A l’école des ministres… de l’éducation.

Il ne faut pas être grand clerc pour se douter que l’éducation ne tiendra pas une place centrale dans les prochains débats électoraux, comme il est de coutume depuis plusieurs années, malgré les déclarations sur la place théoriquement « prioritaire » de l’éducation aux yeux de tous les décideurs.
Bien que prioritaire, en effet, l’éducation est rarement abordée de façon concrète et approfondie, les candidats s’en tenant la plupart du temps à quelques prudentes généralités.La raison de cette paradoxale discrétion ?
Il suffit de lire l’ouvrage de Pascal Bouchard, « Ecole cherche ministre », pour la comprendre : réformer l’éducation est une œuvre compliquée, périlleuse et la plupart des responsables politiques savent désormais que les plus belles directives au Bulletin Officiel ont peu de chances de modifier la réalité du terrain !

Sous la forme d’une série de lettres au futur ministre de l’éducation, organisées par thèmes, l’auteur fait le point sur les questions cruciales de l’éducation aujourd’hui et conclut par une série d’amicales recommandations et de principes qui, bien qu’ils gagnent à rester discrets, pourraient orienter une action raisonnablement réformiste.

Incisif et plein d’humour, l’ouvrage du directeur de rédaction de l’Agence Education Formation va pourtant bien au-delà de l’essai de circonstances. Car si P. Bouchard dispose d’une vue imprenable sur l’actualité éducative de ces dernières années, il n’en reste pas moins un vrai pédagogue, familier des travaux de recherche en éducation et par ailleurs ancien enseignant dans le secondaire pendant 18 ans.
C’est là que réside sans doute l’attrait de son ouvrage, qui arrive, ce qui n’est pas courant, à articuler sans cesse les considérations sur la politique publique de l’éducation au plus haut niveau et la prise en compte de la réalité des pratiques et des cultures des enseignants.

Certes, P. Bouchard revient sur les querelles théologiques bien connues telles que celle qui oppose « républicains » et « pédagogues » ou « réactionnaires » et « progressistes », selon les points de vue, mais surtout il n’oublie pas en route de les relativiser en les replaçant dans le contexte de la classe et de l’école concrète.

Derrière le journaliste, on lit le militant de l’éducation soucieux de chercher les voies d’une école démocratique et de qualité, qui propose modestement des « micro réformes » dont il sait bien qu’elles changeraient en fait beaucoup, telles que la mise en place d’un établissement correspondant au bassin de formation et coiffant les écoles, collèges et lycée d’un territoire donné.
Ne reste plus qu’à trouver le ministre disposant de suffisamment de courage et de marges de manœuvre pour y réfléchir sérieusement…

Voir aussi un entretien avec Pascal Bouchard sur le site de la Maison des enseignants, et sur la question de l’éducation dans les élections, le point de vue de François Dubet dans le journal Le Monde.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Rey (19 janvier 2007). A l’école des ministres… de l’éducation. ÉDUVEILLE. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3gv


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search