Autrans 2007 : à l’école des générations Internet

La onzième édition des Rencontres d’Autrans était cette année consacrée aux «générations Internet», ces jeunes de moins de 20 ans qui ont grandi dans un monde où l’Internet fait partie du paysage au même titre que la télévision, les livres ou le téléphone.Un phénomène qui touche l’économie, la politique, l’intégration sociale, et aussi bien entendu le monde éducatif.

A ce titre, un certain nombre de jeunes écoliers québecois engagés dans une utilisation intensive des TICE dans leurs écoles (élémentaires ou secondaires) ont fait souffler un vent de fraîcheur en ouvrant ces Rencontres.
Ils on en effet montré que l’utilisation des TICE dans leur formation ne relevait plus de l’usage anecdotique ni même de la séquence ludique à côté des « vrais » apprentissages scolaires, mais avait pris place au cœur du processus de formation.

Projets collaboratifs, carnets personnels (blogues) ou cyberportfolios, atlas encyclopédiques… les outils utilisés étaient finalement relativement simples, et en tout état de cause à la portée de beaucoup d’écoles. Plus que la dimension technologique, ce qui marquait donc était la prise en compte pédagogique des pratiques de recherche d’information, de lecture et d’écriture induites par les outils.
Comme le soulignaient les élèves, chacun à sa façon, le passage à l’écriture publique, au moins dans le cercle de la communauté éducative (pairs, enseignants, parents, famille…) change évidemment le rapport au texte et à l’expression. Ecrire pour tous revêt une dimension de mise en scène publique dont la dimension formative est évidente, ne serait-ce que comme puissante incitation à ne pas écrire «n’importe comment».
Son article sur le blog de l’école n’est pas équivalent en l’occurrence au texte envoyé par SMS ni même à ce qu’on peut écrire sur un quelconque blog «de jeunes pour les jeunes».
C’est sans doute là que réside un des ferments les plus prometteurs des TICE, permettant de sortir de la relation bilatérale enseignant-élève particulièrement rigide en France, pour imaginer une «forme scolaire» plus ouverte, où le travail de l’élève n’est plus seulement le «travail» de l’élève en réponse à la commande de l’enseignant, mais devient un moyen pour l’enfant de manier et de s’approprier les savoirs au compte de l’affirmation de sa personnalité.
Autrans a aussi donné l’occasion d’observer l’expérience d’introduction des TIC à l’autre bout du spectre éducatif, à savoir dans la première année de médecine de l’université Joseph Fourier de Grenoble.

Ici, les préoccupations sont différentes, mais se rejoignent peut-être dans la mesure où il s’agit aussi d’améliorer une situation pédagogique qui, en l’occurrence, était très dégradée. Chacun connaît en effet les méfaits du PCEM1 conclut par le sévère concours de numerus clausus qui filtre les entrées vers les études médicales : amphithéâtres gigantesques, compétition effrenée dégénérant parfois (chahuts organisés par les redoublants pour handicaper les nouveaux par exemple), concurrence lucrative des officines de préparations privées, apprentissage «par cœur» au détriment de toute autre etc.

Les responsables grenoblois des études de médecine ont décidé de réagir de façon radicale, en recourant aux TIC pour instaurer une autre relation entre l’université et les étudiants de première année.

Ces derniers se voient en effet désormais remettre un DVD-ROM comportant les cours correspondants, ceci ouvrant des séquences d’enseignement où les étudiants peuvent ensuite nouer un dialogue par courriel avec leurs enseignants puis dans le cadre d’amphis de moins de 200 étudiants (contre plus de 700 auparavant), avec en sus un système de tutorat assuré par des étudiants de troisième année engagés par l’université.

Paradoxalement, les premières évaluations du dispositif ont montré que ce détour de la médiatisation a permis aux enseignants de nouer plus de dialogue qu’auparavant, non seulement avec les étudiants mais aussi avec leurs propres collègues !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Rey (18 janvier 2007). Autrans 2007 : à l’école des générations Internet. ÉDUVEILLE. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3gs


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search