Les enjeux de qualité de la recherche en éducation scrutés à Genève

Genève fera office pendant une semaine de centre névralgique des réflexions sur la qualité de la recherche en éducation.

A partir du lundi 13 septembre, en effet,  s’y déroulera le congrès AREF 2010 (Actualités de la recherche en éducation et en formation), placé cette année sous le signe de la “cartographie” de la recherche en éducation francophone, thématique qui invite les contributeurs à mettre en perspective leurs travaux dans le champ au regard des questions vives, des points aveugles et de la dimension contextuelle dans laquelle se situent les recherches.

De nombreux acteurs de l’INRP participeront à ces journées. L’équipe de la Veille scientifique (VST) apportera en particulier sa contribution récente en matière de cartographie, concernant les grandes tendances de la recherche en éducation appréhendées à travers les articles de trois revues européennes.

Prolongeant les journées AREF, le projet européen EERQI propose à Genève son deuxième séminaire de travail (vendredi 17 et samedi 18 septembre), afin de présenter les résultats intermédiaires de son travail concernant la qualité des publications scientifiques en éducation et la possibilité de définir de nouveaux indicateurs. Alors que les précédentes tentatives de classement des revues par la Fondation européenne de la science ont suscité de large critiques partout en Europe (cf. notre dossier paru en juillet 2009), le projet EERQI apparaît comme une voie différente d’approcher l’enjeu de la qualité scientifique dans les productions de recherche du domaine des sciences humaines et sociales.

Les inscriptions sont encore ouvertes jusqu’à ce soir (vendredi 3 septembre).



Citer ce billet
Olivier Rey (2010, 3 septembre). Les enjeux de qualité de la recherche en éducation scrutés à Genève. Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3ly

2 réflexions sur « Les enjeux de qualité de la recherche en éducation scrutés à Genève »

  1. Quelle belle initiative!!! Aujourd’hui parler de la cartographie de la recherche en sciences de l’éducation est fondamental pour mieux circonscrire les domaines de recherche et les acteurs en présence au sein de l’espace francophone.
    Pour ce qui est des domaines, quelle est la place de la didactique des disciplines au sein des sciences de l’éducation? Quelle est la place de la didactique par rapport à la pédagogie? Quelle est la place de l’élaboration des programmes par rapport à la didactique et à la pédagogie? Quelle est la place des TICE sur l’échiquier? La place de l’enseignement à distance!!!!!!!!
    Certains chercheurs veulent d’ailleurs tracer un parallèle entre les sciences de l’éducation “dures” et la didactique des disciplines. Ce qui n’est pas facile.
    Par ailleurs, les acteurs du Sud devraient avoir voix au chapitre pour ne pas continuer à rester à la traîne. Au regard des disparités de par le monde en matière de recherche et de développement technologique, la recheche peut-elle avoir le même impact partout en termes de résultats ou de leur mise en oeuvre, ou de leur de efficacité??
    En conclusion, ce colloque permettra à coup sûr de refaire le parcours de l’épistémologie des sciences de l’éducation.
    Que les initiateurs en soient remerciés. Et que surtout les résultats de la rencontre soient publiés pour le bonheur de la communauté internationale des chercheurs.

  2. On ne peut que se réjouir d’une telle initiative. La recherche en éducation devrait être le fondement même de la pratique. Il se trouve malheureusement que la jonction entre le terrain et la théorie ne se fait pas toujours, ou se fait d’une manière inadéquate. Il n’est qu’à constater l’aversion ressentie par beaucoup d’enseignants pour tout ce qui touche à la théorie. Mais les chercheurs aussi, même s’ils déplorent cette absence de lien, font peu d’efforts pour aller à la rencontre du terrain.On a tendance à oublier que théorie et pratique sont supposées se nourrir mutuellement et ne devraient pas se concevoir autrement que dans une relation de collaboration.

    J’espère que ce congrès genevois portant sur la recherche en éducation francophone et ayant pour but d’en faire une cartographie n’oubliera aucune région, y compris les plus lointaines géographiquement, et les plus pédagogiquement innovantes. Je pense par exemple, à la recherche canadienne francophone de Clermont Gauthier et son équipe en Pédagogie Explicite. Etudes alliant la langue française à la recherche d’efficacité et à des fondements empiriques. Travaux connus dans le monde de la recherche bien sûr, mais aussi, depuis quelques années, chez les enseignants praticiens qui leur donnent vie dans les classes en France.

    Enfin, puisqu’il est question de qualité de recherche en éducation, voici un article qui pourrait à mon sens avoir toute sa place dans le débat : il parle de la place (réduite) des données probantes en éducation et des conséquences en matière de pratique sur le terrain. http://www.3evoie.org/telechargementpublic/canada/bissonnette2010d.pdf
    « Cette absence de perspective scientifique nuit à l’amélioration de la qualité de l’éducation et à la professionnalisation de l’enseignement » (Gauthier 2006).

    Cordialement,

    Françoise Appy

Les commentaires sont fermés.