Enseigner, un métier qui s’apprend

La réforme des modalités de formation des enseignants, en France, est l’occasion de faire le point sur cette première étape du processus de professionnalisation des enseignants (du secondaire), chez nos voisins et plus loin.
La production du Dossier d’actualité n° 50 de la VST de janvier permet de faire le point sur la littérature publiée depuis 2005 (après la publication d’un précédent dossier sur la formation des enseignants). Le but est de comprendre quels sont les ingrédients nécessaires à cet apprentissage d’un métier si particulier.

Depuis de longues années, l’articulation entre savoirs théoriques et savoirs d’expérience est au cœur des débats. Entre critiques à chaud des enseignants novices et promotion du concept de “praticien réflexif”, ce dossier tente de faire la part des choses et de poser les lignes de force d’un apprentissage si nécessaire pour aider les élèves à apprendre. L’acquisition de connaissances et de compétences d’ordre disciplinaire, pédagogique, psychologique… passe par une alternance entre théorie (mise en mots de connaissances et d’expériences antérieures) et pratique, dans un équilibre peu facile à mettre en place, mais néanmoins incontournable.

  • Feyfant Annie (2009). “L’apprentissage du métier d’enseignant“. Dossier d’actualité de la VST, n° 50, janvier.
  • Pour compléter ce dossier, voir la bibliographie en ligne (évolutive, donc) de la Veille scientifique et technologique (mot-clé : Formation des enseignants).

    1 réflexion sur « Enseigner, un métier qui s’apprend »

    1. Enseigner est effectivement un métier, un vrai métier. Et à ce titre, comme tous les autres métiers, il doit s’apprendre.

      Mais pour cela, il convient d’éviter deux écueils.

      L’un a couru jusqu’à aujourd’hui, c’est la formation univoque. Dans les écoles normales d’instituteurs d’abord, puis dans les IUFM, on n’a formé (à de rares exceptions près) les maîtres novices qu’aux pratiques constructivistes ou socioconstructivistes. En évitant soigneusement de parler des pratiques instructionnistes, comme la pédagogie explicite pourtant plus récente et plus efficace. Quelle est alors la liberté pédagogique de l’enseignant quand il n’a pour tout choix qu’une seule façon d’enseigner ?

      Le second écueil est celui qui prend corps depuis un an ou deux sous la poussée des traditionalistes en pédagogie. Pour ces derniers, incapables de décrire leurs pratiques, le maître est bon soit par une sorte de charisme personnel, soit par sa maîtrise parfaite de la discipline qu’il enseigne, soit par son expérience professionnelle. La pédagogie n’a aucune valeur pour ceux qui rêvent de revenir à l’École de Jules Ferry, elle n’existe pas… Ou alors seulement dans les propos fumeux de ceux qu’ils appellent avec mépris les “pédagogistes”, mettant dans le même sac les charlatans (il y en a !) et les chercheurs sérieux.

      Il nous faut donc une formation pour que les maîtres soient de véritables professionnels de l’enseignement. Reconnus notamment comme tels par les élèves et leurs parents, qui nous prennent un peu trop souvent pour des amateurs faisant ce métier par hasard…

      La réforme de la mastérisation est donc pour nous, instituteurs de “La 3e voie…”, une très mauvaise solution qui débouchera sur un désastre pour notre métier. Il faut le dire et le répéter pour alerter les collègues qui n’en auraient pas encore conscience.

      Je profite de ce message pour signaler la mise en service d’un nouveau site Internet pour notre association, plus ergonomique et plus fonctionnel, dont je vous recommande la visite.

      Bien cordialement.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.