Les violences quotidiennes à l’école

Les actes de violence physique à l’école, qui font régulièrement la une des médias, ne devraient pas masquer les autres formes de violence, tout aussi importantes (en nombre de cas signalés). On parle de harcèlements, de brimades, mais aussi de ces petits faits quotidiens qui usent enseignants et élèves.
Le parti pris du Dossier d’actualité de mai est de proposer des textes analysant les formes de violences à l’école cherchant à comprendre ce qui se passe avant l’entrée dans l’enseignement secondaire. Faut-il parler d’un divorce entre une forme scolaire vieillissante et une société de consommation extravertie, d’une défaillance des parents à soutenir le projet éducatif de l’école, d’un fossé culturel entre enseignants–héritiers et élèves « digital native » ?
Les travaux de recherche sélectionnés dans ce dossier ne répondent pas à ces questions aussi tranchées, mais apportent quelques constats, éléments de débats et propositions.

Dossier d’actualité de la VST n° 54, mai 2010 : « Des violences à l’école … ».



Citer ce billet
Annie Feyfant (2010, 18 mai). Les violences quotidiennes à l’école. ÉDUVEILLE. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3lh

2 réflexions sur « Les violences quotidiennes à l’école »

  1. Message transmis par Christiane Passerieux, le 20 mai dernier :

    J’ai pris connaissance avec intérêt de votre article paru ce jour sur le Café pédagogique. Cependant je suis pour le moins surprise par l’interprétation que vous faites des propos que j’ai tenus à Créteil en 2007. (paragraphe 2.4). En effet contrairement à ce que vous écrivez je défends que la maternelle est une école précisément parce qu’elle est l’institution qui permet le passage de l’enfant à l’élève, passage qui loin d’être naturel relève d’une construction scolaire.
    Quant aux procesus d’apprentissages ils se traduisent pour le GFEN et moi-même par l’acquisition de savoirs et non de compétences individuelles. Enfin, j’ai toujours dénoncé une conception de la socialisation comme préalable aux apprentissages, qui plus est assimilée à du comportemental. Je défends à l’opposé exactement, que la socialisation scolaire se construit dans et par les apprentissages, que l’école n’a pas pour finalité le vivre ensemble mais l’apprendre ensemble. Je n’ai jamais prôné l’obéissance aux règles, mais leur appropriation car l’obéissance renvoie à la docilité, voire à la soumission dont on connaît les efftes dévéstateurs du point de vue du développement cognitif.
    Tout cela est fort ennuyeux car trahit mon propos sur le fond et me fait dire le contraire de ce que j’ai toujours affirmé. Je tiens à votre disposition les références de mes écrits à ce sujet.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search