L’amertume des professeurs-documentalistes

Il y a quelque temps, nous avons publié un article « dans l’air du temps », sur les marronniers de la rentrée. Il est un autre sujet, tout aussi récurrent que ceux cités début septembre et on ne peut plus sensible, même si ignoré de beaucoup : les conditions d’exercice d’un métier en perpétuel tiraillement entre ce qu’il est censé être et la réalité du terrain, ou plus exactement LES réalités du terrain : le métier de professeur-documentaliste.

Un bref rappel est nécessaire pour situer le contexte :
Sur le portail des IUFM, on peut lire « Le professeur documentaliste appartient à la catégorie des personnels enseignants ». Pour autant il s’agit bien d’un enseignant pour le moins atypique.
Une circulaire de 1986 définit les missions de l’enseignant documentaliste.
C’est en 1989, qu’a été mis en place un CAPES de documentation. Les deux épreuves d’admission portent sur les sciences et techniques documentaires (commentaire critique, analyse de situations et de dispositifs techniques) et une épreuve de dossier documentaire portant sur l’un des trois champs disciplinaires suivants : Littératures et civilisations française et étrangères ; Sciences humaines et sociales (ce champ disciplinaire comporte, notamment, l’histoire et la géographie, les sciences économiques et sociales, la philosophie, les enseignements artistiques, l’éducation civique) ou Sciences et techniques (ce champ disciplinaire comporte, notamment, la physique et la chimie, les sciences de la vie et de la Terre, les mathématiques, la technologie). Le candidat doit y faire le lien entre informations et applications disciplinaire.
Toujours sur le portail des IUFM, on peut lire : « [La mission du professeur documentaliste], de nature essentiellement pédagogique, est conduite en étroite liaison avec les professeurs de l’établissement. Il assure, dans le centre de documentation et d’information (CDI) dont il a la responsabilité, une initiation et une formation des élèves à la recherche documentaire ».
Premier commentaire sur le point de la formation : comment exercer ce métier d’enseignant, de formateur,
– « Sans classe » : le Centre de documentation et d’information n’est pas conçu pour un enseignement frontal, enseignant face à des rangées de tables et d’élèves, dans un espace strictement parallélépipédique.
– « Sans évaluer les élèves » : même si l’enseignant-documentaliste évalue les élèves et notamment leurs compétences à maîtriser l’information (cf. rapport de l’UNESCO), son évaluation n’est pas prise en compte en tant que telle, et –au mieux- fortuitement, via le B2i ou en l’intégrant dans une note donnée par un enseignant disciplinaire, lors d’un travail en collaboration.
– « Sans emploi du temps » : rares sont les principaux de collège qui établissent un emploi du temps, ne serait-ce que pour les séances d’initiation à la maîtrise de l’information, en sixième.
Ces points « critiques » sont cités par Jean-Louis Durpaire, IGEN vie scolaire, lors d’une réunion des interlocuteurs académiques de documentation (Éducnet, 2008), pour indiquer l’inadaptation du cahier des charges des IUFM en matière de formation des enseignants-documentalistes et notamment les compétences citées par ce cahier des charges et pour lesquelles le « prof-doc » ne serait pas concerné.
Rappelons ces 10 compétences : agir en fonctionnaire de l’État et de façon éthique et responsable ; maîtriser la langue française pour enseigner et communiquer ; maîtriser les disciplines et avoir une bonne culture générale ; concevoir et mettre en œuvre son enseignement ; organiser le travail de la classe ; prendre en compte la diversité des élèves ; évaluer les élèves ; maîtriser les technologies de l’information et de la communication ; travailler en équipe et coopérer avec les parents et les partenaires de l’école ; se former et innover.
Parmi ces 10 compétences, deux ont déjà été citées comme « inadaptées », une autre est également citée par J.-L. Durpaire : savoir « concevoir et mettre en œuvre son enseignement ». A première lecture, considérer que l’enseignant-documentaliste ne doit pas justifier d’une telle compétence peut sembler totalement contradictoire. C’est aussi méconnaître la difficulté à maîtriser l’information tout au long de la vie (cf. à nouveau le rapport de l’Unesco) et la nécessité d’organiser des séances pédagogiques (les profs-docs ne peuvent parler de « cours ») progressifs. On avance dans la connaissance, l’évaluation et la possible maîtrise de l’information, au fil des années, de la sixième à la terminale…en n’étant pas sûr d’avoir atteint les objectifs, quand on se retrouve face à des étudiants de première année d’école d’ingénieurs ou d’université.

Une identité multiple
A la mission de formation à la recherche d’information s’ajoute des activités liées à l’activité pédagogique de l’établissement telles que : « la mise à disposition des éléments de documentation et d’instruments nécessaires à la réalisation d’un travail individuel ou collectif, la participation à la conduite d’un projet d’actions éducatives (PAE), l’organisation de visites, de rencontres , l’élaboration de dossiers, la préparation d’expositions », mais aussi « la mise en œuvre de programme d’action prioritaire », « l’organisation et la mise en œuvre [du] travail personnel des élèves ».
Le prof-doc participe à l’ouverture de l’établissement, il est responsable du centre de ressources documentaires multimédia (ce qui se traduit en langage plus récent par « politique documentaire ».

Le prof-doc « est associé à l’organisation des études dirigées. A cet effet, il recherche des solutions qui permettent l’ouverture du centre pendant les heures de disponibilité des élèves et notamment à l’interclasse de midi » (Circulaire de 1986).
Et c’est ce dernier point qui produit un « mini-buzz » dans le landernau des docs, à chaque rentrée scolaire.
Les forums professionnels foisonnent de messages pessimistes et désabusés dont l’objet est «Surveillant ou Professeur Documentaliste ?». Le fait de passer plus de temps à se demander combien d’élèves peut contenir raisonnablement le CDI, sans altérer la qualité du travail et de la lecture de certains élèves, tout en cédant aux pressions de « La vie scolaire », pour désengorger les salles de permanence, induit forcément beaucoup d’interrogations sur le métier et sur l’identité professionnelle du prof-doc.
Ce malaise clairement identitaire est conforté par le fait que les enseignants documentalistes ne sont des enseignants que lorsqu’ils préparent et passent le CAPES. Ensuite, ils exercent un métier unique en son genre, évalués par des inspecteurs « vie scolaire », exclus des enquêtes et statistiques sur les enseignants, interdits d’indemnités pour heures supplémentaires, ignorés du rapport Pochard sur l’évolution du métier d’enseignant (2008), mais dont la polyvalence en fait aussi l’intérêt.

Un avenir ?
Dans une Lettre de la VST, publiée en avril 2006, L. Endrizzi propose un synthèse des recherches sur l’éducation à l’information, les enjeux de la maîtrise de l’information pour le développement des sociétés et souligne le rôle important des bibliothèques scolaires dans cet apprentissage.
Début septembre, l’Association internationale des bibliothécaires scolaires (IASL) a organisé sa 38ème conférence annuelle. Le thème de cette année, « les bibliothèques scolaires dans le coup : préparer les élèves au monde de demain », a retenu toute l’attention de l’UNESCO, qui précise dans son compte-rendu : « Les bibliothèques scolaires vont en particulier servir de catalyseurs pour introduire des politiques de formation à la maîtrise de l’information et des médias dans les écoles, en incitant les élèves et les enseignants à acquérir un ensemble de compétences, connaissances, attitudes et comportements ».

Bibliographie :

  • Duplessis Pascal (2007). La médiation informationnelle et le rôle pédagogique de l’enseignant documentaliste dans les activités documentaires en partenariat avec les disciplines. IUFM Pays de la Loire.
  • Durpaire, Jean-Louis (2004). Les politiques documentaires des établissements scolaires. Paris : Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.
  • Frisch Muriel (dir.) (2008). Nouvelles figures de l’information documentation – Être enseignant documentaliste aujourd’hui : identité, compétences et savoirs spécifiques. Nancy : CRDP de Lorraine.
  • Navarro Annick (2009). « Documentaliste dans l’Education nationale en France : un statut d’enseignant, des fonctions hybrides et une identité incertaine ». Newsletter RBE, n° 5, juin.

4 réflexions sur « L’amertume des professeurs-documentalistes »

  1. Bonjour,

    juste deux remarques aux deux affirmations suivantes :

    1- “- « Sans classe » : le Centre de documentation et d’information n’est pas conçu pour un enseignement frontal, enseignant face à des rangées de tables et d’élèves, dans un espace strictement parallélépipédique.” : l’espace du CDI est un espace modulable qui peut être organisé, selon les cas, pour recevoir une classe entière ou une demi-classe. Les tables peuvent ainsi être regroupées (et c’est le choix que font de nombreux professeurs documentalistes) et permettre ainsi des regroupements et des cours, des échanges avec la classe ou des mises au point théoriques (des “moments décrochés”). L’amalgame entre le cours et “l’enseignement frontal”, avec toutes les connotations négatives que sait y mettre un enseignant documentaliste me semble abusif. Enseigner au élèves l’information-documentation peut prendre des chemins diversifiés et alterner différents moment d’enseignement-apprentissage (échanges, observation, recherche, travaux de groupe, synthèse en mode classe, mises au point théoriques, etc.). La dichotomie entre péda “traditionnelle” et “péda documentaire” me semble un peu datée. Le CDI est à ce titre un lieu d’enseignement comme un autre avec sa spécificité. D’autres lieux spécifiques existent dans l’établissement qui sont des lieux d’enseignement : gymnase et terrains de sport, salle de technologie, labo de sciences, ateliers, etc. L’enseignement n’a donc pas pour unique marqueur les rangées de table et le face à face pro-élèves. Assumons notre spécificité pédagogique et avançons !

    2- – « Sans évaluer les élèves » : où est-il écrit que nous ne devons pas évaluer les élèves dès lors que nous leur enseignons des savoirs, des savoir faire, des sa

  2. Je suis un peu suprise par cette article, entre marronier et amertume… Ayant eu le CAPES Documentation en 2009 et suivant actuellement la formation avec mes collègues enseignants stagiaire, je ne suis pas très surprise par certaines méconnaissances sur les épreuves actuelles du CAPES qui valident un contenu disciplinaire en Sciences de l’information et de la communication (SIC) discipline universitaire certes récentes.
    Mais si nous sommes sans classes ce n’est pas parce que le CDI ne se prêterait pas à un enseignement frontal, mais qu’en l’absence de programme officiel de formation dans notre discipline, nous enseignons à des élèves ou des groupes, dans le cadre de séances ou de séquences, la plupart du temps en partenariat avec le professeur de discipline dont c’est la classe.
    Nous évaluons évidemment les élèves et leurs compétences documentaires même si cela ne se traduit pas pas une note en documentation!
    Enfin, le problème est que la formulation de certains items des compétences sont formulés de manière inadaptée et non que nous n’exerçons pas ces compétences : pas d’horaire dédié veut dire pas de progression annuelle mais un travail par projet, pas de classe, pas de note trimestrielle, travail quasi systématique en partenariat infère des pratiques d’enseigneement qui ne rentrent pas dans les critères permettant de valider certaines compétences!!! Par ailleurs, des pans entiers de notre travail n’est pas évalué par ces compétences sauf à détourner leur sens première comme la politique documentaire ou ce fameux accueil des élèves qui peut aussi être un acte d’enseignement à part entière et ne se résume absolument pas à l’ouverture du lieu CDI ou de la gestion des prêts!
    C’est la richesse et la diffculté du travail d’enseignant docuementaliste d’être une profession encore récente, avec 4 misisions distinctes, sans programme et sans classe. Cependant la pédagogie documentaire ne se faisant qu’en fonction d’un contexte, des volontés des établissements, des équipes pédagogiques, des partenariats mis en place, les acquis des élèves à l’entrée en première au moment où on leur demande d’avoir une démarche de recherche documentaire autonome sont étroitement dépendants de leurs parcours personnels. A l’ère de l’information numérique, l’école de la République peut-elle accepter de créer ou perpétuer de telles inégalités entre les élèves?

  3. C’est vrai que tout est à revoir et qu’on souffre d’un vrai problème de visisbilité, de reconnaissance. J’ai des heures en sixième et parfois des collègues du module de français sont contents de me dire qu’elles ont fait une séance sur les clefs du livre et le sommaire avec les sixièmes. Devrais-je moi leur faire réviser la conjugaison ? ( je peux le faire transversalement du reste)
    Au premier abord, nous ne sommes pas identifiés comme de vrais profs par les collègues. Il y a une sorte de défiance. Mais ceux qui réalisent ce qu’on produit vraiment n’en reviennent pas.
    On peut facilement être débordés : avoir de nombreuses heures de pédagogie, et gérer aussi le fonds, les projets et la communication, les recherches, c’est beaucoup plus lourd que de faire 18 heures de frontal et des préparations comme un enseignant classique. Le découragement guette souvent.

    A quand une commission de réévaluation du métier, du statut, des droits des heures de travail. A quand la création d’heures obligatoires d’intervention du documentaliste, la création d’une agrégation ? A quand la création du statut d’aide-documentaliste ?

    En plus d’être une exception française, nous sommes aussi une espèce en voie de disparition, vu la raréfaction des postes. Généraliser l’apprentissage des compétences documentaires et l’éducation aux médias, en inscrivant nettement notre mission pédagogique dans les programmes, suppose un enseignant-documentaliste par établissement et sans doute un aide : nous reconnaître reviendrait à nous multiplier, donc coûterait trop cher.
    L’argent est le nerf de la guerre.

  4. Juste pour vous signaler que l’épreuve de dossier documentaire a été modifiée en 2006 et est commune, elle ne porte plus sur un champ disciplinaire.

Les commentaires sont fermés.