TICE, enseignement et apprentissage

Les TIC à l’école sont en question depuis le début de leur arrivée, et ne cessent de faire l’objet de recommandations, d’investissements, de rapports divers (le dernier en date : rapport Fourgous), de prises de position variées, etc.

Trois documents mis en ligne ces derniers temps peuvent être mis en regard. Il s’agit de deux articles publiés sur le site de l’an@é (Association nationale des acteurs de l’école) et un rapport publié par l’OCDE concernant la formation initiale des enseignants anglais et les TIC.

Le premier article intitulé « Le monde virtuel et le monde scolaire » distingue les apprentissages explicites (qui ont lieu essentiellement à l’école) des apprentissages implicites (dont font souvent partie ceux qui ont lieu dans le monde virtuel). Pour l’an@é, l’éducation aux média est encore plus nécessaire pour ouvrir le champ des investigations, sinon le fossé entre les enfants qui ont une culture numérique et les autres se creusera davantage. L’école se doit de prendre en charge cette formation.

Pierre Frackowiak dans son article intitulé « Le numérique, de bonnes intentions… Mais comment quitter l’enfer ? » fait quant à lui un rapide historique des innovations technologiques successives (stylo bille, radios, diapositives, téléviseurs), toutes ont eu leurs lots de détracteurs les accusant de tous les maux possibles. Pourtant, aucune ne s’est véritablement imposée dans les usages pédagogiques. Il estime cependant que la situation ne peut pas être la même avec les TIC au vu de l’ampleur qu’elles prennent dans la société ; les enjeux sont bien plus importants qu’avec les innovations précédentes.

Pourtant le rapport aux technologies varie considérablement selon que l’on a à faire à des adultes ou à des jeunes. D’après l’an@é, les adultes en ont davantage une perception utilitaire en lien avec leur pratique professionnelle alors que les jeunes en font un usage plus centré sur les activités ludiques et de communication. Il est à noter que les TIC dans la façon dont elles sont utilisées par les enseignants ne font pas spécialement évoluer la pédagogie qui reste assez traditionnelle (c’est déjà ce que notaient aussi Viens et Rioux, 2002).

Pierre Frackowiak estime que les TIC sont davantage utilisées pour des aspects administratifs (cahier de texte, relation parents – école, bulletins de notes, etc.) que pour des pratiques pédagogiques. Il se demande si « les TICE permettront de changer l’école ». Il y a un réel risque qu’elles ne changent pas fondamentalement ce qui se fait déjà. C’est la thèse de Terry Haydn (rapport de l’OCDE) qui affirme que les espaces numériques d’apprentissage restent centré sur une logique d’apprentissage transmissif (dépots de cours, messages informatifs,…) et ne sont pas utilisés pour développper une dynamique de groupe, des dialogues constructifs, des échanges entre pairs.

Ceci a pour conséquence que « les usages familiers vécus dans la sphère privée éloigne [les adolescents] des préoccupations scolaires ». Toujours d’après l’an@é, la culture numérique est pourtant transversale. Il faut innover avec des pratiques nouvelles, intégrer ces outils, favoriser les usages interactifs. L’école commence à les intégrer, mais de manière très progressive. Des institutions proposent déjà aux enseignants de se les approprier à travers des usages renouvelés, comme lesite.tv, le Canal numérique des savoirs ou encore le cartable électronique. Les usages des enseignants évoluent aussi, notamment grâce au travail d’associations telles Sésamath, ou au travers de réseaux sociaux d’apprentissage plus ou moins informels.

Passer au numérique implique un changement de culture professionnelle : « Passer d’une compréhension fragmentée à une compréhension systémique est la compétence la plus difficile à développer dans le secondaire ». Bruno Devauchelle (mentionné par l’an@é) estime qu’est c’est d’ailleurs l’une des plus indispensables. L’organisation scolaire telle qu’elle est connue est aussi remise en cause : le temps scolaire éclate, les situations d’apprentissage peuvent être très variées (groupes plus ou moins importants, cours virtuels, etc.).

De nouvelles compétences sont aussi amenées à être développées, qu’elles soient d’ordre pédagogique (« faire évoluer les élèves d’une culture de loisirs numériques vers une culture numérique scolaire ») ou d’ordre professionnelle (formation nécessaire pour favoriser la mutualisation, la pédagogie de groupe, etc.).. « L’institution scolaire doit donc, elle aussi , dans tout son fonctionnement, revoir ces conceptions ».

Pierre Frackowiak termine son article en rappelant la nécessité d’une formation pédagogique de haut niveau pour les enseignants, formation qui incluse l’usage des TICE, ainsi que du temps et des moyens pour relever les défis lancés par le numérique : « (…) sans un engagement fort et à long terme de l’Etat et des collectivités, les rêves ne sont que mirages ». Le rapport Fourgous remis en février 2010 va dans le même sens (voir l’article du Café pédagogique)

Terry Haydn, dans le rapport publié par l’OCDE, fait le même constat quant à la formation initiale des enseignants : il est nécessaire de développer le tutorat entre pairs et le travail collaboratif. Mais il semble qu’il est préférable de centrer la formation aux TICE sur la discipline enseignée en mettant en œuvre des exemples concrets d’utilisations. Les communautés de pratiques autour d’une discipline sont à encourager.

Par contre, Terry Haydn préconise le recours aux outils du web 2.0 plutôt que de demander aux institutions de développer leurs propres environnements numériques (ENT…), estimant que cette solution est plus efficace et moins onéreuse, d’autant que ces outils sont de plus en plus compatibles avec les interfaces des ordiphones et autres ustensiles mobiles.

Si des progrès ont été réalisés ces dernières années dans les usages pédagogiques des TICE, Haydn pense que les enseignants en formation initiale n’ont pas encore atteint ce que le Becta définit comme la « maturité numérique » (« e-maturity »), à savoir la capacité à utiliser les TICE de manière à impacter positivement l’apprentissage et en exploitant le potentiel des nouvelles technologies pour améliorer l’enseignement.


7 réflexions sur « TICE, enseignement et apprentissage »

  1. Le problème d’utiliser les TIC à l’école est qu’il faudrait former et mettre à niveau les enseignants, mais aussi investir dans le matériel adapté. En effet de nombreux établissements souffrent d’un manque d’équipement technologique et informatique qui empêche les élèves et les enseignants de s’adapter à l’évolution des TIC et freine ainsi la capacité d’adéquation des entreprises et des écoles.

  2. Permettez-moi de réagir sur l’idée générale que véhicule ce compte rendu d’articles, idée certes très répandue, mais qui néanmoins me choque en tant qu’enseignante pratiquant l’enseignement explicite.

    Si j’ai bien lu, il s’agit de dire que les TICE ne vont pas dans le « bon » sens, c’est-à-dire celui des pratiques constructivistes de l’enseignement. Ce qui est interprété comme un véritable « risque ».

    Déjà, en tout cas dans les écoles primaires, l’enseignement transmissif est une rareté, plusieurs décennies de formation exclusivement socio-constructiviste ayant tout de même porté leurs fruits.

    Par ailleurs, cette hantise des méthodes transmissives est évoquée comme si c’était une peur légitime, tellement légitime qu’il n’est pas besoin de l’expliciter plus avant. Comme si la preuve avait été faite que c’était une chose néfaste pour les apprentissages. Il n’en est rien, nous n’avons toujours pas les preuves de la supériorité des méthodes constructivistes en matière d’apprentissage, ni dans les résultats des élèves, ni dans les études ou expérimentations à grande échelle.

    Cela étant, les TICE restent un outil à disposition des enseignants, tributaire comme tout outil de son utilisateur. La « capacité à utiliser les TICE de manière à impacter positivement l’apprentissage en exploitant le potentiel des nouvelles technologies » devrait se penser le cadre de méthodes pédagogiques efficaces et en aucune manière remplacer la réflexion sur celles-ci. La méthode prime sur l’outil. L’outil est au service de la méthode.

    Ce que je perçois du discours convenu sur la question, est un propos très confus, militant à la fois pour les TICE à l’école, mais à condition qu’elles soient utilisées dans le contexte pédagogique dominant, le seul qui vaille. La maturité numérique a encore du chemin à parcourir…

    Françoise Appy

  3. Plus on parle de quelque chose et plus c’est signe …de son absence croissante.

    Précisément ce que produit le numérique c’est la fragmentation du savoir.

    Il n’y a qu’à voir ce à quoi on en est venu précisément du fait du numérique, dans le domaine de l’évaluation :
    à savoir “l’évaluation par compétence” (… formation par compétence)
    qui conduit à une vision morcelée de l’apprenant, à mille lieu de cette vision globale évoquée dans l’article.

    C’est l’intrusion de “pointes spectaculaires” par l’afflux d’images et de sons (qui submergent l’activité et l’entendement de l’apprenant) qui dissocient le sujet
    d’où cet appel pressant
    pour plus d’interdisciplinarité
    activité de synthèse qui se fait en temps et lieu adéquat chez l’apprenant, lorsque les contenus ont été assimilés, transposés et généralisés (le plus souvent de façon inconsciente)

    Ce n’est pas le virtuel qui est le lieu des apprentissages implicites
    mais bien le réel, par son haut pouvoir d’expériences sensibles et donc de suggestion.

    Le virtuel est parfaitement résumé par la dernière phrase de cet article
    “Capacité à utiliser les TICE de manière à impacter positivement l’apprentissage et en exploitant le potentiel des nouvelles technologies pour améliorer l’enseignement.”

    Pendant ce temps chaque année je vois les dégâts dans mes classes de cette dissociation et fragmentation qu’induit le bombardement des boites en calcium dans des temps de plus en plus sollicité (d’où tout temps de latence est chassé et expulsé avec rage).

    Pour information :
    Je travaille avec l’ordinateur et mes classes depuis plus de 25 ans (j’ai eu des premiers Apple II arrivés en France)

    Le discours ambiant sur les raisons de l’échec des TICE (non maturité des enseignants) a à peu près le même âge.

    On ferait mieux de faire un véritable bilan des espoirs des années 1980
    Voir le travail OCDE/CERI (1987). “Technologies de l’information et apprentissages de base. Paris: OCDE.”
    où l’on nous annonçait pour 2000 les tuteurs intelligents et les micro-monde d’apprentissage
    Au rendez-vous nous avons
    l’afflux d’image (Internet – TBI)
    et les QCM (Internet – TBI et ses boites à questions)

    Cherchons collectivement l’erreur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.