Les défis de l’inclusion dans l’enseignement supérieur 

Retour sur le colloque international “Diversité et réussite[s]” de Nantes

Les 3, 4 et 5 avril 2024, le colloque international « Diversité et réussite[s] » s’est déroulé à l’Université de Nantes, en collaboration avec l’Université Laval (Québec). 

En regroupant un public très diversifié, le colloque a permis de mettre en relation différent·es acteur·rices de l’éducation, provenant de différentes zones géographiques, notamment la France, la Belgique et le Québec. Les nombreuses communications ont invité les participant·es à réfléchir à leurs pratiques professionnelles, telles que l’évaluation ou l’accompagnement par exemple. Ce fut aussi l’occasion de redéfinir ce qu’on entend par « réussite » scolaire, qu’on ne peut restreindre à la seule acquisition d’un diplôme. Une question centrale du colloque était celle de l’inclusivité des espaces (temporels et spatiaux) de l’enseignement supérieur. 

Réussite[s] et échec[s] étudiants : revaloriser les parcours atypiques et la flexibilité des trajectoires scolaires

La diversité des réussites étudiantes a été au coeur de la séance plénière de clôture de Didier Paquelin, professeur titulaire en sciences de l’éducation à Laval, et lors de la table ronde sur « l’échec » dans l’enseignement supérieur. Cette table ronde ne réunissait que des sociologues : Marie-Paule Couto, Tristan Poulaouec, Éric Richard et Christophe Michaut, animateur de cette intervention. Ce dernier a lancé la discussion sur le taux d’échec dans l’enseignement supérieur francophone, appelant les invité·es à redéfinir l’échec scolaire et les outils de son évaluation. 

Marie-Paule Couto a pris la parole pour expliquer comment les élèves de Terminale adaptent leurs choix sur Parcoursup en fonction de leurs espérances statistiques de réussite. Selon elle, ne mesurer que l’échec, c’est ainsi évincer des questionnements plus larges sur la hiérarchie des filières dans le supérieur et sur les inégalités scolaires. 

Tristan Poullaouec, coauteur de l’ouvrage Luniversité qui vient, a lui aussi souligné l’importance des parcours scolaires antérieurs dans la réussite des étudiant·es, mettant en question l’efficacité du système actuel de lycée à préparer les élèves aux études supérieures. 

Enfin, l’intervention d’Éric Richard a permis de saisir la définition de l’échec dans le système québécois, évalué par le taux de diplomation en fonction de l’âge des étudiant·es. Il a souligné le défi de concilier les attentes politiques et médiatiques en matière de taux de diplomation avec les contraintes et intérêts financiers et familiaux des étudiant·es. En effet, les étudiant·es québécois·es diffèrent souvent leurs études pour travailler et se financer et terminent donc plus tardivement leur formation initiale. 

Ce sont ces raisons qui justifient ensuite les propos de Didier Paquelin, lors de la clôture du colloque : promouvoir un enseignement supérieur plus inclusif doit passer par une réflexion large sur la définition de la réussite scolaire, tant à l’échelle des étudiant·es que des politiques publiques. L’intervention s’est conclue sur l’importance de co-construire un écosystème inclusif et de décloisonner verticalement et horizontalement l’enseignement. Ce décloisonnement aura pour but de développer de nouvelles pratiques pédagogiques et d’évaluations adaptées aux enjeux économiques et sociaux actuels.

Repenser linclusion par les pratiques pédagogiques des équipes éducatives

Emilie Doutreloux, de la faculté des sciences de l’éducation de Laval, a mis en avant, dans son intervention, l’importance de l’équité, de la diversité et de l’inclusion en éducation. Elle a souligné que la volonté politique de rendre l’enseignement plus inclusif, afin d’aller vers plus de justice sociale, impliquait la multiplication des normes dans l’enseignement supérieur. Or, ces normes rentrent souvent en tension. Pour illustrer cela, elle a pris l’exemple de l’adoption d’une langue de communication unique à l’Université et de la valorisation de la diversité culturelle dans les cursus scolaires. De fait, une partie de son intervention s’est centrée sur la définition des obstacles inhérent à l’enseignement supérieur et à la nécessité de diversifier les pratiques éducatives. Les obstacles principaux qui furent relevés sont situationnels (logements, transports, cout économique), institutionnels (rapport à l’administration, organisation des cours et des parcours), dispositionnels (autocensure, biais cognitifs), informationnels (accès à l’information) et comportementaux (discrimination, formation). C’est à partir de ces derniers qui des pistes de diversification des pratiques éducatives peuvent être pensées.

Philippe Parmentier, plus tard lors du colloque, a insisté, de son côté, sur la nécessité de transformer les pratiques et les représentations dans l’enseignement supérieur de tous les professionnel·les. Il a aussi explicité l’inadéquation entre les méthodes d’enseignement et les besoins et intérêts des apprenant·es, par exemple sur les enjeux écologiques. En questionnant la place de l’erreur dans l’apprentissage des étudiant·es et en proposant des méthodes d’évaluation plus flexibles, deux enseignants québécois ont, par ailleurs, lors d’un atelier, souligné la nécessité de repenser les approches évaluatives pour mieux répondre aux besoins diversifiés des apprenant·es.

Un colloque riche en perspectives pour mieux appréhender un enseignement supérieur en mutation

La diversité des enjeux traités et la densité du programme du colloque ont induit des échanges productifs. Cependant, elles n’ont peut-être pas permis de réunir et de faire dialoguer toutes les personnes présentes ni de faire se confronter des approches théoriques discordantes. Néanmoins, la question de la diversité des réussites étudiantes se révèle de manière convergente être un aspect fondamental dans le paysage de l’enseignement supérieur. Elle a traversé les réflexions, à plusieurs niveaux, de l’ensemble des interventions du colloque et, plus généralement, des travaux de recherches des personnes invitées. 

Aujourd’hui, les parcours des étudiant·es sont multiples, de plus en plus marqués par des réorientations et des choix adaptatifs influencés par des facteurs socioéconomiques et personnels. Les différentes interventions citées dans ce billet ont contribué à expliciter les enjeux de diversité des réussites étudiantes et de réflexivité des pratiques en éducation dans un contexte d’enseignement supérieur en mutation.

En conclusion, la question de la diversité des réussites étudiantes se révèle être un aspect fondamental dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche en éducation.

Ce colloque sera suivi d’un autre colloque au Québec, à l’Université Laval, en octobre 2024. Les supports de communications des intervenant·es du colloque « Diversité et réussite[s] » seront prochainement disponibles sur le site du colloque.



Citer ce billet
Apolline Sauvage (2024, 30 avril). Les défis de l’inclusion dans l’enseignement supérieur . ÉDUVEILLE. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10s2i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search