Organisation des documents : interopérabilité et scénarisation

Dans un article précédent, je mentionnais l’évolution du droit d’auteur pour permettre notamment la diffusion la plus large des ressources. Des questions techniques se posent rapidement pour permettre cette diffusion. En effet, si des licences spécifiques autorisent la diffusion et la modification des ressources, cela n’est pas suffisant en soi : il faut que la diffusion et le partage soient réalisables techniquement , que la ressource ne soit pas liée à un logiciel précis fonctionnant dans un environnement précis.

Les banques de ressources

Le rôle de l’enseignant a évolué ces dernières années. S’il était auteur de ses cours au début, il est ensuite devenu concepteur et prescripteur de contenu (les cours étaient réalisés par d’autres, à sa demande). Puis il est devenu prospecteur, référenceur et organisateur de ressources, ce qui implique qu’il sache chercher, trouver, référencer et indexer les objets d’apprentissage. Il est ensuite devenu scénariste ; il organise un ensemble d’activités qui mettent en jeu des ressources, des outils, des acteurs, des temporalités et des lieux ; il créée des unités d’apprentissage et des scénarios pédagogiques (Pernin, 2004).

Pour l’enseignant qui désire trouver des ressources didactisées, les banques qui mutualisent et organisent les contenus sont d’une grande utilité. L’accumulation de ces ressources nous fait entrer dans une logique de capitalisation. Pour les mutualiser, l’organisation de dépôts est nécessaire ; l’indexation dans ce contexte est primordiale (Crozat et.al., 2008). Ce constat est partagé par d’autres : « Pour être ré-utilisable, une ressource doit être indexée de façon à en connaître à la fois le contenu, les objectifs pédagogiques visés, les conditions de réutilisabilité, etc… » (Hernandez et al., 2008). Des normes ont été élaborées pour permettre cette indexation.

Les banques de ressources peuvent être des dépôts organisés par des institutions (EDU’bases, gérée par Educnet qui dépend du Ministère de l’Éducation nationale et qui recense les pratiques pédagogiques proposées par les sites académiques, ou encore PrimTICE), des universités, mais aussi par des associations (Sésamath, OpenEnglishWeb ou encore Lemanège en France par exemple).

Les banques de ressources sont de plus en plus interconnectées, des projets existent, tels GLOBE (essentiellement pour des ressources en langue anglaise) ou le projet « Paloma Web » (francophone). L’intégration multistandards sur ces banques peut favoriser l’interopérabilité.

Les formats d’export

La généralisation des plateformes numériques d’apprentissage (Espaces Numériques de Travail, …) rend la gestion de ces ressources à la fois plus simple, mais aussi plus complexes. Une ressource n’est pas forcément réalisée sur un logiciel de traitement de texte ; de plus en plus, elle est créée directement sur les plateformes numériques. Il est donc nécessaire de s’assurer qu’une ressource d’une plateforme puisse fonctionner sur une autre plateforme, que le passage de l’une à l’autre soit possible. Pour permettre cela, adopter des normes spécifiques qui permettent les exports et les imports des ressources, sans que cela ne modifie leur contenu est devenu une nécessité.

Des normes existent, mais elles sont parfois en concurrence les unes avec les autres. La tendance est quand même à l’harmonisation, ou tout au moins à l’interopérabilité entre elles.

Plusieurs normes existent, notamment les suivantes qui se sont plus ou moins imposées :

  • La norme LOM fournit les métadonnées nécessaires pour la description des ressources pédagogiques dans une banque de données par exemple. Elle est apparue au début des années 2000 et a une visée économique (rentabiliser la production).
  • La norme SCORM ( Sharable Content Object Reference Metadata) permet la structuration des contenus des ressources pédagogiques et leurs relations avec l’environnement. Cette norme est généralement implémentée dans les ENT, c’est le seul format d’échange qui se soit généralisé. SCORM permet en outre de stocker les traces des activités des élèves sur la plateforme (pour un suivi individualisé par exemple). L’export est assez facile dans la mesure où il s’agit d’un fichier compressé dans lequel se trouvent tous les fichiers utilisés pour un cours donné. SCORM a un point de vue technique sur l’objet d’apprentissage (exploiter la ressource dans un système informatique et en suivre l’utilisation) D’autres normes existent, mais elles s’appuient sur celle-ci.
  • La norme IMS-LD apparaît dix ans plus tard (learning design : ingénierie pédagogique) afin d’assurer l’interopérabilité des scénarios pédagogiques décrits sous forme d’apprentissage. Elle est issue de EML ( Education Modelling Language). IMS-LD adopte un point de vue pédagogique sur l’objet d’apprentissage.

Il existe d’autres normes encore, mais toutes présentent des limites : les normes mentionnées précédemment ne sont pas suffisantes car « elles ne prennent pas en compte ni le contenu sémantique des méta-données qu’elles introduisent ni les relations qui existent entre chaque objet pédagogique » (Hernandez et al., 2008). « L’indexation n’est pas une condition suffisante à la réutilisation » (Crozat et.al., 2008), malgré la standardisation des formats d’agrégation ou de scénarisation. Le système et les acteurs doivent se mettre d’accord sur le sens et les valeurs des métadonnées utilisées. Ce qui signifie qu’il est souhaitable de développer une culture commune partagée par les enseignants, les informaticiens et les systèmes éducatifs, etc. Il y a des difficultés à « mettre en place des stratégies appropriées de partage et de réutilisation pour la conception de scénarios pédagogiques » (Emin et al., 2007)

C’est pourquoi Hernandez (et al.) préconisent le recours à des ontologies qui permet de regrouper « les concepts qui représentent l’ensemble des connaissances d’un domaine en une spécification explicite et formelle [et] montrent les relations ainsi que les règles d’associations qui existent entre ces concepts » (Hernandez et al., 2008). Une ontologie est un Thésaurus hiérarchique et intelligent qui permet de faire du raisonnement automatique sur les concepts.

Selon Crozat (et al.), un autre enjeu de taille est l’adaptation : il faut que les contenus soient adaptables aux contextes d’usage, et non pas que les pratiques s’adaptent aux contenus disponibles : « Il faut donc produire et indexer des contenus adaptables et privilégier l’adaptation au contexte d’usage ». Les auteurs estiment que le principal obstacle est plutôt culturel et organisationnel que technologique : la coopération entre les différents acteurs est nécessaire et elle n’est pas encore entrée dans les mœurs.

Les formats de documents

Pour favoriser l’échange et le partage, le recours à des formats ouverts et documentés permettent d’assurer une meilleure interopérabilité et une diffusion plus large et efficace (d’où l’intérêt de recourir à des logiciels libres). A l’inverse, si l’utilisation d’un logiciel particulier pour lire un document est imposée, la diffusion en sera forcément freinée.

DocBook, créée par le consortium Oasis, est un des premiers standards, mais il est dans un format trop technique (XML) pour pouvoir être appréhender facilement par les utilisateurs. D’atures standards spécifiques existent, comme Latex ou MathML pour les sciences.

Les formats ouverts sont un gage de réutilisabilité. Certains ont été adoptés comme norme d’échange, même s’ils sont parfois moins répandus que leurs pendants propriétaires ; en voici quelques exemples :

  • odt pour le traitement de texte (VS le format .doc) ;
  • png pour les images (VS format .bmp)
  • ogg pour le son (VS format .mp3)
  • theora pour la vidéo (VS format .avi ou .wmv)

**************

Bibliographie

  • Crozat Stéphane, Lorthior Romuald & Majada Manuel « La question de la réutilisation : Pourquoi indexer ? Des métadonnées aux contenus calculables ». In , décembre 2008. En ligne : <http://www.educnet.education.fr/dossier/metadata/seminaire-sdtice-2007/27-mars/outils-production/?searchterm=scorm%20lom>.
  • Emin Valérie, Prieur Michèle & Sanchez Éric (2007). « Stratégies d’élaboration, de partage et de réutilisation de scénarios pédagogiques ». RITPU – Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire, vol. 4, n° 2, p. 25—37. En ligne : <http://www.ritpu.org/spip.php?article133>.
  • Hernandez Nathalie, Mothe Josiane & Ramamonjisoa Andriantiana Bertin et al. (2008). « Indexation multi-facettes des ressources pédagogiques pour faciliter leur ré-utilisation ». 2008. En ligne : <ftp://ftp.irit.fr/IRIT/SIG/2008_RNTI_HMRRS.pdf>.
  • Pernin Jean-Philippe (2004). LOM, SCORM et IMS-Learning Design : Ressources, activités et scénarios. [http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-1239]. En ligne : <http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-1239>.

2 réflexions sur « Organisation des documents : interopérabilité et scénarisation »

  1. Cet article, comme d’habitude, est à la fois bien structuré et riche d’information. J’ai beaucoup apprécié celui sur l’évolution du droit d’auteur auquel vous faites référence en introduction. Malheureusement, l’hyperlien est défectueux. Il gagnerait à être corrigé.

    Merci de votre inestimable participation à la cause de l’éducation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.