Médias, informations : qui sensibilise?

Lors du congrès des enseignants documentalistes (Lyon, 28-30 mars 2008), Philippe Meirieu est intervenu sur le thème «éduquer aux médias, éduquer les médias». Après avoir rappelé que l’éducation aux médias fait partie d’une des missions de l’enseignant documentalistes (rares sont ceux qui ne participent pas à la semaine de la presse !), P. Meirieu a souligné l’incohérence entre le rejet des médias de la culture scolaire parce que véhiculant une information trop fugace et la réalité de médias « saturées et saturantes ».

Construire l’école contre cette réalité, c’est aussi faire une « discrimination par le passé», c’est prendre le risque d’une « schizophrénie scolaire » opposant le fugace au pérenne. Les élèves consentent une culture scolaire formelle et superficielle pour éviter tous « risques institutionnels», mais hors l’école, ils subissent (ou sont attirés par) un ensemble d’informations hétéroclites non hiérarchisées.

Outre l’impact cognitif de cette saturation, les élèves n’ont pas de référence au niveau du langage, de la rigueur, de la valeur de l’information.

P. Meirieu souhaite interpeller les médias qui se focalisent sur l’école censée régler tous les maux de la société mais qui feraient mieux de respecter les droits de l’enfant (qui ne doit pas être un cœur de cible), le droit à l’information (en proposant des journaux d’informations adaptés aux enfants et adolescents), le droit à la culture (il n’existe pas d’émission sur la littérature de jeunesse par exemple), le droit à l’expression (pour contrebalancer le dictat de l’audience) et le droit au libre arbitre.

Les médias alternatifs peuvent-ils être une forme de réponse ?

C’est la question qu’a posé Aurélie Aubert (laboratoire CIM/CHRIME, université Paris 3) en partant d’une typologie des médias alternatifs :

  • sites de presse en ligne : classiques ;
  • médias mixtes (comme Mediapart ou Rue89) : faits par des journalistes, avec des contenus fournis par des experts ou des internautes –avec validation ;
  • blogs, à la fiabilité informationnelle des plus variables;
  • sites tels que Agora Vox, qui comportent beaucoup de commentaires [et de paraphrases ?].

Il est donc difficile pour les jeunes de s’y retrouver, Internet devient une « prothèse informationnelle » et les enseignants ne sont pas tous formés à cette nouvelle (res)source.

Quelle éducation à …?

Du côté des élèves, on se référera, bien sûr, au socle commun de connaissances et de compétences (4.- maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication et 7.- autonomie et esprit d’initiative).

Du côté des enseignants, on rejoint la grande interrogation du « qui fait quoi, quand et comment»? :

  • Tous un peu ? cf. le document de synthèse sur la “Culture de l’information et disciplines d’enseignement” (2006). Toulouse : CRDP de Midi-Pyrénées.
  • Faut-il construire un curriculum documentaire ? Cf. la réflexion engagée par l’équipe de recherche technologique en éducation (Erté) “Culture informationnelle et curriculum documentaire” de l’université Lille 3.

Joël Lebeaume (STEF, ENS-INRP), prenant l’interrogation du point de vue de la discipline Technologie, se demande comment assurer un enseignement rudimentaire et fondamental. A la lecture du socle commun et des préconisations disciplinaires, la question du « qui prend en charge cet enseignement ? » en entraîne souvent une autre : « qui l’abandonne ? ».

Bibliographie complémentaire :

  • Horton, Forest Woody (2008). Introduction à la maîtrise de l’information. Unesco, janvier 2008, PDF, 112 p.
  • « La maîtrise de l’information » (2007). Les dossiers de l’ingénierie éducative, n° 57, avril.
  • Chevillotte Sylvie (2007). « Maîtrise de l’information ? Culture informationnelle ? ». Les dossiers de l’ingénierie éducative, n° 57, avril, p. 16-19 [PDF]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.