Système éducatif et enseignants sénégalais

Le système scolaire et la politique d’éducation (site du ministère de l’éducation sénégalais)

Dans le système éducatif sénégalais,on distingue secteur formel et secteur non formel :L’éducation formelle concerne l’éducation préscolaire, l’enseignement élémentaire, l’enseignement moyen et secondaire général, l’enseignement technique et la formation professionnelle et l’enseignement supérieur. A côté de l’enseignement public, s’est développé, depuis plusieurs années, un enseignement privé.
Le secteur de l’éducation non formelle comprend l’alphabétisation, les écoles communautaires de base et les « écoles du 3e type ». Les deux dernières modalités d’enseignement sont en expérimentation.

La politique d’éducation du Sénégal pour la prochaine décennie (1999-2008), s’inspire de la loi d’Orientation 91-22 du 16 février 1991. « Conformément aux options du IXième Plan qui s’inscrivent dans l’optique de la mise en place d’un cadre macro-économique viable, mettant l’accent sur l’amélioration continue de la compétitivité de l’économie, le développent humain durable et la bonne gouvernance, le Gouvernement a l’intention au cours des prochaines années d’accélérer la croissance, en créant pour le secteur privé un environnement plus propice à ses activités, en mettant en oeuvre entre autres des programmes ambitieux à moyen et long termes visant à mettre en valeur les ressources humaines. L’éducation et la formation qui sont des enjeux importants dans tout processus de développement, constituent à cet égard une priorité pour le Gouvernement qui y consacre plus de 30% du budget de l’Etat. »
Dans cette optique, le gouvernement sénégalais a mis en place un Programme Décennal de l’Education et de la Formation (PDEF) reposant sur l’élargissement de l’accès à l’éducation et à la formation en matière de compétence utiles à la vie ; la consolidation des capacités à dispenser une éducation pertinente et de qualité à tous les niveaux ; la création des conditions pour une coordination efficace des politiques et programmes d’éducation et la rationalisation de la mobilisation et de l’utilisation des ressources.Ses objectifs sont :

  • l’amélioration de la gestion du secteur scolaire en tenant compte du processus de décentralisation et d’une meilleure prise en charge des besoins et spécificités à la base;
  • la démocratisation de l’éducation préscolaire par une extension du réseau d’écoles maternelles au profit des populations ;
  • l’élargissement de l’accès à l’enseignement élémentaire pour atteindre la scolarisation universelle en mettant en place un programme cohérent de construction de salles de classe et de recrutement de maîtres (formation de qualité des maîtres, éditions de manuels) ;
  • l’amélioration de la qualité de l’enseignement moyen et secondaire; la rentabilisation optimale des structures de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (développement de l’apprentissage, filières porteuses, nouvelles formes de concertation et de partenariat avec les entreprises);
  • l’adaptation de l’enseignement supérieur aux besoins du marché du travail par le renforcement de la recherche scientifique et technique;
  • la réduction du taux d’analphabétisme à travers une démarche accordant une large place à des modules alternatifs d’éducation non formelle et à la promotion des langues nationales ;
  • l’extension de l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour améliorer la gestion et renforcer la qualité de l’enseignement à tous les niveaux.

Malgré les objectifs affichés, le Sénégal rencontre des difficultés pour réaliser les objectifs. Ainsi, dans son Rapport mondial de suivi de l’éducation pour tous 2007, l’Unesco note l’effort de formation des enseignants du préprimaire (90% ont été formés) mais aussi la faible part du budget consacré à l’éducation pour la petite enfance (moins de 0,5%). Le taux d’alphabétisation est par ailleurs inférieur à 60 %, malgré un aide extérieure plus favorable que pour d’autres pays. (cf. extrait du rapport pour l’Afrique subsaharienne).

Le Site du Ministère de l’éducation fournit quelques indicateurs, donnant une idée de la structure du système éducatif (chiffres 2003) :
En terme d’établissements : sur 469 établissements consacrés à l’éducation préscolaire, 356 sont privés (32 élèves par classe dans le public, 24 dans le privé) ; pour l’enseignement élémentaire, seuls 10 % des établissements sont privés (nombre d’élèves par classes sensiblement identique).
Il semble, par ailleurs, que l’accès à l’éducation pour les filles, qui diminue avec le niveau d’enseignement, soit plus difficile dans le public que dans le privé (52 % de filles au préscolaire et 46% au primaire dans les deux secteurs, contre 46% dans l’enseignement moyen privé et 37,5 % dans le public).

Selon l’Unesco, ce ratio élèves/enseignant aura du mal à se réduire, puisque le nombre d’enseignants formés n’arrive pas à suivre l’accroissement démographique.
D’autre part, un rapport de l’UNESCO sur Les enseignants et la qualité de l’Éducation (tiré à part sur l’Afrique subsaharienne, 2006) donne un certain nombre de statistiques sur les conditions de renouvellement des enseignants, leurs conditions de salaires, leur formation. On peut en retenir, par exemple, que 42% des enseignants du primaire sont des contractuels, dont le salaire est moitié moindre que celui des enseignants fonctionnaires. Ces enseignants contractuels sont bien souvent le recours à la pénurie d’enseignants. C’est le cas, par exemple, pour les enseignants de mathématiques (cf. article précédent) ou de langues vivantes.
Depuis quelques mois, le gouvernement sénégalais doit faire face à la grogne des enseignants, qui demandent des allocations accrues pour le logement et la recherche et une meilleure formation des contractuels et vacataires.

Les enseignants sénégalais

Les personnels peuvent être fonctionnaires, non fonctionnaires engagés par référence à un corps de fonctionnaires, contractuels, volontaires de l’éducation ou vacataires.
C’est la loi de juin 1961 qui fixe leur statut général des fonctionnaires. Ceux-ci peuvent relever de quatre ministères différents : Education (14 corps), Culture(éducation artistique et musicale), Jeunesse et sports (EPS) ou Justice (éducateurs spécialisés).
Le recrutement est conditionné, pour la catégorie A (Bac + 4, le plus souvent), par l’obtention d’une agrégation ou de certificats d’aptitude aux fonctions de professeur certifié, de professeur du secondaire, d’inspecteur de l’enseignement élémentaire ou spécialisé, de psychologue conseiller, de professeur de l’enseignement moyen Les instituteurs, professeurs de collèges d’enseignement moyen général, conseillers préscolaires, maîtres d’enseignements techniques, éducateurs préscolaires font partie d’une catégorie hiérarchique inférieure (BAC à BAC + 3).
Les éducateurs spécialisés relevant du ministère de la Justice, doivent avoir le diplôme d’état de l’école nationale des travailleurs sociaux spécialisés.
Le Guide pratique sur la carrière enseignante réalisé par le Ministère de l’éducation présente les conditions de recrutement, de formation, de rémunération, les obligations de service. On y trouvera un paragraphe sur les réductions et majorations possibles de service ainsi que des fiches (grilles) d’évaluation des personnels. [ Lien vers ce guide : http://www.education.gouv.sn/personnels/Fichiers/Guide%20Pratique%204.pdf ]


6 réflexions au sujet de « Système éducatif et enseignants sénégalais »

  1. si l’éducation est la première priorité des gouvernements successifs, pourquoi cette dernière fait-elle face à de multiples crises?

  2. un très bon article mais il y a un travail de fond à faire adapter le système aux réalités sociales, politique, et culturelles. Il est important de correspondre la formation au besoin présent. Démocratiser l’éducation parfais!mais l’État doit jouer jouer son rôle de régulateur,l’école est devenu du business nous avons certaines formation qui ne sont pas en adéquation avec les besoins de la société et les produis de ces écoles sont au chômage. nous avons un système très sélectifs qui engendre des déchets humains (agresseurs voleurs) c’est la responsabilité d’une part de nos État qui éjecte certains élèves du cursus scolaire parce qu’ils ont échoué. l’État doit mettre l’accent sur la gratuité de l’enseignement l’école obligatoire jusqu’à 16 au moins et de trouver les structures et les ressources humaines et matérielles pour ce programme. »Si nous voulons nous développer l’éducation de la population est le chemin le plus sur ».

  3. Merci pour vos propos et j’ajoute que tant que ce système n’arrête pas d’être sélectif, nous aurons toujours des voleurs, des agresseurs…
    Le système doit aider tout enfant à se prendre en charge, là où il est et avec ce qu’il a. Donc ,un système orienté vers un savoir faire et être et non un système trop cognitif.
    Combien sommes-nous arrivés au bout du chemin après avoir commencé le C.I ?
    Combien de jeunes sont entrepreneurs après avoir quitté la classe?
    Tout le monde sait lire et écrire, mais cela ne suffit pas.

  4. Très bon article qui tire véritablement sur la médiocrité des soit disant systèmes éducatifs sénégalais.Aujourd’hui ce que nous voulons ce n’est pas un système qui tâtonne mais bien un enseignement de qualité qui met en relation tous les acteurs sociaux en vu de rendre le système efficient.

  5. La politiques du personnel enseignant dans l’Afrique subsaharienne est alarmante et absurde. On insère à la va vite dans l’enseignement primaire une quantité de personnel formé en quelques semaines et on lui demande de mener des classes très nombreuses ( de 40 à 80 élèves). Ces enseignants contractuels ne sont pas rémunérés comme les enseignants titulaires et dans plusieurs pays ils constituent maintenant la majorité des enseignants. Au Sénégal ils sont le 42%, mais au Niger, en Guinée ils sont plus que le 50%. Cette politique du personnel enseignant fortement encouragée par la Banque Mondiale vise par ailleurs à démontrer que ces enseignants sont autant compétents que les titulaires ayant été formés dans les écoles normales et qu’ils obtiennent de leurs élèves des scores dans les tests de français et de mathématiques mesurés à la fin du CE1 et du CM2 analogues si non supérieurs aux scores des élèves des enseignants titulaires. La perversion du système est telle qu’on évalue les performances de différentes catégories de contractuels selon le modèle de cours de formation mis en oeuvre.

    Cette stratégie de production en masse d’enseignants qui souvent n’ont pas un niveau académique suffisant et ne maîtrisent pas ce qu’on suppose qu’ils doivent enseigner à leurs élèves est appliquée pour atteindre l’objectif de la scolarisation universelle dans le primaire d’ici 2015 (objectif éducation de qualité pour tous). Tous à l’école à n’importe quelles conditions, voici le slogan qui doit être appliqué pour recevoir en contrepartie les subventions des Organisations internationales ou de la coopération technique de différent pays du Nord.

    Il n’est pas étonnant que dans ces conditions les grèves des enseignants, aussi bien des contractuels que des titulaires, se succèdent en Afrique francophone.

    A ce propos je renvoie à un article publié sur mon site: http://norberto.bottani.free.fr/spip/spip.php?article87

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *