Le Ministère de l’éducation nationale à l’heure du numérique

Le Ministère de l’éducation nationale se met activement, semble-t-il, à l’heure du numérique avec l’utilisation de services extérieurs issus du web social (ou encore appelé web 2.0). Nous vous informions au milieu du mois de juin de l’ouverture d’un canal de microblogging sur la plateforme Twitter, ainsi que de la création d’une webTV ministérielle et d’une chaine dédiée sur la plateforme Dailymotion.

Depuis, l’annonce a été faite d’un service de cours en ligne, du CP à la Terminale, avec l’académie en ligne, le 19 juin (voir le communiqué de presse et l’article sur le site du ministère). Le Café Pédagogique s’en est fait l’écho dans ses colonnes, tout comme le site educinfo. Pour commencer, le site propose des activités du type cahiers de vacances pour les élèves de primaire et de secondaire sous la forme de fichiers pdf (ou parfois animés pour les plus petits) et de fichiers son à écouter directement sur le site. Il s’agit de cours du CNED (qui est responsable de ce site) mis à disposition gratuitement.  La navigation se fait par niveau de classe, par matière ou encore par mot clé. Il est prévu pour la rentrée prochaine que le contenu soit enrichi pour couvrir l’intégralité des programmes des enseignements généraux.

Le ministre a mis en avant l’aspect républicain du projet en donnant à chacun la possibilité d’accéder au savoir gratuitement (entrant en concurrence avec les éditeurs privés de cahiers de vacances) dans la continuité des missions de service public. Le rayonnement international de la France n’est pas oublié dans la mesure où la volonté est d’offrir aux pays francophones, notamment africains, la possibilité de recourir à ces ressources.

C’est un premier pas vers la diffusion des savoirs, qui est un objectif primordial dans l’ère numérique actuelle et à venir, mais les recommandation européennes ainsi que celles de l’OCDE vont plus loin quant à la mise à disposition des ressources éducatives. L’OCDE a publié un rapport en 2007 dans lequel il est préconisé aux Etats de financer et promouvoir activement la création de ressources éducatives libres (il faut entendre par libre la possibilité laissée à tout un chacun d’utiliser et diffuser les ressources, voire éventuellement des les modifier). Nous en faisions état dans un précédent billet.
De même, la commission européenne a publié en 2008 un rapport qui allait dans le même sens, en incitant à la création de communautés de pratique propices à l’échange et à l’enrichissement mutuel. Un autre rapport européen sur le e-learning faisait les mêmes recommandations déjà en 2007.

Les clauses très restrictives quant à l’utilisation de ces ressources pourraient donc s’avérer inefficaces, voire contre-productives pour la diffusion de ce savoir. Elles viennent en contradiction avec la volonté affichée d’utiliser les services du web social, univers favorisant le partage et la diffusion (voir l’analyse de framasoft). Le choix d’une licence permettant la libre diffusion des ressources (avec toutes les restrictions voulues par ailleurs) aurait permis d’atteindre plus facilement les objectifs affichés.

Dans le même ordre d’idée, le recours à des services extérieurs et privés pour la communication du ministère pose question. Lorsque nous utilisons des services comme  Twitter, les données que nous mettons en ligne ne nous appartiennent pas vraiment, nous abandonnons une partie des droits à des entreprises commerciales, relevant bien souvent de la législation nord-américaine. Il est vrai que ces outils sont performants et pratiques, et que une institution aurait bien du mal à rivaliser en créant elle-même ses propres logiciels, mais le recours à des services analogues plus respectueux de la propriété intellectuelle qui utilisent des logiciels libres et ont recours à des licences du type Creative Commons aurait pu être une solution retenue.

Bruno Devauchelle quant à lui s’interroge sur le contenu de ce qui est proposé. À l’heure des « serious games », il aurait été préférable de voir des contenus un peu plus interactifs qui « mettent en activité » les jeunes et leur permettent « d’aller de découvertes en découvertes ».

Les supports technologiques plus traditionnels que sont la télévision et la radio ne sont pas en reste : educinfo rappelle que la continuité pédagogique en cas de pandémie sera assurée par le CNED qui aura recours à Radio France et France 5 à raison de six heures de radio et cinq heures et demie de télévision quatre jours par semaine ; il s’agit du plan de prévention et de lutte paru au BO n°8 du 18 décembre 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.