De l’usage de l’œuvre de Basil Bernstein

Le colloque Enjeux sociaux, savoirs, langage, pédagogie : Actualité et fécondité de l’œuvre de Basil Bernstein, organisé par le centre Alain Savary en partenariat avec le LAMES, E.Scol, RE.S.E.I.D.A et l’IUFM de Lyon, s’est déroulé à Lyon du 31 mai au 2 juin. L’argument de ce colloque était de convoquer la théorie bernsteinienne au travers des travaux de recherches récents.

La théorie de l’éducation de B. Bernstein articule social, cognitif, langagier, institutionnel et pédagogique. Reconnue dès les années 1970, cette théorie rapproche et sollicite la sociologie, la psychologie, la linguistique, offrant une grille d’analyse des codes pédagogiques, des rapports entre classes sociales. Centrée sur les inégalités sociales, elle a servi de support à de nombreuses équipes de recherche. Qu’en est-il aujourd’hui? Cette théorie permet elle de répondre aux questions persistantes sur les inégalités ?Quelques exemples évoqués lors du colloque :

  • Le concept de recontextualisation, de régionalisation des savoirs dans le champ de la sociologie des curricula. Sofia Stavrou, du LAMES, de l’université de Provence, a proposé une lecture bernsteinienne des curricula universitaires en master 2 d’urbanisme, à la lumière de la réforme du LMD. Comment les disciplines ont-elles été recontextualisées, quelle analyse faire des disciplines “transversales”? S. Stavro a étudié la stratification, la segmentation entre savoirs et contenus, dans des contextes cloisonnés par régions de savoirs, convoquant le concept de «savoir valable à être transmis». Les contenus disciplinaires sont comme une introduction dans les curricula et les contenus transversaux constituent la spécialisation (objectif d’élaboration d’un projet, vers une pratique professionnelle). On observe un déplacement du sociologique au social.
  • Les réformes des années 1990 en Belgique : genèse, diffusion et appropriations locales. A l’occasion de sa thèse, soutenue en 2006, Eric Mangez, de l’Université catholique de Louvain, a analysé trois moments de la mise en place de la réforme au niveau du primaire : sa production, sa médiation et sa réception, avec deux niveaux d’analyse : externe (quel contexte) et interne (analyse du texte de la réforme).
    E. Mangez a comparé le texte de la réforme de 1985 e celui de la réforme de 2000. Les deux ensembles sémantiques qui émergent peuvent être rapprochés des la notion de pédagogie invisible (plutôt dans le texte de 2000) et la pédagogie visible (plutôt dans la réforme de 1985),la réforme de 1985 étant marqué par les mots “maître”, «leçon», “effort”, par exemple. L’étude des deux réseaux éducatifs «libre» et «de la communauté» montre que les programmes du premier sont plus engagés dans la réforme de 2000 et usant d’un langage s’attachant aux compétences (avec quelques nuances). La pédagogie légitime (réforme institutionnelle) a glissé du visible (1985) à l’invisible (2000).
    Pour tenter de comprendre pourquoi le réseau libre (RL) est plus impliqué dans la nouvelle réforme que le réseau de la Communauté (RC), E. Mangez passe à l’analyse externe, au niveau de la médiation et de la réception de cette réforme. La médiation passe par les agents intermédiaires et ceux-ci -conseillers pédagogiques (RL) ou inspecteurs (RC)- ont des positions, des statuts et un mode de recrutement très différents. Quant à la réception, par les parents, les enseignants, les responsables d’établissements, E. Mangez distingue deux logiques, l’une proche de la pédagogie visible est caractéristique du «haut de la hiérarchie» et c’est l’inverse pour le «bas de la hiérarchie».
    Cette opposition n’est pas aussi marquée qu’il peut y paraître. Marc Demeuse, présent dans la salle, interroge sur l’existence, dans la pratique,de compromissions.

La théorie de Bernstein fournirait des outils plus que des moyens descriptifs.

Il faut aussi rappeler que, pour Bernstein, la pédagogie visible est plus favorable aux « working classes », or on constate que les classes moyennes sont de plus en plus favorables à cette pédagogie.

Ce constat est également celui de Christian Maroy, qui après avoir fait une analyse des modes de régulation institutionnels dans six espaces scolaires européens (Cahiers du Girsef, 2005), a cherché à décrire les pratiques pédagogiques des établissements scolaires en utilisant le langage conceptuel de Bernstein. Il note deux types de logiques, plus ou moins cohérentes, plus ou moins conflictuelles. Il a pu classé les 14 établissements scolaires étudiés selon la prévalence de ces logiques.

Certains établissements s’inscrivent dans la logique instrumentale : valorisation académique ; attachement à la performance ; programmes fondés sur les valeurs académiques ; classes de niveau; direction managériale, verticale ; relations internes formelles, hiérarchiques. D’autres établissements suivent une logique expressive : valorisation de la diversité sociale et culturelle ; tolérance, préoccupation de tous ; programmes spéciaux ; pédagogie coopérative ; direction professionnelle horizontale ; relations ouvertes, informelles. Un troisième groupe (3 écoles) a plutôt une logique hybride (ou mixte).

L’adoption de ces diverses logiques est conditionnée par le contexte sociodémographique de l’environnement local, par les parents, par les interdépendances entre écoles d’un même espace, l’ethos des enseignants. Là encore, donc, les «classes moyennes» conditionneraient les logiques pédagogiques…

  • Centre Alain Savary, colloque Basil Bernstein, 2007. Résumés des contributions.
  • Mangez Éric & Mangez Catherine (2007). « La pédagogie : Une affaire de classes sociales? ». In Dupriez Vincent & Chapelle Gaëtane (dir.). Enseigner. Paris : Presses universitaires de France, p.55–68.
  • Maroy Christian (2005). « Vers une régulation post-bureaucratique des systèmes d’enseignement en Europe?». Les Cahiers de recherche en éducation et formation, vol. 49. Accès: http://www.girsef.ucl.ac.be/Cahiers_CREF/049cahier.pdf
  • Bernstein Basil (2007). Pédagogie, contrôle symbolique et identité. Théorie, recherche, critique. Laval : Presses universitaires de Laval.
  • Bautier Elisabeth, Bernstein Basil, Bourdieu Pierre [et al.] (2007). Les sociologues, l’école et la transmission des savoirs. Paris : La Dispute.
  • Bernstein Basil (1993). Langage et classes sociales : Codes socio-linguistiques et contrôle social. Paris : Editions de Minuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.