Productivité et qualité scientifique : avec quelles publications compter ?

L’année universitaire a été marquée par des contestations, diverses mais durables, d’une partie des universitaires et des étudiants contre les réformes gouvernementales (loi “LRU”, décret sur les enseignants-chercheurs…). On trouvera des synthèses, des lectures, des analyses et des points de vue très intéressants sur cette question dans le dossier mis en ligne par La Vie des Idées.

Parmi les motifs de la contestation, la question des modes d’évaluation des universitaires et de leur productivité scientifique a tenu une place non négligeable, tant elle touchait  l’identité professionnelle de ceux que l’on appelle les “enseignants-chercheurs”.

Classements de revues, bibliométrie, indices de citation, palmarès, indicateurs de qualité : la polémique, à la fois nationale et internationale, a en effet porté sur des notions souvent mal connues dans le monde des sciences humaines et sociales.

Le cœur de la controverse réside surtout dans l’idée que l’on puisse utiliser des mesures quantitatives opérées sur des publications pour apprécier la productivité scientifique des chercheurs et enseignants-chercheurs. Si la communauté scientifique est plutôt attachée aux dispositifs d’évaluation par les pairs (peer review), l’évaluation par les chiffres fascine en effet toujours les décideurs et les profanes soucieux de disposer de références simples à comprendre et à manipuler.

C’est pourquoi nous avons consacré le dossier d’actualité n° 46 de la VST à cette question, en nous ‘interrogeant autant que possible sur la traduction de ces problématiques dans le domaine de la recherche en éducation.


1 réflexion sur « Productivité et qualité scientifique : avec quelles publications compter ? »

  1. cher collègue,
    Merci pour votre texte sur l’évaluation, très intéressant. Concernant le paragraphe “Évaluation par les pairs vs évaluation par les chiffres”, nous avons fait une étude sur 4000 chercheurs du CNRS, qui montre que au niveau de la promotion DR, il n’y a pas de corrélation aussi systématique (50%).
    On pourrait en parler de vive voix à la rentrée si vous le souhaitez,
    bien cordialement, Pablo Jensen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.