Le contrôle du travail des enseignants contribue-t-il à la professionnalisation de leur métier ?

Vaste question que le Laboratoire LIFE, de l’Université de Genève, a proposée le 4 et 5 juin, à plus de 200 chercheurs (essentiellement francophones), chefs d’établissements, enseignants, du primaire et du secondaire (essentiellement suisses).
Ce colloque, qui avait aussi pour but de rendre hommage à Philippe Perrenoud, assez désireux d’aller paresser au soleil (sic), a été organisé autour de trois symposiums et une table ronde finale. Chaque symposium était précédé par des interviews filmées de professionnels (délégué aux affaires intercantonales, enseignants du primaire et du secondaire, chefs d’établissements du primaire et du secondaire, représentants syndicaux du primaire et du secondaire).
Ces entrées en matière situaient bien quelles sont les problématiques et les enjeux du contrôle du travail enseignant, chacun donnant son avis sur la question de savoir si le métier d’enseignant était incontrôlable, si le fait de le contrôler ne relevait pas du sale boulot, si le contrôle avait un effet, sur quoi et lequel. La table ronde finale avait pour challenge de déterminer quels pouvaient être les liens entre le contrôle et la professionnalisation des enseignants.

Même si les participants ont trouvé que les approches proposées par les intervenants étaient un peu trop franco-françaises, globalement les interventions et questions montrent que, quel que soit le pays d’origine, les enseignants sont souvent frileux vis-à-vis du contrôle de leur activité même s’ils admettent qu’une évaluation de leur travail peut être synonyme de reconnaissance.

Quelques éléments de contexte

Il s’avère nécessaire de se repérer dans le temps et dans l’évolution du contrôle du travail enseignant. S’appuyant sur le modèle nord-américain, Claude Lessard a commenté une frise historique montrant comment les systèmes éducatifs étaient passé d’un contrôle fort, avant les années 1960, à la « GAR : gestion axée sur les résultats », après être passé par un période (1960-2000) où le contrôle s’est effacé au bénéfice de la notion d’enseignant réflexif, donc digne de confiance (mythe de la professionnalisation).
Dans la phase actuelle, le contrôle change, il appartient à un système qui suppose l’adhésion, la responsabilisation, dans un objectif de « school effectiveness ». Accompagnant une décentralisation des responsabilités, le contrôle du travail enseignant s’intègre dans un « new public management » [on comprendra que l’usage de termes anglais, utilisés par C. Lessard permet aussi de se distancier de cette nouvelle donne éducative].

Et si l’apprentissage des élèves et leur bien-être était une variable suffisante pour que les enseignants s’auto-évaluent et évoluent dans leur pratique ?
Walo Hutmacher a proposé une lecture du système éducatif finlandais. Pas d’inspecteur, pas d’évaluation nationale, une évaluation interne à l’établissement pour évaluer les capacités à apprendre des élèves. La déconcentration des compétences décisionnelles pourrait bien s’apparenter à une forme d’économie de marché (les collectivités locales étant des « education providers »). Pour autant, les enseignants qui sont sous le regard de ces acteurs locaux (qui sont aussi parents), pratiquent l’auto-évaluation, travaillent en réseau avec d’autres collègues, sur les bonnes pratiques, et acceptent une autorité externe tout en ayant un sentiment d’identité professionnelle forte. Leur loyauté première allant d’abord aux élèves, les démarches de perfectionnement et de coopération entre collègues sont importantes, y compris pour les chefs d’établissement).

Est-il possible de contrôler ou évaluer l’enseignement d’une science humaine ou sociale ?
De son point de vue de didacticien, François Audigier s’interroge sur la possibilité de contrôler (évaluer) l’enseignement d’une discipline. Ainsi, pour évaluer l’efficacité d’un enseignement de type « éducation à la citoyenneté », il faudrait le faire quasiment trente ans plus tard, quand l’élève est devenu un citoyen. Quels sont les objets, les finalités, les effets, quelles sont les problématiques à mettre en œuvre, à qui appartient-il d’en décider ? Il faut aussi se poser la question du lieu : faut-il contrôler dans la classe, ailleurs. Pourquoi faut-il contrôler : pour l’amélioration des pratiques, pour différencier les salaires, chasser les mauvais enseignants, selon quelles normes, quelle hiérarchisation ?

(à suivre…)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.