Apprentissages nomades : que sait-on aujourd’hui ?

Alors que téléphones cellulaires, lecteurs mp3 et micro-portables se banalisent et que leurs fonctionnalités respectives sont de plus en plus convergentes, leurs usages dans l’enseignement posent question. Les travaux du Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement de l’OCDE (programmes L’école de demain ou Apprenants du nouveau millénaire), ceux de l’Unesco dans le cadre du Sommet mondial sur la société de l’information, ou encore ceux du New media consortium placent néanmoins l’Internet mobile au cœur de l’éducation et de la formation du XXIe siècle. Dans cette mouvance,  de plus en plus nombreux sont ceux, chercheurs et praticiens, qui s’intéressent au potentiel pédagogique des technologies mobiles, qui innovent en expérimentant de nouveaux scénarios d’apprentissage, dans et hors la classe, tant en Europe qu’ailleurs. En quoi ces outils peuvent-ils servir la pédagogie ? En quoi préfigurent-ils une évolution des modes d’apprentissage ?

En France, les premiers jalons de l’apprentissage nomade ont été posés avec les opérations visant à doter les collégiens d’ordinateurs portables. L’apparition des clés USB dans les cartables numériques des enseignants et des élèves en 2006, couplée à la distribution de logiciels libres, en constitue un autre signe tangible, même si la distribution d’outils n’en préjuge pas l’usage. L’utilisation de la baladodiffusion pour l’apprentissage des langues et dans l’enseignement supérieur, est fortement encouragée, notamment par Educnet.

Mais le recul demeure complexe, ne serait-ce que parce que les technologies sont volatiles, que les usages ne cessent de s’inventer et que la visibilité de ces mêmes usages est souvent restreinte. L’appréhension des perspectives de ce que les anglo-saxons nomment mobile learning, doit pouvoir bénéficier des apports conceptuels de la recherche d’une part, et miser sur une mutualisation plus large des expériences d’autre part.

L’histoire du « mobile learning »

C’est en nous appuyant sur l’ouvrage de N. Pachler, B. Bachmair et J. Cook, en particulier sur le chapitre de M. Sharples, que nous apporterons ici un éclairage sur ce que mobile learning veut dire. L’auteur décompose ainsi sa courte histoire en trois phases : une première phase focalisée sur les outils, une deuxième sur les apprentissages hors les murs, et une troisième sur la mobilité des apprenants.

La première phase, initiée au milieu des années 1990, est caractérisée par des questionnements sur les outils utilisables en contexte d’enseignement ou de formation, en particulier les PDA, les ordinateurs portables et les téléphones mobiles. Dans cette perspective, les outils sont considérés comme des réceptacles pour stocker et transporter avec soi des ressources multimédias.

La deuxième phase se concentre sur les potentialités en termes d’apprentissage en contexte, essentiellement à l’extérieur de l’espace physique délimité par les murs de la classe ou de l’école. Il s’agit dès lors pour les apprenants, non pas d’être simplement destinataires de contenus formatés, mais d’agir ou plutôt de réagir dans un contexte extérieur, qu’il s’agisse d’un voyage d’études, ou d’une sortie scolaire telle que la visite d’un musée.

Dans la troisième phase, les projets se focalisent sur la mobilité des apprenants en tant que collectif, dans un environnement mi-réel, mi-virtuel. Le focus n’est ni sur les outils utilisés par les individus, ni sur les activités des individus, mais sur la mobilité du groupe social : l’espace physique de mobilité est enrichi virtuellement grâce à la visualisation d’informations complémentaires, permettant d’appréhender l’espace autrement, voire même transformant cet espace.

Tous les projets sollicitant une approche « mobile » n’ont cependant pas vocation à toucher les milieux éducatifs selon la même fréquence, ni la même intensité. L’organisation d’une sortie scolaire reste exceptionnelle, l’avènement des technologies mobiles n’y changera rien. La conception d’une plateforme collaborative permettant aux apprenants de partager et travailler avec les contenus capturés ne peut relever de la responsabilité du seul enseignant. La plateforme MoULe (Mobile and Ubiquitous Learning) répond en partie à ce besoin. La question du modèle économique n’est pas non plus anodine : équiper une classe, une école, avec un outil quel qu’il soit, a nécessairement un coût, et ce coût ne peut être supporté uniquement par les familles, ni même par les collectivités.

C’est donc tout naturellement sur la distribution de contenus, d’une part, et sur l’usage des technologies mobiles dans la classe, voire dans l’établissement d’enseignement, d’autre part, que se concentre l’essentiel des expérimentations menées par les enseignants.

Les initiatives et lieux de mutualisation

Les conférences internationales mLearn et Mobile Learning, organisées respectivement par les associations IAMLearn (International association for mobile learning) et IADIS (International association for development of the information society), témoignent d’une croissance spectaculaire de projets sollicitant à un degré ou un autre la mobilité. Outre les actes de ces conférences, certains ouvrages, tel que celui publié en 2009 sous la direction de M. Ally au Canada, commencent à rendre compte des expérimentations déployées çà et là et à s’interroger sur leur transférabilité.

Certaines initiatives transnationales s’inscrivent progressivement dans le paysage comme autant d’espaces nouveaux pour mettre en commun les réflexions et les pratiques. C’est par exemple le cas de l’association IAMLearn, qui compte aujourd’hui la majorité des experts européens  sur le développement des applications mobiles et des pratiques liées à leurs usages en contexte éducatif. À travers son site Web, l’association offre différents espaces de mutualisation sur les projets, les ressources et les technologies émergentes.

Plusieurs projets financés par la Commission européenne contribuent également à promouvoir des communautés d’intérêts transnationales. C’est par exemple le cas du projet Motill (Mobile Technologies in Lifelong Learning best practices, 2009-10), qui se propose d’interroger les liens entre apprentissage nomade et apprentissage tout au long de la vie, et notamment la diffusion d’un modèle social où  les opportunités d’apprentissage, formelles ou informelles, sont multiples. Dans le cadre de ce travail, une base de données commentant projets pédagogiques, expériences clés et recherches scientifiques est développée, sous le nom de Scientific Annotated Review Database (SARD) et une collection de « bonnes pratiques » est élaborée.

En Angleterre, trois réseaux d’acteurs offrent des opportunités de mutualisation. Le London Mobile Learning Group (LMLG), tout d’abord, rassemble des chercheurs de plusieurs universités  en vue de la conception d’un cadre théorique interdisciplinaire. Il a ouvert fin 2009 la base de données MoLeaP (Mobile Learning Project Database), conçue comme une ressource librement accessible à tous les professionnels des milieux éducatifs pour mettre en commun leurs activités pédagogiques basées sur l’usage des médias mobiles. L’association Handheld Learning, ensuite, est une communauté ouverte participant au réseau international Learning without Frontiers (Unesco). Elle soutient les échanges de bonnes pratiques et offre une plateforme en ligne permettant de collecter des témoignages sous des formats divers (textes, vidéos, etc.), et des forums de discussion. Enfin, le réseau Mobile Learning Network (MoLeNET) fédère les projets pédagogiques à l’échelle nationale et est constitué d’une communauté d’établissements secondaires et supérieurs en pleine croissance. Près de 20 000 élèves et étudiants ont bénéficié du soutien, notamment financier, du réseau en 2008-09, contre 10 000 en 2007-08.

En guise de conclusion

Des publications telles que Big Issues in Mobile Learning et Theory of Learning for the Mobile Age sont au fondement même des réflexions théoriques qui se multiplient aujourd’hui, visant à appréhender la nature à la fois sociale et culturelle des changements induits par la démocratisation des technologies mobiles.

Ces interrogations conceptuelles n’échappent cependant pas à la tentation de la généralisation : l’usage des technologies mobiles, notamment en classe, va-t-il effectivement se banaliser, comme celui des stylos et des calculettes autrefois ? Derrière cette question, c’est l’espace-temps pédagogique qui, plus largement, est sollicité, comme l’ont montré H. Godinet et J.-P. Moiraud dans leurs travaux sur les scénarios de pédagogie embarquée. Comment établir des relations entre l’apprentissage en classe et l’apprentissage à la maison, entre apprendre sur le monde et apprendre dans le monde ? Comment inclure les activités de la classe dans le quotidien des apprentissages et, inversement, comment faire entrer dans la classe les mini-actes d’apprentissage qui nourrissent le quotidien ?

Bibliographie

(2010). Baladodiffusion et enseignement. Paris : Educnet. 2e édition. [en ligne]        <http://www.educnet.education.fr/dossier/baladodiffusion>.

Ally Mohamed (dir.) (2009). Mobile Learning: Transforming the Delivery of Education and Training. Athabasca University Press.

Endrizzi Laure (2010). Eléments pour une cartographie de la recherche sur les apprentissages nomades en Europe. In Poyet Françoise et Develotte Christine. Internet pour l’enseignement : changements et perspectives. Lyon : INRP [à paraître].

Godinet Hélène et Moiraud Jean-Paul (dir.) (2007). Scénarios de Pédagogie Embarquée : questions à propos de l’apprentissage nomade. Lyon : INRP. [en ligne] <http://eductice.inrp.fr/EducTice/projets/scenario/spe>

Kaplan Daniel et Lafont Hubert (dir.) (2004). Mobilités.net : Villes, transports, technologies face aux nouvelles mobilités. LGDJ, coll. « Questions numériques ».

Pachler Norbert, Bachmair Ben et Cook John (dir.) (2010). Mobile Learning: Structures, Agency, Practices. New York : Springer.

Sharples Mike (dir.) (2006). Big Issues in Mobile Learning : Report of a Workshop by the Kaleidoscope Network of Excellence Mobile Learning Initiative. Nottingham : University of Nottingham.

Sharples Mike, Taylor Josie et Vavoula Giasemi (2007). « A Theory of Learning for the Mobile Age ». In Haythornthwaite Caroline et Andrews Richard (dir.). The Handbook of elearning research. Londres : Sage.

Tétard Franck, Patokorpi Erkki et Carlsson Joanna (2008). A Conceptual Framework for Mobile Learning. n° 464. Turku : Institute for Advanced Managament Systems Research (IAMSR).

Vavoula Giasemi, Pachler Norbert et Kukulska-Hulme Agnes (dir.) (2009). Researching Mobile Learning : Frameworks, tools and research designs. Berne, Berlin, Frankfurt s/Main : Peter Lang.


1 réflexion sur « Apprentissages nomades : que sait-on aujourd’hui ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.