Les enseignants efficaces

Une étude menée par le National Institute for Excellence in Teaching (NIET) évalue le programme californien de formation Teacher Advancement Program (TAP) qui offre aux enseignants l’opportunité d’occuper diverses fonctions au sein de leur établissement et d’évoluer en terme de carrière et de rémunération. Ce système permet aux enseignants qualifiés de progresser sans avoir à quitter leurs classes et leurs fonctions pédagogiques.

En effet, dans le système éducatif américain actuel, la façon la plus classique pour évoluer professionnellement est de passer du côté de la direction d’établissement, méthode qui prive alors les élèves d’enseignants motivés et efficaces.

Les enseignants qui suivent le programme peuvent organiser leur emploi du temps et réserver des plages horaires pour se réunir, apprendre, échanger, en vue d’améliorer leurs techniques pédagogiques. Ces pratiques collaboratives développent les compétences et favorisent l’émergence de réseaux de leadership éducationnel. Depuis son lancement en 1999, TAP est devenu un des fers de lance de la réforme de l’école en matière de rémunération basée sur les performances, de promotions professionnelles et de prise en compte des résultats obtenus. L’objectif principal de TAP est d’améliorer les résultats des élèves tout en restructurant et remotivant les filières enseignantes. Les districts, l’équivalent de nos académies, leur proposent en effet des primes conséquentes pour les inciter à travailler dans les zones les plus défavorisées et difficiles.

Les enseignants sont évalués en fonction du TAP Teaching Skills, Knowledge and Responsibility Standards et des résultats de leurs élèves. Cette évaluation est basée sur les résultats du test The Effectiveness of the Teacher Advancement Program et sur le Adequate Yearly Progress (AYP) qui contrôle chaque année le niveau des établissements publics .

Une analyse comparative des évaluations citées plus haut montre que les enseignants TAP obtiennent pour leurs élèves de meilleurs scores et les écoles TAP observent une progression annuelle supérieure à la moyenne nationale. Actuellement, TAP concerne un peu plus de 4000 enseignants et 60000 élèves répartis dans 15 états américains.

Voir également la bibliographie sur ce sujet ainsi que la lettre VST n°24 de janvier 2007 sur le leadership et les changements éducatifs.


2 réflexions sur « Les enseignants efficaces »

  1. Ne rentrons pas dans le cercle vicieux : plus ou moins de moyens : celui ci doit être déterminé en fonction des données, des contingences locales mais parallèlement ne peut tomber en dessous d’un minimum nécessaire au maintien des objectifs nationaux. Quoiqu’il en soit, il me semble évident que la perspective de voir les autres aspects de la fonction d’éducation tels l’organisation administrative de l’enseignement, une mission sur un projet… en mobilisant les forces vives du milieu ne doit pas le vider des enseignants les plus performants. En le faisant, on risque soit d’appauvrir l’école de ses cadres les plus efficaces soit de ne recruter que des candidats étant peu performants dans leurs classes donc de ne pouvoir récolter leurs compétences professionnelles au service d’un autre projet.
    Personnellement, j’avais fait le choix d’être coordonnatrice de ZEP mais j’ai abandonné cette mission après quatre ans d’exercice (assez efficaces d’après les collègues avec lesquels je devais travailler ; et d’après leurs dires) pour reprendre une activité d’enseignement qui me manquait trop ! Aussi, ne pas passer d’une activité à une autre en n’abandonnant pas completement la précédente me semble des plus intelligents et des plus rentables pour le système. Néanmoins, cela necessite de temps d’adaptation concernant le passage d’une activité à l’autre ; temps qui ne peut être une simple addition de l’un et de l’autre ! Martine Szterenbarg

  2. Je pense que le futur de l’Ecole ne passe pas par plus de moyens (et encore moins par « moins de moyens ») mais par « faire autrement ».

    Il est connu que le monde éducatif est verrouillé par quelques grands syndicats qui ont un rôle important de protection d’Ecole, mais je pense que cela est presque devenu du protectionnisme et de l’immobilisme.

    Je pense que les gouvernements ont proposé des solutions pédagogiques (peut-être très mal présentées et peut-être en force) et que l’Ecole a refusé les TPE, les IDD, tous les moyens qui permettraient de travailler plus en équipe collaborative, et non pas en fonctionnaire autiste, seul dans son cours, pudique dans l’exposition de ses pratiques.

    Je suis pour tout système qui permettrait aux professeurs, à l’administration, aux inspecteurs, de se comprendre et de travailler ensemble, et non pas « les uns contre les autres ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.