Recherches et pratiques en éducation : revue de deux mondes

Lors du colloque qui a suivi le symposium du Réseau de recherche en éducation et formation (REF), les 17 et 18 juin 2009, il a été demandé aux intervenants d’une table ronde (L. Paquay, B. Rey, M. Altet, C. Lessard) de répondre à la question « recherche et pratique : quel donnant-donnant ? »
Pour Claude Lessard, et Marguerite Altet, cette réponse ne peut se situer que dans un entre deux mondes.
Pour C. Lessard, la séparation de la recherche et de la pratique en deux mondes tient à des rapports hiérarchiques historiques, sur un mode plutôt applicationniste (on applique les outils proposés par la recherche), au mieux sur une mode de dissémination. L’Expert est censé savoir quel est le bien, l’Intellectuel construisant une intelligibilité qui n’est pas accessible à tous. Dans ces conditions et dans un univers irréductible, comment faire du donnant-donnant ?
Pour donner une note plus positive, C. Lessard explique qu’il n’est pas nécessaire d’avoir intégration des deux mondes pour réaliser une communauté collaborative et que certains y trouvent leur compte: au Québec, les chefs d’établissement et les conseillers pédagogiques ont pu ainsi mieux construire leur professionnalité. Pour les enseignants, la recherche peut être une forme de reconnaissance de ce qu’ils font ; elle met en mots leurs pratiques.
Pourquoi ces deux mondes sont-ils irréductibles ?
B. Rey a décidé d’être “le désespéré” de la table ronde : les chercheurs constatent un détournement de leur langage par les praticiens ; des recherches convergentes n’ont pas d’impact sur les pratiques enseignantes. Ce manque d’écoute se suffit-il de cette fameuse «résistance au changement» ? La vérité est-elle forcément du côté de la recherche ?
Pour B. Rey, la recherche ne prend pas en compte la réalité et a tendance à la découper, à la réduire à quelques variables (le plus souvent deux) provoquant une discontinuité du travail enseignant alors que celui-ci est continu, chaque situation étant imbriquée, influencée par le contexte, les contraintes, etc.
M. Altet propose quelques pistes pour rapprocher les deux mondes :
– la vulgarisation, c’est-à-dire un changement de système de valeurs, mais la question est «savons nous vulgariser ?».
– l’existence ou l’interface de traducteurs, comme les formateurs, les conseillers pédagogiques. Mais sont-ils reconnus, ont-ils le temps ?
– le développement de la recherche dès la formation initiale pour donner de l’appétence à la recherche chez les nouveaux enseignants (Perrenoud). Mais ont-ils le temps ? Qui peut leur donner cette appétence ?
– le développement de pratiques collaboratives entre praticiens et chercheurs, qui objectiveraient les expériences. Mais les recherches ne peuvent pas toujours être collaboratives et les praticiens et les chercheurs n’ont pas la même temporalité.
– la co-explicitation (des savoirs de l’expérience) : il s’agit de créer un collectif d’acteurs de l’éducation autour d’un objet de recherche partagé, chacun faisant l’analyse des traces ou des données objectivées, à partir d’un contrat de communication (engagement partagé du chercheur et du praticien) (Vinatier).

Compléments bibliographiques :
– Perrenoud Philippe (1992). « Le rôle d’une initiation à la recherche dans la formation de base des enseignants ». Éducation et Recherche, n°1, p. 10-27.
– Prost Antoine (2001). Pour un programme stratégique de recherche en éducation. Paris : La Documentation française.
– Vinatier isabelle (2007). Un dispositif de « co-explicitation » avec chercheur et maîtres formateurs ; la conceptualisation de l’activité de conseil. Colloque international AREF 2007, Strasbourg, août 2007.



Citer ce billet
Annie Feyfant (2009, 24 juin). Recherches et pratiques en éducation : revue de deux mondes. Éduveille. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3ki