Peut-on aider les étudiants à réussir leur entrée dans l’enseignement supérieur ?

A la question de savoir si on peut aider les étudiants à réussir leur entrée dans l’enseignement supérieur, on est tenté de répondre “oui, évidemment” ! Pour autant, les pouvoirs publics s’interrogent depuis plus de 20 ans sur la manière de lutter contre l’échec et l’abandon à l’université, sans obtenir de résultats satisfaisants : bien au contraire, ces phénomènes semblent s’aggraver (pas seulement en France, d’ailleurs).

Le sujet est également abondamment traité par les chercheurs : nombre d’études se sont intéressées à cette nouvelle population étudiante qui, avec la massification, peut désormais prétendre à la poursuite d’études supérieures. Les inégalités, tant en termes d’accès que de réussite, et les difficultés que rencontrent les étudiants font également l’objet d’une littérature extensive.

Alors pourquoi revenir sur le sujet aujourd’hui avec ce nouveau dossier d’actualité de la VST ? Peut être parce que c’est seulement récemment que l’on parvient à prendre effectivement toute la mesure des efforts à consentir !

… que l’on prend conscience que ces phénomènes d’échec et d’abandon ne touchent pas seulement ceux qui s’inscrivent librement à l’université (d’ailleurs de moins en moins nombreux), mais que les filières courtes (surtout STS) et les écoles d’ingénieurs, malgré la sélection qu’elles opèrent, ne sont pas épargnées ;

… que l’on accepte que ceux qui échouent sont aussi parfois ceux qui réussissaient bien au lycée, que l’on admet que le discours commun sur la baisse de niveau et l’inadéquation scolaire n’est plus tenable et que l’échec ne peut décemment plus être imputable aux seuls étudiants ;

… que l’on comprend enfin qu’il ne s’agit plus de trouver LA solution (ex : le tutorat méthodologique) qui résoudra tous les échecs, mais qu’il s’agit bien d’avoir une approche plus “holistique” qui inclut, certes, des dispositifs d’accompagnement personnalisé, mais suppose également des transformations en termes d’offre de formation, d’organisation pédagogique et de pédagogie…

Bref, ce dossier, intitulé Réussir l’entrée dans l’enseignement supérieur, se propose de faire le point sur la question. Il se concentre sur le début du parcours des étudiants et les dispositifs d’aide à la réussite qui sont aujourd’hui proposés.

Après une première partie qui s’attache à mettre en évidence les spécificités françaises en termes d’accès et de réussite, il examine dans un deuxième temps les facteurs de risque, à la fois d’ordre contextuel et individuel, qui marquent l’entrée dans la vie étudiante, à la lumière des parcours et des expériences des étudiants. Dans une troisième partie, il aborde les différents dispositifs susceptibles d’aider les étudiants à entrer dans leur nouveau métier, et met au jour les approches multidimensionnelles qui sont aujourd’hui privilégiées.


4 réflexions sur « Peut-on aider les étudiants à réussir leur entrée dans l’enseignement supérieur ? »

  1. Dossier très intéressant, qui donne envie de lire plusieurs des articles cités.

    Une remarque, et peut-être une suggestion : ces articles sont-ils disponibles sur internet, et sont-ils en accès libre? Serait-il possible à la VST d’identifier ceux qui peuvent être téléchargés, et de donner le site correspondant?

    J’imagine que la plupart des auteurs, et un certain nombre des journaux, ne tiennent pas forcément au modèle payant de la diffusion scientifique.

    1. @ Pierre Arnoux.
      En fait vous pouvez suivre les liens proposés dans la version intégrale du dossier : ils vous conduisent directement à notre plateforme bibliographique collaborative Wikindx : http://wikindx.inrp.fr/biblio_vst/.
      Outre le résumé, la plupart des notices comporte une URL (et accessoirement un DOI) permettant d’accéder à la ressource. Quand les ouvrages sont disponibles à la bibliothèque de l’INRP, nous essayons de le mentionner également, bien que de façon moins systématique. Certaines de ces notices sont également annotées, suite aux lectures que nous en faisons.
      Voilà sans doute donc de quoi satisfaire vos appétits de lecture !

  2. Merci pour ce texte qui me paraît bien faire le tour du sujet en mettant en évidence toute une série de questions que chaque responsable d’un service d’aide à la réussite ( S.A.R. en Communauté Française de Belgique) devrait se poser. Une seule petite réserve pour le lecteur non habitué aux abréviations françaises: ne serait-il pas possible la première fois de traduire les acronymes ou bien de renvoyer à une ressource qui permettrait le décodage ?
    Par ailleurs, le 15 octobre dernier à la Haute Ecole Blaise Pascal (Bastogne – Belgique), un colloque intitulé “Comment élaborer une politique institutionnelle en matière de promotion de la réussite ?” a été organisé par le groupe DIESE mis sur pied dans le cadre de la convention qui lie l’Académie Universitaire Louvain et les Hautes Écoles (représentées par la Fédération de l’enseignement supérieur catholique). On pourra lire dans la note de synthèse (à consulter à l’adresse suivante http://nouvelles.fundp.ac.be/upnews.2010-10-20.6346046527/view ) l’une ou l’autre piste pour rencontrer des interrogations figurant dans ce dossier.
    Philippe Collonval
    Coordinateur de la Cellule Réussite
    Haute Ecole Louvain en Hainaut

    1. @ Philippe Collonval.
      Vous avez raison, on essaie de développer les sigles lors de la 1ère occurrence et d’employer des formulations génériques (services d’orientation plutôt que SCUIO,…), mais difficile d’échapper totalement au jargon franco-français… surtout dans ce dossier, plus explicitement orienté sur la France que d’autres…
      Merci également pour la référence complémentaire et les rebonds qu’elle offre. D’une manière générale, les travaux réalisés en Belgique sur cette question d’aide à la réussite sont tout à fait éclairants, et devraient rencontrer plus d’écho en France…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.