Éclairer la création collective d’intelligence : retour sur la 14e rencontre internationale des LéA-IFÉ

Pour cette 14e rencontre internationale des LéA-IFÉ, qui a eu lieu les 28 et 29 mai 2024, le réseau des LéA-IFÉ s’est manifesté avec force – 34 collectifs sur 35 présents, 150 participants sur site… nécessitant une retransmission des interventions dans une seconde salle, et en ligne. Si l’engouement était perceptible, c’est que l’enjeu de ces journées était d’autant plus intéressant pour les LéA-IFÉ : « éclairer à la fois le processus de création collective d’intelligence au sein d’un LéA-IFÉ et ce que cette intelligence produit et transforme ».

Le mardi 28 mai après-midi, différents temps de travail étaient dédiés aux équipes des LéA-IFÉ et aux partenaires du réseau. Le 29 mai, c’était programme complet : conférence plénière, sessions de communications scientifiques, forum de présentation de posters, travaux et ressources des LéA-IFÉ, et d’autres ressources de l’Ifé, synthèse sous forme de mise en dialogue pour favoriser les échanges et les réflexions.Pour éclairer ce fil rouge de ces rencontres, le processus de création collective d’intelligence, un duo de chercheurs, une conférence appuyée sur deux études de cas, et trois essentiels à retenir.
Le duo de chercheurs était formé de Murielle Gerin, maitresse de conférences en sciences de l’éducation et de la formation à l’université de Bretagne, et Loïs Lefeuvre, docteur en sciences de l’éducation et membre du Collectif Didactique pour Enseigner (CDpE).
Leur conférence à deux voix était structurée autour de deux exemples d’ingénieries coopératives (Collectif Didactique pour Enseigner, 2024). Le premier portait sur la mise en œuvre de l’égalité entre filles et garçons par le biais d’activités d’écriture au cours préparatoire (première année de l’enseignement élémentaire) : intégrer l’art de la co-écriture dans le travail collectif d’ingénierie a permis de créer une intelligence collective, aboutissant à l’élaboration d’une nouvelle situation d’écriture. Le second cas, un groupe d’ingénierie travaillant sur l’analyse et l’interprétation des Fables de La Fontaine en cours élémentaire (2e et 3e années d’école élémentaire) et en cours moyen (4e et 5e années d’école élémentaire), a illustré comment l’introduction de nouvelles questions par un membre récemment intégré au collectif a revitalisé le travail épistémique et didactique de ce dernier.
Au final, trois éléments essentiels émergent de ce processus de création collective d’intelligence : le rôle central des dispositifs, celui des « arts de faire », ici l’art de la coécriture (Gérin, 2022), et les liens entre « forme représentation » et égalité d’intelligence.

Des dispositifs, au-delà des dispositions individuelles intrinsèques des individus
Pour M. Gérin et L. Lefeuvre, l’intelligence collective ne résulte pas de la somme des capacités ou des talents des membres du groupe, mais de la manière dont le cadre et les outils du travail collectif sont conçus et mis en place. Il s’agit que ces dispositifs créent un environnement favorable à la collaboration et à l’innovation collective : « placés dans des conditions propices, les êtres humains sont capables de juger et d’agir intelligemment » (Dewey, 1975). M. Gerin a illustré cette affirmation par une situation d’apprentissage dans laquelle un binôme d’élèves fille-garçon a réussi à co-écrire efficacement grâce à des dispositifs adaptés qui ont facilité leur interaction et leur collaboration, alors que les situations d’ingénierie déployées auparavant n’avaient pas permis d’atteindre cet objectif.

Des « arts de faire » à l’intelligence collective
Rencontrer des « arts de faire », c’est se confronter à « une pratique longuement travaillée par quelqu’un·e au point d’être accomplie avec art » (Gérin, 2022, p. 35, note n°1). À partir de la rencontre avec une autrice et co-autrice professionnelle, M. Gérin a décrit comment le collectif a pu concevoir et mettre en œuvre un dispositif didactique de co-écriture destinés à des élèves de CP, appuyé sur leur connaissance de « l’art de faire » : « la bande brouillon ». Celle-ci engage une intelligence collective de travail dans laquelle chacun·e trouve sa place, à égalité, entre co-auteur·rices. La méthodologie de travail de l’ingénierie coopérative, fondée sur « l’art de faire » de la co-autrice professionnelle rencontrée, a aussi permis à chacun·e de trouver sa place : un synopsis commun au départ, une répartition des chapitres, le choix des personnages et la répartition du travail entre les co-auteur·rices. Ces documents ont servi non seulement de guides, mais aussi de « formes représentation » de l’intelligence collective en action.

« Forme représentation » et égalité dans la création de l’intelligence collective
Pour les chercheurs, une « forme représentation » désigne un document support (tableau, bande papier, résultat d’un questionnement, etc.) qui permet à la fois de questionner l’ensemble du collectif et de représenter le résultat du travail commun. L. Lefeuvre a montré comment un tableau de paraphrases d’une fable de La Fontaine, produit par des élèves et partagé en classe, est devenu une « forme représentation ». Ce tableau a permis de visualiser les contributions des élèves et de créer une base commune pour l’intelligence collective. De même, le questionnement d’un nouveau membre du collectif de recherche sur ce tableau et la fable de La Fontaine est devenu une « forme représentation », un point de départ pour une nouvelle enquête collective, nourrissant le cadre théorique commun, menant à une nouvelle façon de lire la fable, et à l’élaboration d’une nouvelle « forme représentation » support pour le groupe.

Bref, des propos efficaces et pertinents pour comprendre qu’au sein des LéA-IFÉ, des dispositifs, des arts de faire et des formes représentations, pour reprendre les mots de M. Gérin et L. Lefeuvre, se cherchent, s’élaborent, se stabilisent, se renouvèlent… comme le réseau des LéA-IFÉ lui-même, qui accueillera l’an prochain 11 nouveaux collectifs, et autant de processus d’intelligence collective.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Peggy Neville (12 juin 2024). Éclairer la création collective d’intelligence : retour sur la 14e rencontre internationale des LéA-IFÉ. ÉDUVEILLE. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11t1c


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search