedefop apporteront-ils un éclairage prospectif sur l’évolution des relations formation / emploi (Future skill needs in Europe : Medium-term forecast, pdf, 129 pages, mars 2008) ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.