Littérature de jeunesse et identités

L’ANILIJ (Association Nationale de Recherche en Littérature de Jeunesse – Espagne) a tenu son 5° congrès international, sous le titre Identité/Identités, à Léon du 21 au 23 novembre 2007.

Les communications se sont regroupées autour de trois pôles : didactique, littérature, traduction, et les questions d’identités pouvaient se poser dans le contexte du genre comme dans celui des minorités culturelles. Une question récurrente a porté sur la transmission des valeurs au fil des traductions, des adaptations ou des illustrations. Ainsi, les questions de genre liées à l’éducation ont pu être abordées dans le cadre d’une étude sur la presse anglaise à destination des jeunes filles du XIX° siècle (To be a girl : personajes femininos en la novela domestica inglese del siglo XIX ) ainsi que dans la littérature pour les adolescentes d’aujourd’hui (La nueva chick-lit para ninas y los estereotipos femininos).

Cette question des stéréotypes a été largement abordée dans les communications, notamment quand ils concernent des minorités ethniques ou quand il faut rendre compte d’une réalité culturelle étrangère. Ainsi la communication de Nuria Isabel Mendez Garita (Costa Rica) mettait-elle l’accent sur la relecture des thèmes et motifs nahualt dans la culture costaricaine actuelle (La multiculturalitad en la literatura infantil costarricense : la presencia nahualt). Le souci de mieux intégrer les minorités, de bien accueillir les actuels migrants comme de donner du sens à ce qui fonde l’identité d’un groupe ou d’un peuple pouvait servir de fil conducteur à bien des communications.

Ces enjeux majeurs de la littérature de jeunesse ont par ailleurs été abordés dans la conférence de Gillian Lathey, Don Quixote in sunny Spain : the mediation of nation and cultural identities in children’s literature ainsi que dans celle de Emer O’Sullivan S is for Spaniard : the representation of foreign nations in ABCs and picturebooks.

La question de la traduction s’est alors révélée centrale dans la construction de l’identité, car elle concerne aussi bien l’exercice d’une possible censure ou autocensure (Las aventuras de A Connecticut Yankee de Twain en la Espana del siglo XX), le recours éventuel aux stéréotypes, la volonté d’identifier toutes les connotations culturelles (Minoritas con voces proprias : multiculturalidad y tradduccion de LIJ et Have the « Classics » had their days ? ). L’adaptation pour un public enfantin exacerbe ces questions, tandis que l’illustration démultiplie les possibilités du texte ( La construccion de la identitad en el album illustrado espanol, et Manuel Maria y la construccion de la identitad a partir de su obra infantil y juvenil ).

L’importance prise dans la culture scolaire comme dans la culture privée, de la littérature de jeunesse en ce qui concerne la construction de l’identité appelle à une créativité vigilante et met l’accent sur l’importance à accorder, dans le domaine éditorial, à la traduction. La conférence du romancier britannique Aidans Chambers Fictions in Form le rappelait en contrepoint à l’ensemble de ces travaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.