S’approprier les TIC par les ressources ?

L’ORME n’aura pas failli à l’ambition qui a présidé à sa création : celle de favoriser les échanges entre professionnels et de rapprocher les points de vue de différents acteurs, publics ou privés, nationaux ou locaux, plutôt éducatifs ou plutôt TIC. En écho aux réflexions en cours de la mission e-educ et dans le prolongement du bilan du forum “école et internet”, ces 13e rencontres de l’ORME, qui se sont tenues début avril à Marseille sur le pôle Belle de Mai, ont abordé deux thèmes majeurs, déclinés en tables rondes et ateliers :

  • quels modes de production, diffusion et exploitation des contenus numériques et leurs évolutions ?
  • quelles responsabilités respectives de l’état, de la collectivité et de l’établissement en matière de TIC ?

Dans la table ronde animée par Dominique Liautard et Ghislaine Chartron, c’est toute la question du modèle économique qui est posée, et des reconfigurations à l’oeuvre entre acteurs publics et acteurs privés, entre logiques institutionnelles, logiques marchandes et culture libre et participative. Si le paysage éditorial voit ses repères classiques quelque peu brouillés avec l’essor des ressources numériques, si l’éclatement de la production et la surabondance de l’offre bouleversent nos représentations, ce manque de lisibilité n’exclut pas un certain dynamisme. Et la question sous-jacente est bien celle de l’éditeur : qui désormais assume la responsabilité éditoriale, qui appose le label permettant aux utilisateurs finaux, les enseignants (et leurs élèves), d’exploiter librement telle ou telle ressource, sans se préoccuper des questions juridiques, ni de la fiabilité des contenus ?

  • les éditeurs au sens traditionnel du terme qui prennent le virage de la dématérialisation ?
  • les associations d’enseignants qui canalisent les énergies individuelles pour produire des ressources mutualisées, à l’exemple de Sésamath ?
  • des coalitions d’acteurs publics et privés, comme dans le cas du catalogue Corrélyce, créé à l’initiative de la région PACA et des CRDP de Marseille et de Nice ?

Evidemment, pas de réponse univoque à cette question de la responsabilité éditoriale, mais ces configurations hybrides, non réifiées, laissent émerger des initiatives tout à fait stimulantes, au nombre desquelles Corrélyce occupe une place particulière.

Après le projet Ordina13 dans les Bouches du Rhône, la région PACA marque son engagement dans le développement des TIC à l’école en misant sur l’accès à un catalogue de ressources numériques. Un pari qui va à contre-courant des autres politiques académiques qui mettent le plus souvent leurs billes dans un autre panier : celui des ENT (environnements numériques de travail). Les 2 approches sont-elles incompatibles ? Sans doute, non, mais il faut bien fixer des priorités…

Corrélyce référence plus de 120 titres en ligne, gratuits ou payants, publics ou privés, libres ou propriétaires, et connaît un taux de croissance de 15% mensuels depuis son lancement officiel à la rentrée 2007. Proposé à l’ensemble des lycées de la région, il compte aujourd’hui 180 lycées adhérents et plus de 150.000 comptes utilisateurs crées. Si, au delà des chiffres, il est trop tôt pour dresser un bilan des usages, l’intérêt grandissant manifesté par les établissements et par les éditeurs est encourageant.

Les atouts du dispositif ? Tout d’abord le fait de donner accès à un ensemble “validé” de contenus, tous disponibles en ligne, dans un environnement clos, si complexe soit-il. Les ressources agrégées dans Corrélyce sont sélectionnées par le “guichet éditeur” animé par le CRDP, et choisies par les établissements, avant d’être mis à la disposition des enseignants et des élèves. L’ensemble des acteurs impliqués se voient donc confortés dans une position distincte et complémentaire. Pour aller vite et au risque de caricaturer, c’est le schéma suivant qui se dessine : la région finance et subventionne les établissements adhérents, les CRDP se portent garants des contenus et de leurs métadonnées, les établissements définissent le bouquet de ressources auquel ils adhèrent et les enseignants ont toute liberté pédagogique pour utiliser ou non, les ressources à leur disposition.

Outre cette répartition, apparemment équilibrée, des responsabilités et l’affirmation de choix éditoriaux garantissant aux établissements une disponibilité maximale des ressources (en ligne) dans un espace documentaire sécurisé, Corrélyce présente un certain nombre d’atouts techniques “durables” :

  • la conformité aux normes et standards en vigueur, avec l’adoption du LOM FR et du profil Méta Scérén
  • l’adoption des langages documentaires utilisés dans les établissements (Motbis et listes d’autorité)
  • la mise à disposition de la souche logicielle Corrée, développée par une SSL (société de services en logiciels libres), sous licence libre.

Avec Corrélyce, chaque établissement gère ses propres ressources : il peut sélectionner des titres gratuits, contracter des abonnements payants et définir l’effectif auquel tel abonnement est destiné (classes ou groupes d’élèves). L’ambition affichée est bien de favoriser le développement des usages par la mise à disposition de ressources numériques, tout en encourageant l’autonomie de l’établissement. Les synergies état / collectivités sur lesquelles le dispositif s’appuie apportent des éléments de réponse aux exigences en matière de décentralisation, et ouvrent en quelque sorte la voie à d’autres initiatives. Dans son rapport sur l’éducation artistique et culturelle de décembre dernier, Eric Gros, par exemple, plaide également pour un renforcement des partenariats entre l’état et les collectivités en matière d’éducation.

La table ronde animée par Serge Pouts-Lajus sur les questions de gouvernance, sera justement l’occasion de confirmer la singularité de cette approche, alors que la majorité des régions, à l’exemple de la région Alsace, investissent le créneau des ENT, dont le déploiement bénéficie du soutien de la SDTICE et de la Caisse des Dépôts.

A la question de savoir si les ENT sont, ou ont vocation à être, plus qu’un dispositif de communication au service de la communauté scolaire, les participants feront des réponses convenues, conformes à leur position, nationale ou locale, sur l’échiquier des politiques scolaires. Les acteurs de l’état tiennent le discours de la solution clé en main dont les domaines d’application touchent à la fois l’administration de l’établissement, la vie scolaire et la pédagogie, et sollicitent à l’envi les valeurs républicaines pour justifier la normalisation. Les acteurs locaux émettent quelques réserves en rappelant que les ENT ne semblent pas être une préoccupation des équipes éducatives, qui connaissent à peine le terme et qui sont davantage demandeuses d’espaces de sauvegarde pour organiser leur propre documentation. Pas de chef d’établissement, ni d’enseignant présent à la table ronde pour partager leurs expériences.

Le modèle de l’état qui décrète comment l’école et les familles doivent communiquer, ou bien comment les enseignants doivent collaborer, reste difficile à défendre, même s’il n’est pas nouveau. Le bon sens, me semble-t-il, voudrait que cette dimension “vie scolaire” soit au coeur du dispositif des ENT, facilitant à un premier niveau un accès élargi et simplifié à un ensemble d’informations communes. Sans perdre de vue que l’outil ne créé pas la “communauté scolaire”, mais au mieux dynamise les échanges qui pré-existent par ailleurs. En termes de normalisation, il y aurait aussi un intérêt à disposer d’outils d’administration standardisés ou interopérables, favorisant une certaine souplesse dans le recueil d’indicateurs statistiques.
En revanche, l’idée d’en faire un outil au service d’une pédagogie standard, n’est guère compatible avec une certaine conception, largement répandue, de la “liberté pédagogique” et mériterait d’être davantage discutée. Ce qui semble évident cependant, c’est le rôle que doivent jouer les académies dans l’ouverture d’espaces de stockage et de travail collaboratif : des plateformes qui “libèrent” les enseignants des questions techniques et juridiques qu’ils n’ont pas à prendre en charge. Que ces plateformes constituent une brique des ENT ou en soient indépendantes serait une question presque dépourvue d’intérêt, si elle ne contribuait pas à complexifier à l’extrême les dispositifs à déployer : des dispositifs qui doivent pourtant pouvoir allier pérennité et agilité et s’inscrire dans ces logiques de développement durable qui influencent progressivement les TIC. Une question pertinente serait celle du “quand” : l’état doit-il impulser des dispositifs innovants ou bien agir en aval, pour coordonner des usages qui se sont développés de façon anarchique ?

Globalement, l’appréciation scientifique des usages pédagogiques des TIC reste un vaste champ encore en friche. Alors évaluer les usages pédagogiques des ENT est d’autant plus difficile !!! Un peu parce que ces usages, dépendant d’infrastructures encore insuffisantes, sont toujours marginaux ; mais marginaux en contexte pédagogique justement car pendant que les collectivités investissent dans le haut débit et financent les achats de postes informatiques, les profs, les élèves et leur famille s’équipent, préfigurant un décloisonnement de l’espace-temps scolaire dont les potentialités éducatives sont largement inexploitées.

Aussi parce que la dimension gestionnaire de l’ENT reste également mal connue. Faut-il en conclure qu’elle va de soi et que les cahiers de texte électroniques par exemple sont désormais intégrés aux pratiques courantes des enseignants, des élèves et des familles ? En tout état de cause, si ces usages gestionnaires progressent, ils ne semblent pas remplir le rôle de médiation qu’on veut parfois encore leur faire jouer (voir ce billet, un peu ancien…) : autrement dit la transition entre usages gestionnaires et usages pédagogiques n’a rien d’évident. Les travaux du groupe POETIC (Partage des observations et études sur les TIC) présentés à l’ORME doivent éclairer ces questions, mais je n’ai pu y assister.

Dans ces tâtonnements somme toute naturels, plusieurs alternatives peuvent être envisagées : la mise à disposition de ressources en est une, mais les réaménagements de l’espace-temps scolaire favorisant davantage de collaborations en sont une autre.

Dans ce débat sur l’appropriation des TIC, la question de la mise en place d’un enseignement spécifique d’informatique a également été soulevée aux rencontres de l’ORME, notamment sous l’impulsion du groupe ITIC (informatique et TIC) de l’ASTI (société savante et professionnelle des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication). Cette question a également été largement discutée dans le forum “école et internet”. En tout état de cause, ce qu’il convient de considérer sous cette appellation “informatique” nécessite d’être largement clarifié. Car une porosité évidente apparaît avec les enseignements documentaires que les profs docs tentent d’animer, et avec ces compétences informationnelles qui n’ont à mon sens de réalité que contextualisées. Car à choisir entre connaître le fonctionnement du moteur de ma voiture et savoir conduire, à tout prendre, je préfère la 2e option. Bien sûr si je savais où la faire réparer sans avoir l’impression de me faire arnaquer, ça serait mieux. Mais qui pourrait me garantir la fiabilité de cette information ? Le débat est ouvert…

=================

En savoir plus :

=================

MAJ du 23/04 : Dans le cadre du Programme Information pour Tous (PIPT), l’Unesco vient de publier un rapport intitulé Towards information literacy indicators (pdf, 46 pages), qui fournit un premier cadre théorique pour la mesure de la maîtrise de l’information. Il propose justement de mettre en correspondance les indicateurs de la maîtrise de l’information avec ceux d’autres compétences, telles que la connaissance des TIC, et offre une description des normes éducatives en la matière.Pour mémoire, le rapport s’inscrit dans la continuité du manuel Introduction à la maîtrise de l’information (pdf, 112 pages, janvier 2008), réalisé par Forest Woody Horton, qui offrait déjà à penser sur ces questions de périmètres entre maitrise de l’informatique, maitrise des médias et maitrise de l’information.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.