L’expérience des “academies” anglaises est-elle probante ?

Dans un article paru en mai 2005 Stephen Gorard s’interroge sur la réussite présumée des “City Academies” en Grande Bretagne, montrées par le gouvernement comme le symbole du “futur de l’éducation”.

Lancées en 2002 par le gouvernement, ces écoles d’un nouveau type (indépendant des autorités locales, bénéficiant de subsides privées, de programmes spécifiques de management et d’enseignement….) devaient montrer la possibilité de redresser la situation des établissements situés dans les milieux sociaux les plus défavorisés en rupture avec les routines habituelles.D’ores et déjà, de nombreux commentaires officiels et articles de presse ont conclu au succès de l’expérience, justifiant ainsi l’élargissement du programme à 200 nouvelles écoles.

L’auteur s’intéresse donc au sort des trois premières “academies” ouvertes en septembre 2002, les seules pour lesquelles on dispose d’éléments de comparaison chiffrés concernant le profil et les résultats des élèves concernés un peu tangibles.A l’issue de son étude, il constate d’une façon générale qu’il est impossible de conclure au succès de l’expérience, si tant est que l’on dispose du recul temporel indispensable.
En effet, les quelques améliorations de résultats ne sont pas forcément dus à l’expérience car ils s’inscrivent parfois dans des changements qui s’étaient amorcés avant la transformation de ces écoles en “academies“.
En outre, il semble que des effets de modification des publics accueillis montrent que ces écoles “modèles” accueillent une proportion de moins en moins grande d’enfants en grandes difficultés, ce qui est positif pour l’image de l’établissement mais peut avoir des effets sur les résultats qui ont par conséquent peu à voir avec les méthodes pédagogiques ou le management “innovant” de ces établissements.
Autrement dit, plus que d’améliorer l’enseignement et les résultats des élèves en échec, le programme aurait surtout eu comme effet d’attirer de nouveaux élèves moins socialement handicapés.

Ce diagnostic amène l’auteur à remettre en cause une bonne partie des théories en vogue en Grande Bretagne, basées sur l’idée qu’une politique différente des institutions éducatives puisse briser le lien entre conditions sociales dégradées et mauvais résultats scolaires.
Pour lui, une politique visant l’équité devrait plutôt cibler les personnes en situations difficiles, quelle que soit l’étalissement dans lequel ils se trouvent.
Il pointe également avec ironie la contradiction entre le discours officiel sur la nécessite de baser la politique éducative sur les preuves issues du terrain (“evidence-based policy“) et l’empressement des institutions à conclure à la réussite des “Academies” avant même qu’on puisse en tirer un bilan scientifique sérieux.



Citer ce billet
Olivier Rey (2005, 14 septembre). L’expérience des “academies” anglaises est-elle probante ? Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3dq