Le choix de l’école ne repose pas sur les performances scolaires

Des réformes scolaires aux États-Unis telles que les « charters schools » ou les chèques éducatifs ont comme fondement une régulation par le libre choix des familles. Une démarche que l’on retrouve aujourd’hui dans de nombreux pays occidentaux avec le progrès de l’idée de « libre choix » scolaire dans les politiques publiques.

Une présomption liée à ce libre choix est que le choix des parents se fera selon des critères liés à la qualité réelle (statistiques de réussite par exemple) ou perçue (réputation) des établissements scolaires.

Or, une étude publiée par des chercheuses américaines (Natalie Lacireno-Paquet et Charleen Brantley) remet fortement en cause cette présomption.

Les chercheurs constatent en effet que les familles qui ont une démarche active de choix de l’école pour leurs enfants (1) s’appuient plutôt sur leurs réseaux sociaux que sur les sources officielles d’information comme critères de sélection de l’établissement. Alors que ces familles déclarent formellement baser leur décision sur la « qualité académique » (performances scolaires), leur comportement indique que leur choix suit plutôt des critères de différenciation sociale et ethnique.

Les parents « blancs » tendent à éviter les écoles à forte concentration d’élèves non-blancs, tandis que les parents de minorité qui exercent un choix tendent à éviter les écoles à forte proportion d’élèves issus de familles à bas revenus.

Pour résumer, alors que les parents déclarent volontiers porter leur attention aux mesures de la performance éducative, ils en accordent en fait plus volontiers aux données sociales et ethniques des écoles qu’ils examinent, qui constitue pour eux un indice déterminant de la qualité de l’éducation escomptée.

Les chercheurs en concluent donc que le libre choix de l’école est loin d’être une réforme de nature à permettre de diminuer les barrières entre établissements ségrégés.

(1) Contrairement à ce que l’on croit parfois, le libre choix de l’école n’est pas très développé aux États-Unis, la situation américaine étant de ce point de vue plus proche de la France que d’un marché scolaire à libre concurrence.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.