Veiller sur la santé mentale des jeunes

« Les études convergent : la santé mentale des adolescents s’est dégradée […]. Restons mobilisés pour le bien-être des jeunes ! » alerte la direction de Santé publique France, à la suite de la publication en avril 2024 des résultats de l’enquête EnCLASS. Le constat d’une détérioration de la santé mentale des jeunes est partagé à travers le monde : l’enquête internationale Health Behavior in School-Aged children (2022), réalisée auprès de 280 000 élèves de 44 pays, documente cette tendance générale en Europe et en Asie centrale.

À l’heure où la santé mentale des adolescent·es fait l’objet d’un intérêt grandissant, le Dossier de Veille de l’Ifé n° 148 intitulé Souffrances adolescentes : quand la santé mentale traverse les frontières de l’éducation vise à analyser les liens, les articulations et les imbrications entre les difficultés psychologiques des jeunes et les parcours d’enseignement secondaire et supérieur.

L’adolescence est en effet une période de l’existence fortement encadrée par les institutions d’enseignement. Des recherches, notamment anglo-saxonnes, ont mis au jour les liens entre santé mentale positive et réussite scolaire. Ainsi, les institutions d’enseignement secondaire et supérieur sont désormais identifiées comme des espaces privilégiés de repérage, voire de prévention, des souffrances psychologiques des élèves et des étudiant·es.  Celles-ci se sont accrues (ou sont devenues un objet de recherche et de débat public plus central) au gré de la succession et de la superposition des crises récentes : urgence climatique, situation géopolitique instable, ou encore crise sanitaire à la suite de la pandémie de Covid-19. Ce contexte occasionne un repérage croissant des troubles psychiques et permet d’objectiver les difficultés psychologiques de la jeunesse. S’appuyant principalement sur la littérature de recherche en psychologie, en santé publique et en sciences de l’éducation, le Dossier de Veille de l’Ifé n° 148 rend compte de l’hétérogénéité des modalités d’expression de la souffrance psychique adolescente selon les niveaux et filières scolaires et universitaires ; il saisit également les traductions de ces difficultés dans les espaces d’enseignement secondaire et supérieur ; enfin,  il dresse un panorama – non exhaustif – des dispositifs pour soutenir la santé mentale des adolescent·es pendant leur parcours éducatif.

Des souffrances scolaires ordinaires à la forte pression exercée sur les étudiant·es en classe préparatoire, en passant par le harcèlement entre pairs, les souffrances psychiques des adolescent·es, touchent plus particulièrement les filles. Tout comme leur nature, leurs causes sont multiples et protéiformes. Ces souffrances révèlent des difficultés à se conformer aux sociabilités adolescentes, aux normes scolaires et aux exigences académiques de certaines filières d’enseignement supérieur. Si l’ampleur des troubles psychiques des élèves du secondaire comme des étudiant.es du supérieur est régulièrement pointée du doigt, la réponse des politiques publiques éducatives reste pour le moment inégale et embryonnaire, notamment dans l’enseignement secondaire.

Pour aller plus loin :

Lauricella, M. (2024). Souffrances adolescentes : quand la santé mentale traverse les frontières de l’éducation. Dossier de veille de l’IFÉ, 148, avril. ENS de Lyon.

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Marie Lauricella (2024, 29 avril). Veiller sur la santé mentale des jeunes. ÉDUVEILLE. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/xt44

2 réflexions sur « Veiller sur la santé mentale des jeunes »

    1. Bonjour, le lien vers le dossier de veille est inséré dans la date de parution, à la fin de l’article. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search