Le Sudoc dans Google Scholar !

Le saviez-vous ? La fonction “Library search” de Google scholar permettra prochainement (au printemps ?) de localiser des ouvrages dans les bibliothèques universitaires françaises, grâce à un accord de licence permettant l’indexation du Sudoc par Google Scholar.
Autrement dit, vous pourrez instantanément savoir dans quelle(s) bibliothèque(s) participant au Sudoc est disponible l’ouvrage que vous sélectionnez dans vos résultats de recherche.

Google scholar offre de surcroît la possibilité d’affiner encore la localisation pour les catalogues disposant d’une fonctionnalité de type “résolveur de liens” (non spécialistes s’abstenir). Le lien “Find it @ (votre bibliothèque)” permet ainsi de connaître directement la disponibilité de la ressource (celle des ouvrages mais aussi des articles) dans votre catalogue de référence : une fonctionnalité déjà opérationnelle pour le catalogue des bibliothèques de Suisse occidentale RERO.

La démarche consiste alors à déclarer ce catalogue dans ses préférences (ici “RERO”).Donc on s’acheminerait vers une localisation à deux niveaux :

  • via “Find it @ …” : disponibilité d’un article ou d’un ouvrage dans votre bibliothèque
  • via “Library search” : localisation d’un ouvrage dans une bibliothèque géographiquement proche

Tous les utilisateurs de Google scholar (et les autres…) pourront donc se réjouir de cette montée au créneau de l’ABES, et des potentialités offertes par un tel accès unifié à la littérature scientifique, qui conjugue l’international et le local aussi aisément ! Patience donc !

Notons que cette fonctionnalité de localisation existe déjà pour certaines bibliothèques françaises ayant participé au réseau OCLC (qui gère le catalogue collectif Worldcat, activé par défaut dans les préférences). Il vous suffit d’indiquer votre région (càd “France”) lorsque vous cliquez la première fois sur un lien “library search”, pour afficher les bibliothèques françaises de Worldcat disposant de l’ouvrage choisi ; le plus souvent la reconnaissance IP dispense d’ailleurs de cette étape. A utiliser avec modération, puisque les informations délivrées ne sont plus à jour, s’agissant des BU françaises.

Des évolutions à surveiller en tous cas dans les prochains mois, d’autant que les ressources françaises sont de plus en plus présentes dans Google scholar. Si le site reste peu loquace sur la couverture réelle des ressources indexées, on y retrouve notamment les documents déposés dans HalSHS et les notices des catalogues de l’INIST (CNRS).

Alors que les algorithmes de classement sont également peu explicites, les possibilités offertes pour trouver des références connexes permettent de repérer aisément les principaux auteurs et les principales publications sur un sujet donné : via la liste des auteurs similaires mais surtout via l’indice de citation (“cité X fois”). Des rebonds bien utiles pour baliser un sujet dont on ne connaît pas forcément tous les experts (et c’est assez souvent le cas somme toute, car nos connaissances à l’échelon international sont rarement exhaustives !).
Voir pour exemple les 61 ressources citantes de l’ouvrage de Marcel Crahay qui donnent accès à l’environnement affinitaire de l’auteur.Un outil de plus en plus indispensable aujourd’hui pour une veille bibliographique…


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laure Endrizzi (17 janvier 2007). Le Sudoc dans Google Scholar ! ÉDUVEILLE. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3gr


Une réflexion sur « Le Sudoc dans Google Scholar ! »

  1. Les banques de données de l’INRP pourraient avantageusement être versées dans Google scholar, surtout grâce aux résumés. Une partie (jusqu’en 1995 ?) est dans l’INIST.
    C.Etévé

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search