Le CDI et la réforme du lycée

Dans son rapport sur la réforme du lycée, Richard Descoings préconise un Centre de documentation et d’information « poumon du lycée », ce qui ne peut, a priori, qu’aller droit au cœur des enseignants documentalistes.
Le paragraphe consacré au CDI est le suivant :
« Le CDI est l’espace d’accès au savoir et à l’information privilégié des élèves et notamment de ceux qui n’ont pas ces ressources dans leur environnement familial. La formation à la recherche et à l’analyse des informations est une priorité tant pour l’orientation que pour l’accès au savoir et mériterait d’être davantage intégrée dans les programmes ».
Jusque là, tout va bien et les formateurs en IUFM verront ici confortées toutes les séances pédagogiques, préparées et travaillées avec les stagiaires (même si ces séances pédagogiques n’ont pas toujours toute leur place, dès lors que ces mêmes stagiaires essaient de les mettre en pratique, sur le terrain).
Là où les préconisations auront du mal à être appliquées, c’est lorsque qu’il est indiqué que «matériellement il est primordial de veiller à une amplitude horaire maximale pour l’ouverture du CDI». Nul ne pourra contredire l’intérêt de la proposition mais, devant la difficulté à augmenter le volume horaire actuel des enseignants documentalistes (30 heures) et, compte tenu de la réduction du nombre de ces mêmes enseignants (détenteurs du CAPES de documentation), il est ajouté qu’« une partie de son espace pourrait à cette fin être placée sous la responsabilité des élèves qui en assureraient le fonctionnement »…certes, mais «encadrés par les enseignants documentalistes». Comment faire ?

Par ailleurs, cette préconisation sur le CDI apparaît, au moins d’un point de vue typographique, aussi importante que l’accompagnement des élèves dans l’autonomie, l’équité de l’offre de formation sur l’ensemble du territoire, internats et égalité des chances ou l’égalité des chances et l’accueil des personnes en situation de handicap.
Lorsqu’on entre dans le détail, chaque enseignant, quelle que soit sa discipline, aura le sentiment que les préconisations visant à offrir aux lycéens plus d’autonomie mais aussi plus d’accompagnement, plus de méthodologie, plus de pédagogie de projets, le concernent, et l’enseignant-documentaliste, depuis longtemps convaincu de cette nécessité et de son rôle, au carrefour de l’interdisciplinarité, des ressources documentaires au service du lycéen et de l’équipe éducative, mais surtout de la maîtrise de l’information, espèrera enfin voir valorisée ses missions en pleine évolution.

La création d’un CAPES de documentation, en 1989, n’a pas levé l’ambiguïté quant aux modalités d’une nécessaire éducation à l’information.
Administrateurs et enseignants ont une connaissance très approximative du concept d’éducation à l’information. La méconnaissance des stratégies de recherche et d’évaluation d’informations mesurable lors des préparation au C2i, pour les étudiants de première année de l’enseignement supérieur (de l’université aux écoles d’ingénieurs), montre qu’une réelle éducation à l’information est nécessaire, dès le plus jeune âge et, a fortiori, au lycée.
La classe de seconde semble être le niveau le plus favorable à la mise en place de stratégies favorisant cette éducation et cette prise en main de méthodes amenant à une certaine maîtrise de l’information. C’est en tout cas le seul niveau où une « initiation à la maîtrise de l’information » peut être mise en place par les enseignants ad hoc que sont les enseignants documentalistes.
Cette « enseignement » souvent facultatif, a pris la forme d’un pré-requis avec la mise en place des dispositifs pédagogiques que sont les Travaux personnels encadrés, proposés en classe de première puis en classe de terminale et, depuis la rentrée 2005, uniquement en classe de première.
Éduquer à l’information ce n’est pas seulement former à l’usage des technologies de l’information et de la communication. La mise en place du B2i (brevet informatique et internet), que les enseignants de toutes disciplines commencent à s’approprier, après un long temps de latence, ne suffit pas à rendre l’élève autonome et critique vis-à-vis des flux d’informations et de documents mis à sa disposition. La maîtrise de l’information suppose que l’élève puisse prendre de la hauteur, acquérir un certain esprit critique, affuté au fil des années, dans les différents enseignements suivis, dans la classe et hors la classe, dans l’école et hors l’école, pour être efficace dans l’enseignement tertiaire.


1 réflexion sur « Le CDI et la réforme du lycée »

  1. Comme d’habitude nous trouverons dans cette réforme les points d’appui pour une formation à l’ information qui doit être continue et s’appuyer sur des connaissances comme des compétences… La lecture des programmes et du projet de réforme permet déjà de dire que sur les heures laissées au choix de l’établissement le professeur documentaliste doit prendre sa place, toute sa place… au coeur des projets et des disciplines et avec les enseignants disciplinaires. Comme d’habitude cela dépendra des situations de chacun… et c’est ça le plus triste dans l’affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.