Ecole, régulation et marché

Lors d’une conférence organisée par l’ISPEF et l’INRP , le 7 mars, Christian Maroy a repris ce thème, titre de son dernier livre, pour proposer une analyse sur « les nouveaux modes de régulation du système d’enseignement en Europe ».

A partir de l’étude de six espaces scolaires en Europe (Portugal, Belgique, Hongrie, Angleterre et 2 espaces français), des chercheurs ont observé quatre types de régulations : les régulations institutionnelles, les relations intermédiaires (entre l’État et les établissements), les relations horizontales (entre établissements) et les relations internes aux établissements.

Ch. Maroy a choisi, pour cette soirée, de rester au niveau macro des régulations institutionnelles : quelles politiques, quelles divergences ou convergences, d’un pays à l’autre ?Pour Ch. Maroy on est passé d’une régulation bureaucratique et professionnelle à une régulation post-bureaucratique et post-professionnelle.

La première, apparente dans les cinq pays étudiés de 1950 à 1970 environ est basée sur une initiative publique centrale. Malgré des structures d’enseignement différentes, des cartes scolaires différentes, des sociétés différentes (en France et au Portugal, l’Etat est prégnant ; en Angleterre et dans la communauté francophone de Belgique, l’Etat est moins prégnant, ce sont les communautés qui le sont), l’aspect bureaucratique se retrouve dans un fonctionnement par filières, avec des règles et des standards, avec un contrôle de conformité, une valorisation normative de la loi, de la rationalité ; l’aspect professionnel étant éclairé par les relations entre les enseignants et l’administration (corps d’inspecteurs).

Actuellement, on pourrait envisager la situation selon deux modèles théoriques et normatifs :

  1. Le marché ou quasi-marché
    Thèse économiste : si on veut améliorer le système, il faut des objectifs mais les moyens d’y parvenir sont décentralisés et les établissements seront financés en fonction de la demande.
    L’Etat est garant, donne des indicateurs de performance
  2. L’Etat évaluateur
    Définition centrale des objectifs, autonomie des entités décentralisées, mais ce n’est pas « le client » qui va évaluer mais des indicateurs. Diffusion de normes de « bonnes » pratiques.

Dans l’un et l’autre cas, les dispositifs d’évaluation sont forts.

On note une convergence entre les différents pays étudiés, avec une combinaison des deux modèles : – Augmentation de l’autonomie des établissements ;

  • Recherche d’un équilibrage entre centralisation et décentralisation (en Belgique on passe d’une décentralisation à une centralisation, en France et au Portugal, c’est l’inverse);
  • Part croissante de l’évaluation externe (high stakes/low stakes)
  • Promotion (ou assouplissement) du choix de l’école ;
  • Volonté de diversifier l’offre scolaire ;
  • Érosion de l’autonomie professionnelle des enseignants.

Il y un tel effet de bascule d’un modèle à l’autre que certains chercheurs du groupe ont considéré qu’il n’y avait qu’un seul modèle « libéral autoritaire».

Les facteurs de changements, qui se retrouvent dans tous les espaces scolaires sont :

  • Globalisation,
  • Demande du milieu entrepreneur sur l’Etat,
  • Renforcement des critères d’efficacité,
  • Remise en cause de l’État providence,
  • Recrudescence des politiques néo-libérales,
  • Mise en cause de l’État comme régulateur,
  • Critique des parents de classes moyennes,
  • Demande sociale pour plus d’individualisation (choix de l’école, filière personnalisée, …)

Pour autant les modèles de régulations ne sont pas l’un ou l’autre ni l’un et l’autre, on constate une hybridation des modèles car il y a médiation à des niveaux intermédiaires. Il faut aussi prendre en compte les modèles cognitifs locaux (par pays), les jeux politiques (modes de gouvernement, systèmes législatifs), les référents idéologiques, l’existence de sédimentation (les lois s’ajoutent aux précédentes).

Les approches sur les modes de régulations sont assez diverses, certaines s’arrêtent à l’affirmation de l’existence d’une convergence des modes de gouvernance. Ch. Maroy va plus loin : oui, il y a convergence, mais différents modèles sont possibles, avec des mises en œuvres différentes.

Bibliographie indicative :

  • Maroy, C. (2004) Regulation and Inequalities in European Education Systems. Rapport de recherche. Université catholique de Louvain.
  • MAROY C. (2005). D’une régulation communautaire à une régulation post-bureaucratique, La Revue Nouvelle, vol.12, n° 9.
  • Maroy Christian (2005). « Vers une régulation post-bureaucratique des systèmes d’enseignement en Europe ? ». Les Cahiers de recherche en éducation et formation, vol. 49.
  • Maroy Christian (2006). Ecole, régulation et marché : une comparaison de six espaces scolaires locaux en Europe. Paris : Presses universitaires de France.
  • MAROY C. (2005). Une comparaison des formes de régulation intermédiaire dans cinq pays européens., In: Les régulations des politiques d’éducation, In Dutercq Yves ed., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.
  • Maroy Christian (2004). « Sociologie des régulations de l’enseignement. Une comparaison européenne ». Recherches sociologiques, vol. 35, n° 2.
  • Maroy Christian & Dupriez Vincent (2000). « Régulation dans les systèmes scolaires. Proposition théorique et analyse du cadre structurel en Belgique francophone ». Revue française de pédagogie, vol. 130, p. 73–87.

Voir aussi :

  • Les espaces locaux d’interdépendance entre établissements : une comparaison européenne. Dossier de la Revue française de pédagogie, n° 156, 2006
  • Robertson Susan L. (2006). Remaking the world » : neo-liberalism and the transformation of education and teacher’s labour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.