Rentrée scolaire : les marronniers sont de retour

A l’approche de la rentrée scolaire, les médias ressortent les marronniers (« article d’information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible »).

Ainsi voit-on revenir le coût de la rentrée scolaire : en 2009 (« Le coût de la rentrée scolaire en baisse de 8,7%, selon Familles de France » ; « Le coût de la rentrée scolaire en nette baisse ») comme en 2008 (« Polémique sur le coût de la rentrée scolaire » ; «La rentrée scolaire 2008 coûte 7.6% moins cher »).

L’absentéisme des enseignants fait aussi partie des marronniers de rentrée, soit parce qu’à la rentrée, on manque des profs, soit parce qu’on imagine déjà les « galères » à venir.
Fin juin, la presse s’est fait l’écho d’un rapport indiquant que le taux d’absentéisme des enseignants était deux fois plus élevé que celui des salariés du secteur privé.
Selon RTL, qui se serait basé sur une « enquête confidentielle » du ministère de l’Éducation nationale, « 45% des profs des écoles ont posé un congé maladie » en 2007/2008, soit 3 millions de jours d’absence.
Un courrier du ministre de l’éducation nationale a répondu aux protestations du SNUipp (L. Chatel, 22/07/09), dans lequel il dénonce la non pertinence de cette comparaison.
Au-delà des commentaires sur un rapport que sans doute peu de journalistes ont lu et qui stigmatise-pour reprendre les propos de Luc Chatel- les enseignants, en émettant des doutes sur la validité des 11 jours d’absence pris en moyenne par cette moitié d’enseignants, s’est posé le problème du remplacement des enseignants malades ou en formation sur le temps scolaire. En novembre 2008, X. Darcos précisait : « le ministère de l’éducation nationale dispose d’un potentiel de remplacement important mais l’organisation du dispositif de remplacement ne permet pas de mobiliser plus de 80 % de ce potentiel». Il annonçait alors la mise en place d’une Agence nationale de remplacement, d’une vingtaine de personnes, en septembre 2009.
A nouveau envisagée par L. Chatel à l’occasion de la polémique autour du fameux rapport, cette mise en place demandera encore un peu de temps et de concertation avec les partenaires sociaux.

L’automne est également favorable à la publication d’ouvrages traitant d’éducation, de pédagogie, d’enseignement … En 2008, 36% des titres de la rubrique « pédagogie » du catalogue d’un libraire lyonnais, tous niveaux de lecture confondus, ont été publiés entre septembre et décembre. On ne sait si la tendance sera équivalente en 2009, sachant qu’à fin juillet, les titres publiés dans cette même rubrique sont deux fois moins nombreux que l’an passé (120 contre 246).
Une majorité de ces titres portent sur des problématiques didactiques ou pédagogiques (guides, conseils, annales, etc.), d’autres sont des tranches de vie, des coups de gueule… : « Je prépare ma classe de CE1 » (Loison, Vuibert) voisine avec « Stop à l’arnaque du bac » (Pitte, Pocket).
Certains auteurs sont très réguliers. Ainsi, par exemple, Véronique Bouzou, prof de français, qui en 2009 publie « Ces profs qu’on assassine » (éd. J.-C. Gawsewitch), en 2008 « L’école dans les griffes du septième art – Une Palme d’or scandaleuse » (éd. de Paris), en 2007 : « Le vrai visage de la téléréalité » (éds. Jouvence) et en 2005 : « Confessions d’une jeune prof » (éd. Bartillat).
Les 3 titres polémiques « À bonne école », « La fabrique du crétin » et « Une école sous influence », de Jean-Paul Brighelli, ont été édités ou réédités en août 2005, avril 2006, septembre 2006, octobre 2006, septembre 2007 et février 2008.
« Ces profs qu’on assassine » et « La fabrique des crétins » ont été publiés initialement chez Gawsewitch, de même que l’ouvrage de Michel Le Bris « Bonheur d’école : peut-on encore sauvez l’école française ? » (2009).

Cette année, les médias ont une information de taille pour « faire du papier » : la grippe A.
Il a suffit que le ministre de l’Éducation nationale parle des mesures à prendre dans les écoles (cf. site du MEN), pour que les médias s’emparent du sujet et cherchent à mesurer le degré de dangerosité du virus (celui défini officiellement étant le suivant : « Un cas groupé correspond à la survenue de trois cas au moins de syndromes grippaux en moins d’une semaine dans une même classe ou dans des classes différentes avec des activités partagées »).
Plus sérieusement, les propos d’Alain Bouvier, parus dans Le Monde du 11 août, suscitent des questionnements : le travail « à la maison » qu’impliquera toute fermeture d’école, même s’il est bien organisé par France 5 et France culture ou l’académie en ligne, s’accompagnera vraisemblablement d’une implication des familles, qui, comme pour les sacro-saints devoirs à la maison, ne pourra être égale pour tous les élèves (temps, argent, niveau scolaire des parents…). Certains pourraient aussi penser que le soutien scolaire marchand pourrait profiter de cette nouvelle niche.
L’article d’A. Bouvier est à compléter par sa tribune publiée le 25 août sur le site du Café pédagogique. Il y pose des questions de fond sur l’évolution du système éducatif : la fermeture des écoles, l’enseignement à distance, avec des médias, dont l’usage est loin d’être généralisé, pourrait bien faire évoluer les idées sur les modes d’apprentissage, le système éducatif et sa régulation.
Les préconisations pour une prévention efficace (OMS ou INPES), ont par ailleurs fait remonter des remarques sur l’état sanitaire des établissements scolaires : les élèves pourront-ils se laver les mains plusieurs fois par jour, sans risque de contamination (lavabos en suffisance, accès facilités), pourront-ils avoir des mouchoirs en papier à disposition et des poubelles fermées dans lesquelles les jeter après usage unique, les personnels de santé scolaire seront-ils assez nombreux pour intervenir, conseiller et aider les enseignants et les élèves (F. Jarraud) ?
Voilà un cas d’école pour les prochaines séances d’éducation à la santé !

Pour aller plus loin :
– bibliographie sur le soutien scolaire
– bibliographie sur l’accompagnement scolaire
– Broussouloux Sandrine, Houzelle-Marchal Nathalie (2006). Éducation à la santé en milieu scolaire : Choisir, élaborer et développer un projet. Paris : INPES.
– ToutEduc (2009). « A chaque rentrée, des livres sur l’école », 27 août.


2 réflexions sur « Rentrée scolaire : les marronniers sont de retour »

  1. Bonjour , j’aime beaucoup l’humour arboricole des marronniers de la rentrée qui vont doucement vers l’automne et perdront leur feuilles et leurs marrons !

    J’en faisais des bonhommes avec les allumettes chipées à ma mère…Au printemps ils reverdiront et éclateront leurs hampes fleuries !

    Au passage, qui va conseiller aux écoliers de ne plus cracher par terre ?

    Bonne rentrée,
    M.T.

  2. Parmi les prétendants au statut de marronnier, il y a aussi l’argent de poche. Les banques publiant généralement des “études” sur ce sujet à la rentrée, les journaux s’en font l’écho et se copient…
    Autre sujet de la rentrée : l’impact des TICE sur l’enseignement à la suite de l’étude réalisée sur l’opération « un ordinateur portable, un élève » dans les Landes. Cela donne lieu à des articles très caricaturaux notamment dans le Figaro.
    Ce qui est désolant dans le traitement par la presse des questions d’éducation, c’est le manque de sérieux. Il y a peu de journalistes spécialisés et souvent c’est le parti-pris ou l’approximation qui dominent.
    Philippe Watrelot
    http://philippe-watrelot.blogspot.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.