L’école hors les murs… de la classe

Alors que les usages des TIC rendent de plus en plus poreuses les frontières entre l’espace scolaire et l’espace privé et remettent en question unité de temps et unité de lieu, la Grande Bretagne investit dans l’apprentissage hors les murs en lançant en novembre dernier son Learning outside the classroom manifesto : un programme de 2.7 millions de livres pour soutenir les sorties, visites, voyages scolaires et autres activités extérieures, répondant ainsi un an après aux recommandations du parlement (Education outside the classroom, 2005).

Le manifeste préconise la création d’un organisme indépendant, le Council for learning outside the classroom, pour accompagner le développement de ces activités et prévoit la publication d’un ensemble de recommandations à destination des collectivités, des chefs d’établissement et des enseignants au printemps prochain ; un premier document de travail concernant la prévention des risques et gestion des incidents est d’ores et déjà disponible, alors que TeacherNet fournit également quelques conseils sur ces aspects.

Ce regain d’intérêt pour l' »outdoor education » (OE), également appelée « education outside the classroom » (EOtC), prend effectivement place dans un contexte où les préoccupations sécuritaires et juridiques ont mobilisé les débats ces dernières années, et où les activités extérieures tendent à stagner, voire même à diminuer pour ce qui concernent les sorties en milieu naturel et les voyages scolaires.
Rien à voir avec les TIC, me direz-vous ? Effectivement, si ce n’est que la plus-value de ces situations d’apprentissage « moins formelles » est reconnue officiellement par l’institution, et étayée par plusieurs rapports de recherche depuis 2004…Un premier rapport publié par la National Foundation for Educational Research (NFER) en 2004, Review of Research on Outdoor Learning, fait état des bénéfices de ces activités sur l’apprentissage, en examinant les résultats de 150 études réalisées entre 1993 et 2003.
Les analyses montrent en particulier l’influence positive des travaux pratiques extérieurs sur les apprentissages disciplinaires, si tant est que leur inscription dans le travail en classe soit explicite : ils favorisent la rétention des connaissances et renforcent les liens entre les dimensions affective et cognitive de l’apprentissage.
Les séjours sportifs, quant à eux, améliorent l’autonomie, la confiance en soi, l’efficacité personnelle, les compétences de communication et l’esprit d’équipe, alors que les bénéfices sur les performances physiques sont moins évidents.
Les rencontres organisées au sein de l’institution scolaire et autres projets éducatifs tournés vers la communauté (parents, professionnels), augmentent la motivation et le sentiment de responsabilité des élèves, tout en renforçant leur sentiment d’appartenance et en influant positivement sur les relations entre pairs, avec les enseignants et avec les membres de la communauté.

Ces mêmes bénéfices sont soulignés dans un rapport publié par l’OSFTED en 2004 : Outdoor education: Aspects of good practice. Un rapport qui pointe cependant les manques en termes d’évaluation et d’accompagnement pédagogique et les inégalités d’accès à ces activités. Ces points faibles sont repris dans les conclusions du dernier rapport de la NFER, Education Outside The Classroom: An Assessment of Activity And Practice In Schools and Local Authorities (novembre 2006). Si le déclin n’est pas aussi manifeste qu’on aurait pu le croire, il n’en est pas moins vrai que les sorties ou séjours en milieu naturel ainsi que les séjours sportifs demeurent relativement rares, alors que les activités dans l’espace scolaire et les visites et autres sorties ponctuelles dans des lieux proches sont en augmentation.
Ces tendances sont toutefois à relativiser : les élèves de fin de primaire sont globalement davantage exposés à ces situations pédagogiques que les élèves de secondaire, alors que sur le plan disciplinaire, les auteurs relèvent une prépondérance des TP de géographie.
Les principaux freins au développement de ces activités extérieures concernent la gestion des risques et le financement (coût du transport notamment) ; à ces facteurs s’ajoute la confiance que l’enseignant a dans son administration (soutien du chef d’atblissement et de la collectivité) et dans sa propre capacité à organiser de telles activités. Des résultats qui laissent penser que, malgré les insuffisances relevées en termes de formation initiale (NFER, 2006), les efforts devraient porter davantage sur la formation continue et prendre en considération à la fois les questions sécuritaires et l’intégration avec les programmes scolaires. En tous cas, ce sont les voeux exprimés par les enseignants qui ont participé à l’enquête de la NFER…

Des informations complémentaires pourront être trouvées sur le site de l’Institute for Outdoor Learning.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.