La réussite scolaire vue par les « champions »

Relecture de l’intervention de François Dubet à l’aune des données récoltées par les ENS pour le colloque « L’égalité des chances, les diversités, l’ouverture »

La formule impertinente et provocatrice choisie pour le titre de ce billet n’est pas de moi (je l’ai entendue dans les couloirs lors d’une pause), mais elle résume certaines réflexions qui peuvent émerger à l’issue du colloque « L’égalité des chances, les diversités, l’ouverture » qui s’est déroulé les 11, 12 et 13 juin aux Écoles normales supérieures de Lyon et de Paris.

En effet, le colloque visait essentiellement à se questionner sur l’homogénéité des profils rencontrés au sein des ENS et aux manières d’amener de la diversité lors du recrutement des futur·es étudiant·es. Pour objectiver la situation et pour élaborer des scénarios et pistes menant à une plus grande diversité dans le recrutement des étudiant·es, un groupe de travail scientifique inter-ENS a produit des données explicites et les chiffres présentés lors de la troisième et dernière matinée parlent d’eux-mêmes : 

  • le public admis au sein des ENS est homogène et issu des catégories les plus favorisées sur les plans économique et social de la population française. Cela provient indéniablement du vivier de recrutement de ces écoles, à savoir quelques-unes des classes préparatoires aux grandes écoles françaises les plus prestigieuses et principalement parisiennes ;
  • les concours d’entrée, scientifiques ou littéraires, bien qu’il s’agisse principalement d’épreuves écrites anonymes, renforcent des inégalités de genre, de classe et ethnoraciales, ne permettant pas de garantir l’hétérogénéité du groupe des admis·es. Ceci peut être dû à l’aide que peut apporter le cercle proche des élèves lors de leur scolarité et aux différences de présentation de soi et de ses résultats à l’écrit.

Malheureusement, le constat n’a pas changé en dix ans, selon les données mobilisées par le groupe inter-ENS, qui ont été récoltées et étudiées pour la période allant de 2013 à 2023. D’après ces données, les enfants de cadres ont toujours trois fois plus de chance d’être admissibles que les enfants n’ayant aucun parent cadre. Les jeunes hommes performent, eux, toujours mieux dans toutes les disciplines que les jeunes femmes et, principalement, en philosophie et en français. Ces chiffres ne reflètent pas uniquement les performances scolaires, ils nous donnent des indications sur la répercussion des inégalités dues aux socialisations différenciées et aux écarts de dotations en capitaux économiques, sociaux et culturels entre élèves. 

Ces constats posent la question de la construction sociale des aspirations au milieu du débat : il ne s’agit pas uniquement de se demander comment rendre plus accessible les ENS aux élèves issus des classes moyennes et défavorisées, mais de s’interroger aussi sur la pertinence d’une démarche d’ouverture sociale des grandes écoles lorsque les aspirations scolaires se construisent bien avant l’entrée des élèves dans le supérieur. Le sociologue François Dubet, intervenu lors de la dernière après-midi du colloque, propose alors de rediscuter du rôle de l’école dans l’établissement du mérite, évalué par les notes, et de la justice sociale, par le biais de ce qu’on appelle communément l’égalité des chances, ici appréhendée la possibilité (ou non) d’accéder et de réussir dans une filière donnée. Comme il l’explique « les désirs normaux [ne sont pas] ceux d’entrer dans les grandes écoles et dans les écoles normales supérieures ». Selon lui, les « désirs normaux », notamment pour les parents, sont que leurs enfants mènent des études intéressantes, pas trop onéreuses, qui permettent de trouver un emploi. Et, malgré les propos qui ont été menés plus tôt par les divers intervenant·es des ENS, il ajoute que l’autocensure n’existe pas vraiment. Selon lui, celles et ceux qui n’imaginent pas entrer à l’ENS ne sont pas véritablement victimes d’autocensure, ils et elles ne sont juste pas intéressé·es. Ces paroles viennent bousculer la notion d’ « égalité des chances » et le principe d’autosélection chez les élèves, essentiellement dans le secondaire et dans le supérieur du fait d’un sentiment de non-adéquation entre le niveau scolaire perçu et le niveau des filières visées. Comme le dit l’économiste Julien Grenet, intervenant lors du colloque, « Les grandes écoles ne font que figer des inégalités antérieures. Agir en bout de chaine n’est sans doute pas le plus efficace. »

Pour suivre la logique de François Dubet, avant de se poser la question de la diversification sociale dans les ENS, il semble pertinent d’y associer une réflexion sur ce que recouvre la notion de  « réussite scolaire » et sur la diversité des compétences sur lesquelles les étudiant·es peuvent être évalué·es lorsqu’il s’agit d’être formé·s à la recherche – puisque tel est l’objectif des ENS. Ceci permettrait d’agir bien plus en amont dans le parcours scolaire des élèves afin de réduire les asymétries d’informations entre élèves également performant scolairement, mais issus de milieux sociaux différents pour leur permettre, si toutefois ils et elles le souhaitent, d’avoir les mêmes aspirations. Cette démarche est d’autant plus importante que les cursus des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont très exigeants (et les concours à l’issue des CPGE le sont tout autant). De plus, les compétences acquises lors de ces cursus peuvent paraitre finalement éloignées de la formation proposée dans les ENS, qui requièrent d’autres savoir-faire, notamment savoir participer à des collectifs de travail, à des projets de recherche, etc.

Ainsi, l’égalité des chances pourrait se définir en creux par le fait qu’elle est pensée pour être l’opposé des inégalités de conditions et de la discrimination, objets de combat et de lutte à tous les niveaux. Mais, si on suit les propos de François Dubet, il convient de faire un pas de côté et de regarder le système de manière plus globale afin de nuancer, à travers l’expression des gouts, des aspirations des enfants et de leur origine sociale, notre appréhension de la réussite scolaire et, plus tard, professionnelle. Car réaliser l’égalité des chances peut aussi s’appréhender autrement que par le biais de faire réussir les élèves les plus « talentueux » des classes défavorisées : il s’agit aussi de prendre en compte des « vaincu·es » de la concurrence scolaire. Le propos n’est pas ici de dévaloriser l’ambition des ENS à vouloir diversifier leur public, mais d’expliciter les mécanismes à l’œuvre dans la production des inégalités des parcours scolaires et universitaires. La diversification du recrutement reste indispensable pour amener vers la recherche scientifique de nouveaux profils d’élèves, porteurs et porteuses de savoirs, d’expériences et de compétences différentes.

Dubet, F., Duru-Bellat, M., Vérétout, A. (2010). Les sociétés et leur école: Emprise du diplôme et cohésion sociale. Le Seuil. 
Grenet, J. (2018). Orientation Postbac : une question technique ou politique ?. Administration & Éducation, 159, 123-127. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Apolline Sauvage (20 juin 2024). La réussite scolaire vue par les « champions ». ÉDUVEILLE. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v1t


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search