Le soutien scolaire entre éducation populaire et industrie de service

Comment les élèves travaillent-ils “à la maison” ? Quelle est la charge, la nature et l’efficacité du travail prescrit par les enseignants ?
Quelle place occupent les devoirs à la maison dans la relation entre parents et enfants ? Quelle est la part de l’aide parentale dans l’apprentissage des leçons et la réalisation des devoirs à la maison ?
Quelles sont les raisons de recourir à une forme d’aide extérieure, c’est-à-dire à un “soutien scolaire” ?

Comment se caractérise l'”accompagnement à la scolarité”, disposiifs de soutien scolaire gratuits en faveur des enfants les moins favorisés socialement et culturellement ? Quels sont ses rapport avec les mouvements d’éducation populaire et avec le courant de l’éducation non formelle ? Peut-on évaluer l’efficacité de tels dispositifs ?

Parallèlement, comment se caractérisent les cours de soutien payants ? Comment est structuré ce marché qui fleurit dans l’ombre de l’école et quel est son modèle économique ? Quels sont les facteurs qui expliquent le développement spectaculaire des officines de soutien scolaire depuis plusieurs années ?

Pour quelles raisons, en France comme à l’étranger, les chercheurs estiment-ils que le soutien scolaire privé entretient et accentue les inégalités scolaires, économiques, sociales, culturelles ?

Quelle est la position de l’Éducation nationale face au développement de ces inégalités ? Quels sont ses moyens d’interventions sur un phénomène qui se déroule à la marge de sa propre activité ?

Quelle est encore la place des TIC dans le soutien scolaire ?

Autant de questions qui sont au coeur de la Lettre d’information de la VST du mois de décembre 2006. Se basant les rapports et travaux de recherche, produits récemment en France et à l’étranger, la Lettre rencontre un constat qui doit interroger le chercheur en éducation : pourquoi le soutien scolaire est-il si peu étudié ?

Le lecteur retrouvera les sources documentaires exploitées dans cette Lettre sur notre outil collaboratif de bibliographie.



Citer ce billet
Agnès Cavet (2006, 5 décembre). Le soutien scolaire entre éducation populaire et industrie de service. Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3gm

3 réflexions sur « Le soutien scolaire entre éducation populaire et industrie de service »

  1. Et bien je vois que certains n’ont pas résisté à l’envie de se faire un peu de pub gratuite ! 😉

    J’ai envie de réagir car je suis aussi active dans le domaine du soutien scolaire et je suis plus que réservée sur sa réelle efficacité (http://soutienscolaire.zeblog.com/11329-le-soutien-scolaire-est-il-efficace/).
    Dans ma pratique, je constate que les résultats sont très rarement spectaculaires et n’arrivent généralement pas à faire dévier un “destin scolaire” si tragiquement dépendant de l’origine sociale des élèves. On peut toujours dire que j’ai pas la bonne méthode, la bonne formation etc. Certes.

    Pour ma part, je me considère comme plus formée, compétente et efficace que la moyenne. Et je fais ce constat : je suis beaucoup plus efficace quand je travaille à l’intérieur de l’école (en réseau avec les enseignants et les parents) qu’en dehors et que lorsque je travaille en dehors, je suis d’autant plus efficace que j’arrive à créer un pont avec l’institution scolaire. En cours privé “classique”, je n’ai obtenu de réels résultats que pour des difficultés scolaires minimes.

    Je trouve donc assez surprenant en France cet engouement pour le soutien scolaire par des boîtes privées. En Suisse où je vis, je n’ai pasi connaissance d’un politicien ou d’une politicienne- qui préconise sérieusement cela comme une solution à l’échec scolaire. A ma connaissance, ce n’est même pas l’objet de débat.

  2. Comme chacun le sait après quelques temps de pratique, les missions de soutien scolaire sont définies autant pour le “soutien” que pour le “scolaire” !
    Pour enrichir une reflexion s’inscrivant dans ce contexte, le centre de formation aux métiers du jeu de Lyon propose une journée intitulée “jeu et soutien scolaire” en le 31 janvier 2007.
    Pour plus d’infos
    http://www.quaidesludes-formation.com/html/journees-themes.html

  3. Bonjour,

    Je dirige actuellement Methodia, une société de soutien scolaire à domicile qui connaît un des plus fort taux de croissance dans notre secteur d’activité en France depuis deux ans. Nous ne figurons pas dans votre étude, sans doute parce que notre développement est très récent (création avril 2003 – CA 2004, 2005 et 2006 respectivement de 30K€, 250K€ et 1M€).

    Avec l’aide de Jérôme Caille, l’ex-PDG d’Adecco Monde, nous sommes en train d’ouvrir de 1 à 3 agences par mois en France et en Espagne. Nous sommes pour le moment présents dans 10 villes et nous prévoyons d’ouvrir 30 nouvelles agences en 2007 en France, en Espagne et en Italie.

    Ayant notre siège social à Lyon et étant moi-même résident à Lyon, je désirais faire ce premier commentaire afin que les 600 familles lyonnaises qui nous ont fait confiance ces derniers mois ne soient pas surprises de ne pas nous trouver dans votre dossier.

    Concernant le soutien scolaire, je voudrais revenir sur un élément qui figure dans votre étude mais qui selon moi aurait mérité qu’on s’y arrête un peu plus longuement. Il s’agit de la finalité même du soutien scolaire.

    Pour ma part, j’ai créé Methodia parce que je suis intimement convaincu que la différence entre un élève qui réussit et un élève qui a des difficultés réside principalement dans sa façon d’aborder les exercices qui lui sont proposés (pris au sens large) et de les résoudre. Tous les élèves du secondaire sont capables de comprendre ce qu’on leur demande, pourvu qu’ils s’y prennent correctement (sauf bien sûr les cas très exceptionnels d’enfants déficients intellectuellement).

    Se contenter de revenir simplement sur les points du cours que l’élève n’a pas compris résoudra sans doute son problème à court terme, mais dès lors qu’une nouvelle difficulté se présentera, il aura à nouveau besoin d’un soutien. En revanche, si on lui apprend aussi à travailler par lui-même, si on l’aide à trouver des méthodes de travail qui lui correspondent, si on lui (re)donne confiance en lui montrant qu’il aurait pu trouver tout seul la solution, alors dans ce cas et dans ce cas seulement notre place en tant qu’accompagnateur scolaire (public ou privé) trouve tout son sens. On fait finalement ce que les professeurs n’ont pas toujours le temps de faire individuellement avec leurs élèves (même si beaucoup le font): on leur apprend à apprendre.

    Le véritable problème est là : à l’école les élèves sont noyés dans la masse. Alors que lors d’un cours particulier on peut s’intéresser à eux individuellement et on peut les aider à trouver les méthodes qui LEUR correspondent. Pas celles de leur voisin, de leur ami, de leur mère ou de leur professeur, mais les leurs. Certains élèves, souvent les plus en difficultés, ont besoin de ce type d’accompagnement individualisé. L’école telle qu’elle est organisée aujourd’hui a beaucoup de difficultés à leur proposer des solutions personnalisées. Et ce n’est pas uniquement une question de moyen comme on l’entend souvent. Mais c’est aussi et surtout une question d’organisation. Car la volonté de beaucoup d’enseignants et d’étudiants (IUFM, Grandes Ecoles, Universités…) est là : nombreux sont ceux qui sont prêts à aider des enfants qui en ont besoin. Mais comment ? Dans quelle structure ? Avec quels outils ? En utilisant quelle pédagogie ?

    Nous devons dépassionner le débat sur le soutien scolaire. Nous sommes quelques organismes à nous positionner en complément de l’école et non en concurrence avec elle. Les quelques entreprises irresponsables (je le dis et je l’assume) qui disent « recruter rigoureusement leurs intervenants » sans jamais les voir faute d’agences physiques dans les villes ni même les entendre par téléphone pour certains, et qui se targuent de faire de la qualité (il s’agit là de la majorité des officines de soutien scolaire !) décrédibilisent complètement notre secteur d’activité.

    Les enjeux pour les années à venir vont être selon moi de :

    1. Mieux contrôler le marché car nous travaillons avec des enfants et nous avons en tant qu’organismes de soutien scolaire une vraie responsabilité par rapport à eux. Gagner de l’argent est ESSENTIEL lorsqu’on est une entreprise car cela conditionne sa pérennité. Assurer un standard de qualité minimum en terme de recrutement et de formation des intervenants et de suivi des élèves est un DEVOIR, d’abord MORAL, pour les organismes de soutien scolaire.

    2. Arrêter de nous faire croire que c’est un secteur qui se porte bien car c’est faux. Le nombre d’acteurs est très important (beaucoup trop) et vu le volume d’affaires généré chaque année par le marché officiel (très faible malgré son fort taux de croissance), beaucoup (la plupart) des acteurs du marché vont sûrement disparaître au cours des deux ou trois prochaines années.

    3. Mettre en place un service de soutien scolaire individualisé et payé au prorata du revenu des parents au sein même de l’école pour accompagner les élèves les plus en difficulté. Methodia, et bon nombre de ses 1000 formateurs, se porte volontaire pour aider à sa mise en place en terme d’organisation. Nous devons réfléchir ensemble – organismes privés de soutien scolaire, professeurs de l’éducation nationale, CPE, directeurs d’établissement publics et privés – à la façon d’organiser un accompagnement individualisé pour ces élèves. Il faudra que nous le fassions tous avec beaucoup d’humilité car il n’y a en la matière aucune vérité universelle. Seules comptent nos expériences respectives et notre volonté d’avancer ensemble. C’est un enjeu majeur pour la France de demain.

    4. Etre plus lucides sur les impacts du soutien scolaire à domicile en terme d’emploi : nous ne créons que des emplois précaires. Très peu de personnes (2/1000 chez Methodia) arrivent à vivre de leur travail de professeur à domicile. La plupart font ça en complément 2 à 12h par semaine. Cela ne remet en rien en cause l’utilité de ces emplois mais il convient de relativiser leur contribution à la diminution du taux de chômage en France.

    Quoi qu’il en soit, que vous décidiez de publier ou non mon commentaire, je tiens à vous remercier pour la qualité de votre étude et pour la pertinence des informations qui y figurent.

    Bien cordialement,
    Nicolas Bourgerie
    Dirigeant fondateur de Methodia
    http://www.methodia.fr

Les commentaires sont fermés.